Maman, papa, je vois que vous n’êtes plus amoureux

parents malheureux

Maman, papa,

Je suis petit, mais pas dupe; du haut de mes quelques années de vie, je vois que vous n’êtes pas comme les autres couples que je connais. Vous vous entendez bien, mais jamais je ne vois l’étincelle ou la complicité d’amoureux émaner de vous lorsque vous êtes ensemble. Je ne vous vois pas vous bécoter en souriant, vous enlacer ou vous passer la main dans le dos tendrement. Je ne vous vois pas vous regarder avec des yeux lumineux et vous taquiner amoureusement. Je ne vous entends pas vous dire des «je t’aime» entre les corvées ou à travers des petites attentions au quotidien.

Maman, papa, je ne sais pas si vous faites semblant pour ne pas me faire de la peine, mais ça m’en fait de voir qu’à part moi, peu vous unit. J’espère que vous êtes ensemble parce que vous vous aimez toujours aussi fort et que vous ne pouvez vous passer l’un de l’autre pour être heureux. Que lorsque je serai parti de la maison, vous n’aurez pas perdu des années à sacrifier votre bonheur respectif pour me faciliter la chose à moi, alors que ça fera longtemps que vos cœurs ne battent plus en même temps.

Maman, papa, j’aimerais voir ce qu’est réellement l’amour. Je ne sais pas pourquoi, mais même si je n’ai pas beaucoup d’expériences de vie, j’absorbe ce qui plane dans l’air entre vous deux. J’absorbe les ressentiments, l’indifférence de l’un, les inquiétudes de l’autre, la frustration des deux, les questionnements lourds, les non-dits si pesants parce qu’’ils ne s’expriment pas. Je ne sais pas exactement ce qui se passe, mais je sais que vous n’êtes pas si bien ensemble.

Maman, papa, j’aimerais vous dire que quoi qu’il arrive, même si ça me rend triste, je suis fort en dépit de ma petitesse. J’aimerais que vous sachiez qu’à mes yeux d’enfant, rien n’échappe même si ce n’est pas concret. Papa, j’aimerais te voir les yeux remplis de lumière en regardant quelqu’un. Maman, je voudrais te voir sereine et souriante en compagnie d’un amoureux que tu aimes.

Maman, papa, je sais que vous serez toujours mes parents, peu importe ce qui va se passer. Tant que je me sens aimé et en sécurité, n’en doutez pas, je serai bien. Si vous continuez de mener la barque ensemble juste pour moi, vous avez tort de le faire. J’entends vos coeurs dire que vous voudriez vivre séparément, mais que vous vous sentez obligés de rester unis pour moi. Sur mes petites épaules d’enfant, vous me faites inconsciemment porter cette dure responsabilité, cette culpabilité d’être la seule raison pour laquelle vous ne vous séparez pas.

Maman, papa, je veux vous voir sourire. Si vous prenez des chemins différents, je ne vous en voudrai pas. J’aurai le cœur gros un moment, mais ma peine deviendra immense si je continue de vous voir tristes ensemble.

Crédit : beton studio/Shutterstock.com
La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *