Je suis cette femme toujours trop, jamais assez

sad woman on grass

Je suis cette femme qui passe du rire aux larmes en un instant, je suis cette femme toujours trop, jamais assez, je vis dans l’excès.

Je suis cette femme qui a longtemps cherché à comprendre ce qu’elle avait de différent. Qui s’est demandé pourquoi elle voyait la vie autrement.

Je suis cette femme qui déclinera parfois ton invitation même si tu comptes pour moi. Fatiguée de trop aimer, fatiguée de trop stresser, lasse des environnements bruyants, j’ai besoin de me ressourcer, besoin de m’isoler pour pouvoir continuer de donner.

Je suis cette femme qui se vexe facilement. Une phrase de rien du tout peut me mettre dans tous mes états; ce que tu prendrais pour une plaisanterie peut me valoir plusieurs nuits d’insomnie.

Je suis cette femme qui peut blesser, car avec les années j’ai appris à me construire une armure. Nombreuses sont mes blessures dans ce monde où on s’est trop joué de mes fêlures. Souvent sur la défensive, je peux être explosive.

Je suis celle qu’on a qualifiée trop souvent de faible, mais la vérité est que ma force est mon empathie même lorsqu’elle me nuit.

Je suis cette femme qui, pour toutes ces raisons, est difficile à aimer, difficile à cerner. Forte et fragile à la fois, solitaire mais solidaire, parfois joyeuse et parfois malheureuse, j’ai perdu des amours, j’ai perdu des amis, et pourtant quand j’aime, c’est vraiment.

Je suis cette femme qui va prendre tes problèmes à coeur comme si c’étaient les siens et qui sera là pour t’épauler si tu prends le temps de percer ma carapace. Je suis celle qui va culpabiliser s’il devait m’arriver de malencontreusement te peiner. Je suis celle qui, l’air de rien, fera passer ton bonheur trop souvent avant le sien au risque de parfois me perdre en chemin.

Je suis cette femme qui vit intensément. Tout est toujours tout noir ou toujours tout blanc.

Je suis une femme hypersensible. Mon hypersensibilité est mon fardeau, mon hypersensibilité est mon cadeau.

Crédit : KIRAYONAK YULIYA/Shutterstock.com
Morgane
MORGANE

2 thoughts on “Je suis cette femme toujours trop, jamais assez

  1. Marie-france Carey Répondre

    Oui je suis aussi devenue cette femme.

  2. Cathy Raymond Répondre

    Wow merci, tu as réussi à mettre des mots sur ce que je ressens et que je n’étais pas capable de verbaliser, merci d’avoir pris le temps d’écrire ce magnifiques texte qui me décrit parfaitement, merci de me permettre de me coucher en sachant que enfin je ne suis pas seul. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *