Ma fille, tu m’as réconciliée avec la vie

mother with newborn in a field with sun

Ma fille, j’ai un aveu à te faire. Je n’ai pas toujours été convaincue que tu ferais partie de ma vie. C’est vrai, j’étais loin d’être sûre de vouloir des enfants. Peut-être parce que j’en voulais à la vie, j’hésitais à vouloir la donner. Fonder une famille, quand la tienne a été si souvent ébranlée, cela ne va pas nécessairement de soi. Perpétuer la vie, quand la mort a si souvent triomphé autour de toi, ça fait peur.

Avant ta venue, j’avais parfois l’impression de ne pas trop savoir pourquoi j’étais sur Terre. Sans doute parce que je n’ai pas connu ceux qui m’ont créée. L’histoire qui a mené à ma conception, je ne l’ai jamais entendue. Je ne sais même pas si c’en était une d’amour.

J’ai quand même eu de la chance dans ma malchance. J’ai eu d’autres parents qui m’ont aimée, choyée, gâtée. Une famille, ils m’en ont offert une. Mais malgré tous leurs efforts pour me faire sentir comme l’une des leurs, je m’y suis toujours sentie un peu étrangère.

Il faut dire aussi que ce n’est pas évident de trouver  “le bon”. Le bon papa pour toi. Le bon amoureux pour moi. Mais j’ai fini par le trouver. Ensemble, on a décidé qu’il y avait une place pour toi parmi nous.

Évidemment, j’ai dû t’attendre neuf mois. Neuf longs mois durant lesquels j’ai eu peur que tu n’arrives jamais. Peur que la vie me fasse un autre coup chien. Mais non. Cette fois, elle m’a fait un cadeau.

Tu es arrivée. Ce jour-là, on aurait dit que ma vie prenait soudainement son sens. Finalement, les étoiles s’alignaient. Comme si tout ce que j’avais vécu devait immanquablement me mener à ce jour où tu as vu le jour.

Maintenant que tu es là, mon avenir me semble plus rose. Grâce à toi, mon quotidien me semble moins morose. Alors que tu découvres la vie, je découvre que même si elle est loin d’être parfaite, c’est elle qui triomphe.

L’histoire qui a mené à ta conception, j’ai hâte de te la raconter. La famille qu’on t’offre, j’espère que tu t’y sentiras bien. Et j’espère que tous les jours, tu sentiras qu’elle déborde d’amour.

Jamais je n’aurais pensé que je pouvais aimer quelqu’un si fort. Et je pensais avoir déjà aimé très, très fort.

Des embûches, il y en a eu sur ma route. Des embûches, il y en aura sur la tienne aussi mais, avec mon bagage, je t’aiderai à les surmonter.

Oui, je lui en ai longtemps voulu. Je l’ai souvent trouvée plus difficile que belle. Je ne l’ai pas toujours comprise. Mais aujourd’hui plus que jamais, je sais qu’elle vaut la peine d’être vécue. Je t’ai peut-être donné la vie, mais tu as donné un vrai sens à la mienne. Pour ça, je la remercie, la vie. Et je fais la paix avec elle.

Crédit : Jan Faukne/Shutterstock.com
Éva Lecouteur-Bédard
ÉVA LECOUTEUR-BÉDARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *