Je t’aime, mais je ne veux pas de notre famille recomposée

mother and kid moving away

Mon beau chum,

Te rappelles-tu nos débuts? Quand j’y pense, un sourire niaiseux se dessine sur mon visage, mes jambes deviennent un peu molles et j’ai une explosion de papillons qui s’envolent dans mon ventre. Plusieurs soirées, plusieurs journées, plusieurs fins de semaine plus tard, on se connaissait suffisamment pour graduer à l’étape suivante et rencontrer les enfants de l’autre.

Rencontrer quelqu’un avec qui ça clique alors qu’on est une mère monoparentale, on dirait parfois que ça tient du miracle. D’abord, les options rapetissent plus on avance en âge et nos enfants ne sont pas toujours notre argument le plus vendeur sur les sites de rencontre. Une mère, c’est bien moins attirant qu’une célibataire sans enfant qui a tout son temps pour elle. Une mère, ça vient automatiquement avec un ou des enfants aux demandes incessantes, aux personnalités différentes, aux besoins à combler… et bien souvent, un ex à gérer. Mais toi, mon chum, tu as su voir au-dessus de tout ça et tu t’es lancé dans l’aventure avec moi.

En se choisissant, on savait bien que l’autre venait avec son bagage. Aussi bien dire ses bagages : moi avec les deux miens et toi avec le tien! Nos moments seuls ont dû évoluer et nous nous sommes présenté nos enfants au bout de quelques mois. Et là, le choc.

Bien que je t’aie choisi, bien qu’on s’aime, bien qu’on partage tellement de points communs, de passions et de fous rires, je n’ai pas ces affinités avec ton enfant. Nos enfants se tolèrent, ont du plaisir l’espace de quelques instants, mais ne seront jamais de grands amis. La différence entre leurs règles de vie est telle qu’il leur est impossible de cohabiter ensemble. Le clash entre nos deux familles est grand. Je préfère de beaucoup mon chez-moi paisible avec mes enfants à l’idée d’habiter un jour tous ensemble où tout sera sans doute chaotique.

L’idée de perdre nos moments intimes où on arrive à se retrouver, mes enfants et moi, à discuter, à être entre nous, dans nos habitudes, notre mode de vie, notre petit nid, me fait peur. Je dois avouer que l’idée de te perdre comme amoureux, comme partenaire de vie, m’effraie tout autant. Comment est-ce possible de rencontrer l’âme sœur et de ne pas pouvoir envisager de partager physiquement sa vie avec elle, du moins le temps que les enfants sont encore à la maison? C’est un constat déchirant mais je l’avoue, mon chum, je suis en amour avec toi mais autant que je me force, il m’est difficile de concevoir que nous puissions être une famille 2.0, une famille recomposée, heureuse, équilibrée. Parce qu’on part de tellement loin. Parce qu’on a fait trop de chemin avant de se rencontrer. Parce que nos familles respectives ne vont pas aussi bien ensemble que nous deux. Parce que je veux préserver cette stabilité pour eux. Je suis en amour avec toi, mais je dois me l’avouer, il me sera impossible d’imposer à mes enfants la vie de famille recomposée.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

9 thoughts on “Je t’aime, mais je ne veux pas de notre famille recomposée

  1. Lysiane Répondre

    Chère collabo dans l’ombre,
    Nos enfants sont le reflet de nos valeurs profondes. Je crois que cela fait partie de chaque parent. Et tôt ou tard, on y sera confronté chez l’être aimé…

  2. Agnes Répondre

    Ton texte m émeut au plus profond de mes tripes….car je ressens tellement fort ce que tu décris si bien avec tes mots…..mon ex nous a abandonne , les enfants et moi, et j ai cru que ma vie s arrêtait…..et après des mois noirs…..contre toute attente, j ai rencontré un homme erbeilleux, gentil et doux….nous rions, nous nous aimons…la vie est belle …sauf qu on a plus 20 ans….on s embarque pas a deux dans cette odyssée…..j ai une tribu d enfants et lui eu fille unique …..deux mondes …les moments ensemble se passent bien, mais au prix de concessions immenses …e suis assez sévère et lui laxiste…..a deux, c est le bonheur …mais ensemble, c est une corvée pour moi, j aime habiter seule avec mes enfants , nous soutenir, nous dorloter , rire, crier et pleurer …..j ai pas envie de partager ce petit cocon de paix retrouvé après le tsunami du départ de leur père . J adore retrouver mon amoureux, ses bras, notre passion quand mes enfants sont en week end garde papa. J ai l impression d être à 100% maman et à 100% amante…..j aime cette vie. Mais mon amoureux rêve d une grande famille, tous sous le même toit, une pub ricoree educoloree…..une grande famille sans conflit ….une utopie naïve, une soif d idéal….plus je bloque et plus il se projette . Il comprend pas mon non désir de recompo sous le mêmes toit…..plus j’en fuis, plus j ai peur de le faire fuir….et de perdre notre si bel amour. Je me sens prise au piège ….je veux rester la maman de es enfants et l amoureuse de mon homme……mais pas mêler les deux dans une option qui m étouffe……lui désire nous assembler tous…..c est un dilemme insoluble….

    1. Bot Répondre

      Ce texte est super! Je suis dans la même situation . Une situation inextricable!
      J’ai peur de perdre ma compagne, mais il m’est impossbile de me projeter tous ensemble sous le même toit. Elle a pourtant aussi un passé cahotique avec son ex. Je ne comprends donc pas pourquoi elle veut une famille recomposée à tout pris. La vie est belle. Et se voir pour les meilleurs moments, sans jamais pouvoir tomber sans la routine me semble ideal!
      Tant pis…Je me suis résigné à la laisser partir si elle ne peut pas vivre comme ça.

  3. Ann Répondre

    Wow jai lu cette texte et les commentaires et sa me laisse emu oci car je suis dans la mem situation ..mon cop est moi on sest mis trop vite ensemble en concu essayant davoir la famille recomposee ideal mais cest du bluff ..moi jai deux miens elle 18 an et il 12 ans et lui a un fils unique 16 ans ..ils sentendent par moment mais leducation nest pa pareil suis severe oci et lui laxiste et jai limpression souvent detre la mechante bmere chieuse qui ki donne des ordres alors quil foutait rien le gosse com un ptit prince et moi mes enfants maident en toutes choses et la quand son pere voit sa il lui met la pression sur lui pour quil bouge oci et fasse des trucs mem dan sa chambre..mais parfois il remarque pas si son fiston cheri est egoiste et reste dans les toillettes pendants 30 min avec son portab sans penser aux autres 😐et moi je viens en petard pour xpliker cela cest pas bien et lui va prend partie pour lui si je dis souvent il fait sa ….pour fer bref kan tes chez lui vraiment sa donne envi de se barrer et en 4 ans quon se connait sa fait un an jai ete prendre une ptite maison a louer pour prendre du recul mais on y arriv pas je me retrouve plus souvent chez lui car il veut pas rester seul quand son fils cheri est chez sa maman.malgre ses demandes en mariage jarrive pas a savoir quoi fer parfois jai juste envi de me retrouver avec mes 2 et nos habitudes et notre liberte ..je laime mon cop et il sentend avec mes enfants car a 43 ans il a lesprit jeune avec eux et moi jai 39 ans ..cest un bon gars mais je suis fatiguee de lutter avec les memes problemes comci parfois je me sens com etant juste la pour moccuper de sa maison et avec le fils cest glacial parfois il vit que pour lui cest son droit ..mais bof pas facile cette vie de recompo jenvisage de retourner dan ma ptite maison et quon se voit en wkend mais il va pa accepter il va dir si cest comsa on tourne la page ou on rest ensemble 😣jai pas envi de le perdre mais je veux plus de famille recomposee ..cest lassant cela te vide de ta force et mem spirituellement

  4. Florence Répondre

    Bonjour,
    Je viens de me séparer de mon copain parce que je ne veux pas vivre avec lui, ses deux enfants et les deux miens au prix de concession financière et de confort importante. Bon j’avoue que j’ai compris pourquoi monsieur veut que l’on vive ensemble il a besoin d.une baby-sitter et d.une cuisinière quand il a des gardes et franchement je dis plus jamais ça… Très beau texte….

    1. ANAS Répondre

      Je suis exactement dans le même cas et en cours de séparation un mois à peine après notre installation. Pourquoi? Monsieur cherchait une cuisinière et une ménagère pour mettre bien ses fils de 16 et 14 ans. En 15j de vacances j’ai été leur bonne a tout et en un mois de vie commune pire. Je sauve ma peau!

  5. Lucidique Répondre

    Certes, ces situations existent, mais je remarque que, dans ce genre de forum, on ne rencontre que les situations négatives, problématiques, posant questions. Rares sont les gens heureux qui ont besoin de partager leurs expériences sur le net.
    Aussi vais-je le faire.
    Je suis maman de 2 enfants, qui ont à présent 29 et 22 ans. Je me suis séparée de leur père alors qu’ils en avaient 12 et 5. Puis j’ai rencontré un autre homme, lui aussi papa d’une petite fille de 18 mois, et sur le point de se séparer.
    Nous nous sommes trouvés, et dès leur séparation nous avons décidé de vivre ensemble. Avec mes deux enfants et sa fille.
    les débuts furent difficiles car il dût se battre pour obtenir une garde égalitaire, cela a pris plusieurs années.
    Entre-temps nous avons eu un petit bonhomme.
    Aujourd’hui, nos enfants ont 29-22-17 et 14 ans. Mon grand est en couple et vis sa vie, ma grande est étudiante dans le supérieur, et nous avons les deux derniers à la maison, dont la fille de mon mari une semaine sur deux depuis à présent 11 ans. Je ne dis pas qu’il n’y a pas eu d’accrocs de temps à autre, mais les deux derniers sont très complices, ils s’adorent, et partagent beaucoup de choses. Mon mari est moi avons toujours considéré les 4 enfants au même titre les uns que les autres, comme si c’était nos enfants à tous les deux. Il n’y a pas de différence, et en rigolant je parle de ma belle-fille comme de ma “fille adoptive”. Nous avons des disputes parfois, comme dans toutes les familles, nous sommes fatigués, parfois comme beaucoup de gens, mais une chose est certaines, c’est que nous avons trouvé un équilibre délicieux dans cette grande famille recomposée. Nous nous ménageons des moments “à deux”, et sommes à la fois heureux de voir les enfants grandir et quitter le nid et tristes de les voir s’en aller. Cette famille recomposée ne l’est que de façon administrative, pour nous c’est NOTRE famille, et si c’était à refaire nous reprendrions les mêmes décisions. Je n’ai jamais hésité à faire à ma belle fille les mêmes remarques qu’à son frère, ou à prendre sa défense lorsque celui-ci exagérait, quant à mon mari, il a tendance à laisser tout passer à la prunelle de ses yeux, sa fille chérie, mais je regarde ça avec tendresse, car quoi de plus beau. Parfois quand il exagère, quand les règles sont trop assouplies pour elle, je lui dis d’un petit air narquois, mais oui, on sait bien qu’elle est parfaite.. Alors il rigole. Parfois ils ont des conversations “à deux”, dans la cuisine, dans le salon. Ils parlent de tout, de rien, de politique, de social( elle veut être assistante sociale), lorsque je les entends je les laisse, car je pense qu’ils ont besoin de ces moments d’intimité. Il m’arrive même à dire à notre fils : laisse ton père et ta soeur discuter, c’est leur moment à eux. On se respecte, on s’aime, et il n’y a ni jalousie ni animosité. Tout le monde trouve sa place, la prend, ou la laisse.. Et cette vie est merveilleuse. Les enfants ont juste besoin d’être considérés pour eux-mêmes, pour ce qu’ils sont et être acceptés ainsi qu’ils sont, et non ainsi qu’on voudrait qu’ils soient. Essayer de les comprendre, se demander pourquoi ils ont telle ou telle réactions, et toujours toujours se rappeler que les ados ne réagissent pas de façon sensée et que nous avons nous aussi été adolescents et peu soucieux de ce que pouvaient ressentir nos parents. Quand un de mes ados est inadapté, en parole, en acte, je me contente de le lui faire remarquer, puis je passe à autre chose. Parce qu’en vouloir à un adolescent pour des comportements d’adolescents est contre-productif. Dans quelques années, ils seront partis, près de chez nous, ou bien loin, et je n’aurai plus que ces souvenirs, les photos et quelques babioles qui resteront pour me rappeler tous ces moments de bonheur. Ils vivront leur propre vie, et ne se souviendront plus de leur enfance que de façon lointaine. Je veux profiter de chaque instant avec eux. Les familles “recomposées” ne le sont que parce qu’on les laisse l’être, il suffit de la laisser devenir notre famille pour qu’elle prenne une autre dimension.

    1. Janick Répondre

      J’ai lu avec attention votre message et je trouve que vous avez tellement ben compris le sens même d’une famille recomposée harmonieuse , nécessaire pour que relation amoureuse du couple soit sereine. Vous faites preuve de tolérance et d’empathie et d’une très grande maturité affective. je vous dis vraiment bravo !!

  6. Justine Répondre

    Hello à vous,
    Pour avoir partagé la vie d’un homme avec des enfants, je comprends tout à fait ! C’est l’un des pires rôles qui puisse exister. Bizarrement, on trouve toujours que l’homme en question est merveilleux, comme si on avait besoin de cette histoire d’amour “impossible”. Oui, il était super en tant qu’individu, mais en tant que compagnon, dès lors que ses enfants étaient là, tout passait au second plan. Le paradoxe, c’est que s’agissant du conjoint initial, la sacro-sainte MERE des enfants, je parie que jamais il n’aurait fait passer ses intérêts après ceux des enfants. Elle, était LEGITIME à être à égalité avec eux. La compagne, en fait, n’est rien. Rien ne justifie qu’il lui consacre également du temps, des moments en couple etc… tout ça il l’a déjà fait, avec la MERE. Chez nous, plus le temps a passé, et moins nous partagions de choses, à part ses contraintes et ses emmerdements, les changements de planning constants de son ex auxquels ils se pliaient comme un vieux paillasson. Il me disait toujours que lui, il était père H24 et 7j/7… Ok, certes, mais alors dans ce cas, il fallait rester avec son ex, ne pas se séparer, si vraiment on veut aller au bout de ce raisonnement. Dans ce cas, pourquoi n’a-t-il pas sacrifié sa personne et n’est-il pas resté avec son ex, dans l’intérêt éminemment supérieur de ses enfants ? Non non non, monsieur était cocu, et son orgueil a mis fin à leur histoire. Là, plus d’intérêt supérieur des enfants, que nenni ! En revanche, se sentir responsable de TOUTES les personnes qui partageaient sa vie, y compris sa nouvelle compagne, ça n’était pas au programme ! Pourtant, la nouvelle compagne est un être humain comme un autre, avec des BESOINS, elle aussi. Et elle n’a pas à être reléguée à la dernière des ses priorités. Je lui ai expliqué plusieurs fois que je n’étais pas sa marge d’ajustement, qu’avec son fonctionnement je devais m’adapter à lui, qui s’adaptait à son ex, qui elle s’adaptait à son mec qui peut-être s’adaptait à son ex à lui… et lui était toujours le paillasson qui se pliait à tout et moi avec par voie de conséquence.
    J’ai voulu le quitter plusieurs fois, à chaque fois, il faisait tout pour que l’on se remette ensemble. J’ai cédé parce que je l’aimais, mais j’étais malheureuse de cette vie.
    Ses enfants étant odieux, je ne voulais pas partager de longs moments avec eux (vacances ou week-ends). Du coup, nous avons cessé de planifier des choses en couple. De toute façon, tout pouvait être remis en cause dès que l’ex le sifflait comme un chien. Alors à quoi bon ? J’ai fini par sombrer dans la dépression, j’avais des envies de mourir. Je voyais ma vie défiler depuis des années sans pouvoir la construire. Lui poursuivait sa route avec ses enfants et l’organisation avec son ex, moi je n’avais aucune famille à moi et j’étais la dernière roue du carrosse qui les regardait vivre leur petite vie de famille séparée. Tout à la fin, je lui ai même confié mes idées noires. Pour toute réponse, il a levé les yeux au ciel. Là, quelque chose s’est définitivement brisé dans mon coeur.
    Il devait sans doute penser que c’était juste des mots, que j’en faisais trop, alors que je lui confiais une souffrance et une envie de mourir vraiment réelle, ça n’était pas du cinéma !
    Je crois que rien ne m’a autant blessé dans notre histoire que cette réaction… C’était la dernière fois où je lui ai annoncé que je voulais tout arrêter. Suite à cela, et malgré ses relances, j’ai tenu bon.
    J’avais la foi, j’ai tout remis à Dieu, je lui ai totalement abandonné mon destin et comme par miracle, 3 mois plus tard, j’ai rencontré l’homme qui partage ma vie aujourd’hui, et qui me comble AU-DELA de tout ce que je pouvais espérer.
    Mon ex a refait sa vie très rapidement lui aussi, il a eu un enfant aussitôt après avec une autre femme, ce que nous n’avons jamais fait ensemble parce que je ne voulais pas qu’un enfant commun que nous aurions eu soit traité comme lui me traitait et qu’il soit lui aussi relégué au dernier rang après les enfants du premier lit et l’ex.
    Je lui souhaite d’être heureux car il n’est pas méchant, juste un homme aveuglé qui n’a d’yeux que pour ses enfants, qu’il entretient dans l’illusion qu’on peut se comporter de manière irrespectueuse envers tout ce qui ne relève pas de leur père et mère légitime.
    Je suis tombée sur cette page que m’a envoyée une amie dans la même situation de galère que j’ai connue et qui est relatée ici. Parfois j’aimerais dire à toutes ces belles-mères en souffrance : ne vous acharnez pas ! Parfois, rarement, la famille recomposée fonctionne. Mais souvent, c’est une merde intergalactique. Et si le père ne joue pas son rôle de clé de voûte, garantissant l’ordre, l’équité et l’objectivité dans son foyer, vous allez juste perdre votre temps et souffrir inutilement ! De si précieuses années ! Je regrette d’avoir mis aussi longtemps à me délivrer. Mais j’avais sans doute cette histoire à vivre.
    Ne restez pas avec un homme qui ne vous donne pas la place et la considération que vous méritez, même s’il a l’air d’être quelqu’un de très BIEN ! Vous aussi, vous avez des besoins. Vous aussi, vous avez une vie à vivre !
    Et il existe d’autres hommes, seuls, et même sans enfants, qui seront présents pour vous.
    Ces dernières années, avec mon fiancé, nous avons traversé des moments difficiles (deuils, fausses couches)… mais … il EST LA, AVEC MOI à chaque fois ! Nous sommes là l’un pour l’autre. Ce que n’a jamais fait mon ex. Pour lui j’étais une adulte. Il s’occupait de ses enfants et de son ex (si elle était malade, en panne de voiture etc)… moi en situations similaires, je n’avais qu’à me débrouiller !
    Et je vous assure, aujourd’hui, je me sens légère et VIVANTE. Vivre des galères quand on est DEUX et qu’on se soutient, ça n’a rien à voir. Je suis tellement reconnaissante à mon fiancé d’être dans ma vie, d’être ma lumière, que même les épreuves deviennent plus douces.
    Je n’en veux pas à mon ex, même si je sais qu’il donne et construit avec une autre ce que nous n’avons pas fait ensemble. J’ai le coeur en paix parce que je suis comblée.
    Voilà… à vous de savoir quoi faire. Quelque chose de bien vous attend quelque part. On peut parfois trouver un bonheur à la hauteur de notre courage, même si certaines décisions sont très difficiles quand on aime ou qu’on a aimé.
    Bon courage à toutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *