Je t’aime, mais je ne veux pas de notre famille recomposée

mother and kid moving away

Mon beau chum,

Te rappelles-tu nos débuts? Quand j’y pense, un sourire niaiseux se dessine sur mon visage, mes jambes deviennent un peu molles et j’ai une explosion de papillons qui s’envolent dans mon ventre. Plusieurs soirées, plusieurs journées, plusieurs fins de semaine plus tard, on se connaissait suffisamment pour graduer à l’étape suivante et rencontrer les enfants de l’autre.

Rencontrer quelqu’un avec qui ça clique alors qu’on est une mère monoparentale, on dirait parfois que ça tient du miracle. D’abord, les options rapetissent plus on avance en âge et nos enfants ne sont pas toujours notre argument le plus vendeur sur les sites de rencontre. Une mère, c’est bien moins attirant qu’une célibataire sans enfant qui a tout son temps pour elle. Une mère, ça vient automatiquement avec un ou des enfants aux demandes incessantes, aux personnalités différentes, aux besoins à combler… et bien souvent, un ex à gérer. Mais toi, mon chum, tu as su voir au-dessus de tout ça et tu t’es lancé dans l’aventure avec moi.

En se choisissant, on savait bien que l’autre venait avec son bagage. Aussi bien dire ses bagages : moi avec les deux miens et toi avec le tien! Nos moments seuls ont dû évoluer et nous nous sommes présenté nos enfants au bout de quelques mois. Et là, le choc.

Bien que je t’aie choisi, bien qu’on s’aime, bien qu’on partage tellement de points communs, de passions et de fous rires, je n’ai pas ces affinités avec ton enfant. Nos enfants se tolèrent, ont du plaisir l’espace de quelques instants, mais ne seront jamais de grands amis. La différence entre leurs règles de vie est telle qu’il leur est impossible de cohabiter ensemble. Le clash entre nos deux familles est grand. Je préfère de beaucoup mon chez-moi paisible avec mes enfants à l’idée d’habiter un jour tous ensemble où tout sera sans doute chaotique.

L’idée de perdre nos moments intimes où on arrive à se retrouver, mes enfants et moi, à discuter, à être entre nous, dans nos habitudes, notre mode de vie, notre petit nid, me fait peur. Je dois avouer que l’idée de te perdre comme amoureux, comme partenaire de vie, m’effraie tout autant. Comment est-ce possible de rencontrer l’âme sœur et de ne pas pouvoir envisager de partager physiquement sa vie avec elle, du moins le temps que les enfants sont encore à la maison? C’est un constat déchirant mais je l’avoue, mon chum, je suis en amour avec toi mais autant que je me force, il m’est difficile de concevoir que nous puissions être une famille 2.0, une famille recomposée, heureuse, équilibrée. Parce qu’on part de tellement loin. Parce qu’on a fait trop de chemin avant de se rencontrer. Parce que nos familles respectives ne vont pas aussi bien ensemble que nous deux. Parce que je veux préserver cette stabilité pour eux. Je suis en amour avec toi, mais je dois me l’avouer, il me sera impossible d’imposer à mes enfants la vie de famille recomposée.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Une réflexion sur “Je t’aime, mais je ne veux pas de notre famille recomposée

  1. Lysiane Répondre

    Chère collabo dans l’ombre,
    Nos enfants sont le reflet de nos valeurs profondes. Je crois que cela fait partie de chaque parent. Et tôt ou tard, on y sera confronté chez l’être aimé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *