Ton jugement, c’est comme la religion : ça devrait se vivre en privé

kid drink coca

On a tous une raison de juger.

Je suis toujours surpris de voir autant de parents juger d’autres parents. Les commentaires acerbes, souvent agressifs, polluent les réseaux sociaux. Chacun a son cheval de bataille et est convaincu qu’il a compris quelque chose que les autres n’ont pas encore compris.

On a tous une raison de juger.

Certains jugent les parents qui donnent de la viande et du lait à leurs enfants. D’autres jugent ceux qui se séparent. Ou les mères qui n’allaitent pas. Ou les familles qui ont un VUS.

On a tous une raison de juger.

Je juge, moi aussi. Mon dada à moi, c’est les iPad et le sucre. Si je vois un enfant qui joue sur une tablette, je lève les yeux au ciel. Un parent qui donne un suçon à son enfant, mes poils se dressent. Un enfant avec une tablette dans les mains et un suçon dans la bouche, je considère appeler la DPJ.

On a tous une raison de juger.

Parfois j’ai envie de transposer mon indignation sur les réseaux sociaux. Ça me démange. Je voudrais illuminer les autres parents de ma “sagesse”. Leur dire que les écrans bousillent le cerveau de leurs enfants. Que le sucre est source d’obésité, de caries, de cancer, d’hyperactivité, etc. Je voudrais qu’ils changent leur comportement pour que je n’aie plus à expliquer à mon garçon pourquoi je le restreins.

On a tous une raison de juger.

Mais je me garde une petite gêne. Parce que mon combat n’est pas nécessairement meilleur que celui du végétarien ou de l’environnementaliste. Et à moins d’être irréprochable sur tous les plans, je considère qu’on n’a pas de leçons à donner à qui que ce soit. Encore moins à insulter des gens qui ne pensent pas comme soi.

On a tous une raison de juger.

Nos priorités et nos valeurs diffèrent, mais notre objectif est sensiblement le même. La plupart d’entre nous ne sommes seulement que des parents imparfaits qui ne veulent que l’épanouissement de leurs enfants.

On a tous une raison de juger.

Mais avant de juger les autres, et surtout de les attaquer, nous devrions nous questionner sur nos propres agissements.

On a tous une raison de juger et d’être jugés.

Mais est-ce nécessaire d’étendre toutes nos convictions dans l’espace public en condamnant ceux qui ont une vision différente ?

On a tous une raison de juger et d’être jugés.

Mais nos jugements, c’est comme la religion : ça devrait se vivre en privé.

Charles
CHARLES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *