Si je devais mourir demain

maman et enfant amour

Mes enfants,

C’est quand nous perdons une chose que nous nous rendons compte à quel point nous y tenions. C’est quand on plonge dans le malheur que nous réalisons que nous vivions dans le bonheur.
La plupart du temps, nous n’avons pas conscience de la valeur des choses que l’on possède. Que ce soit l’amour, l’amitié, la famille, l’argent. Ou la santé.

Si je devais mourir demain, vous n’auriez que peu de souvenirs de moi. Vous ne sauriez pas la maman que j’étais ni à quel point notre relation était fusionnelle car vous ne connaitriez que ce que les autres vous révèleraient de moi.

Si je devais mourir demain, vous ne pourriez que vous imaginer la mesure de mon immense et profonde tendresse pour vous sans jamais pouvoir la sentir.

Si je devais mourir demain, j’aimerais vous dire que vous êtes immensément précieux à mes yeux. Mais ces mots ne suffiraient pas à vous faire comprendre la force de l’amour que j’éprouve pour vous. Que chacun de vos sourires provoque les miens, que vous entendre rire réchauffe mon cœur, que nos jeux de société du dimanche sont mes préférés, que vous récupérer à la sortie de l’école est toujours attendu avec impatience. Que vos disputes pour un jouet animent nos journées et que je donnerais tout pour encore les entendre mille ans.

Si je devais mourir demain, je voudrais vous dire que vous êtes des enfants formidables. Mais ces mots ne suffiraient pas à exprimer ma fierté face à chacun de vos apprentissages, à vos réflexions et votre force de caractère. Que vous voir vous émerveiller devant un rien rend mon regard espiègle lui aussi, que toutes vos premières fois sont les miennes également et que je donnerais tout pour encore les partager avec vous mille ans.

Si je devais mourir demain, je voudrais vous souhaiter d’être heureux. Mais ces mots ne suffiraient pas à vous faire savoir que je vous souhaite de vivre une adolescence entourés d’amis et de bonne humeur, atteindre l’âge adulte en créant une vie de couple ou de famille tolérante et sereine correspondant à vos désirs profonds; vous accomplir et vous réaliser. Que j’aurais aimé vous avoir à ma table les jours de fête, que j’aurais aimé préparer Noël en cuisine avec vous tout en échangeant des anecdotes, que j’aurais voulu consoler vos chagrins d’amour, vous réconforter, vous serrer dans mes bras, être votre refuge face à la tempête et que j’aurais voulu faire votre gâteau d’anniversaire, aussi fantaisiste soit-il, chaque année encore pendant mille ans.

Si je devais mourir demain, je voudrais vous dire que quoi que vous décidiez de faire, seul votre épanouissement compte. Mais ces mots ne suffiraient pas à vous faire savoir que quels que soient vos chemins, que peu importe avec qui vous choisissiez de faire votre vie, que vous fassiez des études ou non, que vous soyez irréprochables ou imparfaits, votre seul guide doit être l’espoir et le bonheur et que je voudrais vous le rappeler encore pendant mille ans.

Si je devais mourir demain, je voudrais vous dire de rester forts. Mais ces mots seraient bien maladroits car vous avez le droit de pleurer, le droit d’avoir de la peine, le droit d’en vouloir au monde entier. Vous pouvez surmonter chaque épreuve sans montrer vos failles, mais ces fêlures sont aussi ce qui fait de vous la personne unique que vous êtes. Vous pouvez avoir des faiblesses sans que cela ne soit à blâmer. Vous êtes riches de votre vécu et de vos expériences. Je voudrais vous encourager à exprimer vos émotions, à affirmer vos opinions dans le respect de celles des autres, je voudrais vous inciter à chercher la compassion et l’empathie en toutes circonstances. Je voudrais vous accompagner sur la voie de la tolérance pour les mille ans à venir.

Si je devais mourir demain, j’aurais tellement de choses à vous dire.

Soyez absolument certains, mes enfants, que vous avez une valeur singulière et incommensurable et que si vous deviez grandir sans moi, je serais partout avec vous parce que mon cœur de maman vous appartient.

Crédit : Bricolage/Shutterstock.com
Nadège Pineur
NADÈGE PINEUR

2 thoughts on “Si je devais mourir demain

  1. […] Mes enfants, C’est quand nous perdons une chose que nous nous rendons compte à quel point nous y ... https://allaux.com/si-je-devais-mourir-demain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *