Ma fille, ne renonce jamais à toi

little girl in a field

Ma fille, ne renonce jamais à toi. À ce qui fera de ton cœur un havre de petites étincelles. À ce qui pour toi prendra tout son sens rien qu’à y penser. Ne t’oublie pas lorsque tu seras placée devant des nœuds de vie à dénouer, des choix déchirants mais incontournables, de vives certitudes impossibles à renier et des évidences toutes puissantes que tu voudras glorifier.

Ne te laisse jamais tomber, même quand ta destinée te jouera de sacrés tours ou brassera les dés sans t’en avoir préalablement parlé. Quand le petit film de la vie que tu t’étais imaginée nécessitera de réécrire certains scénarios en cours de route.

J’aimerais tant te protéger des maux qui parfois viendront te perforer le cœur sans pitié, mais sache que ce sont bien souvent qu’autrement les grands bouleversements que tu vivras qui te donneront cette force dont seuls les vrais combattants savent faire preuve. J’aimerais te promettre que jamais ta valeur ne sera questionnée, mais je te dirai plutôt que c’est dans ces moments que tu prendras conscience que tu es la seule qui puisse te sauver de cette pensée.

Mon amour, tu rencontreras fort possiblement des difficultés dont j’aimerais tant t’épargner les ravages. Je souhaiterais t’éviter de te faire briser le cœur en mille fragments par ceux et celles que tu laisseras t’approcher. Ma fille, s’il te plaît, dans la sacoche remplie de babioles que tu trimballeras probablement partout où tu iras, n’oublie jamais d’y laisser ta petite dose de confiance en soi pour les fois où malheureusement tu en douteras.

Tu auras parfois l’impression de voir tout ton être se défragmenter lorsque certaines situations auront raison de ta vitalité. Tu auras peut-être besoin de ramasser derrière toi les débris de ton cœur qui se seront éparpillés çà et là autour de toi. Parfois, il y en aura tellement que tu ressentiras le besoin de solliciter d’autres mains pour t’aider à les récupérer. Les tiennes ne suffiront pas. Et je serai là.

Ma chérie, ne tiens pas trop fort ta prise sur des choses dont la corde sera tellement rude et serrée que tu risquerais de t’écorcher. Laisse aller ce qui ne pourrait qu’accentuer les souffrances que tu préférerais atténuer. J’implore la destinée de te réserver davantage de douceurs que de douleurs, même si je sais qu’on acquiert une indescriptible compréhension de la vie et de soi quand nous n’en sommes pas épargnés.

Mon ange, ne t’en fais pas pour des bagatelles, mais capture au vol ces multiples petits riens qui, à première vue te sembleront banals, mais qui, une fois tous rassemblés, ressemblent drôlement à un ciel étoilé qui fait du bien à scruter.

Ne te détourne pas de ce qui vaut de l’or à tes yeux et dont tu ne pourrais t’imaginer vivre sans. Crois-moi, tu sauras reconnaître la grandeur de tout ce qui te tordra le cœur à la simple idée de le perdre.

Respecte-toi. Honore ton corps en ne le dévoilant qu’aux personnes qui auront su toucher ton âme bien avant autre chose. Suis ton cœur sans retenue, parce que c’est lui qui aura toujours réponse à tout. C’est l’ami fidèle qui peut parfois nous faire faire des folies, mais la plupart du temps, au bout du chemin, tu te rendras compte que c’en étaient de vraiment belles; des essentielles.

Tu es belle. En dehors, en dedans, tout autour. Ne te laisse jamais en douter. Parfois, tu pleureras devant l’injustice de ce qui t’arrivera. D’autres fois, tu riras aux éclats en te disant que la vie est magnifique, finalement. Qu’elle est en perpétuel mouvement, que les choses changent parfois trop vite, mais que c’est ça, être vivant. Avoir la chance immense d’entreprendre ce voyage dont les péripéties parfois plus épineuses que pour d’autres nous permettent d’atteindre un plus grand degré d’élévation de l’âme.

J’aimerais détenir la boule de cristal qui me préviendrait de tous les malheurs prévus sur ta route afin que je puisse t’y préparer le mieux possible, mais ce serait ne pas faire confiance à la combativité que tu possèdes déjà, toute petite que tu es.

J’aimerais t’aider à construire l’armure qui te protégera des coups que tu recevras et t’aider à les voir venir de loin afin que tu aies le temps de les déjouer. Mais en même temps, je sais que tu dois vivre tes expériences et ces passages obligés qui te permettront de bâtir la résilience dont tu auras besoin pour faire face aux aléas de la vie. La réalité est que tu feras des erreurs de parcours en bonne humaine que tu es et c’est ainsi que tu sauras réajuster le tir les prochaines fois que tu te retrouveras devant une situation quelconque dont tu connaîtras les prix et les risques.

Tu te sentiras parfois déboussolée par ce qui t’arrivera, mais les aiguilles de l’horloge qui continueront leur besogne sans relâche t’apprendront que tout finit un jour par s’estomper et faire du sens. Que ce que tu croyais t’arracher de gros lambeaux de toi, finalement, te permettra de te renouveler, de te reconstruire, courageusement. Que dans ce qui te semblait t’anéantir rejailliront des habiletés dont toi seule sauras définir l’utilité pour la suite de ta vie. Que ce qui aura à tes yeux l’apparence de fin du monde, en sera en fait le début d’un nouveau.

Ma fille, ne renonce jamais à toi. Aime, comme si demain ne faisait pas peur. Ose, comme si hier ne t’avait pas autant déstabilisée.

Et si je te vois perdre des miettes de toi en chemin, sache que je me donnerai toujours corps et âme pour t’aider à les retrouver.

Crédit : Tatiana Bobkova/Shutterstock.com
Vanessa Fuoco
VANESSA FUOCO

Une réflexion sur “Ma fille, ne renonce jamais à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *