Telle mère, telle fille

daughter and mother hair

Je suis rentrée dans la vie par la grande porte, celle de ton cœur. Je le sais, parce que dès le départ, j’ai su avec certitude que tu m’aimais de cet amour que je ne comprenais pas alors. Un amour gigantesque, éternel, indestructible. Un amour que je comprends mieux maintenant que j’ai moi aussi des enfants. Je suis entrée dans ta vie avec tous les défis qu’un enfant apporte, avec mes besoins et mes rêves. Sans tenir compte des tiens. Je sais tu es ma mère, que c’est normal. Mais je veux que tu saches que je suis consciente que j’ai tout chamboulé. Que je sais maintenant, que je vois tout ce que tu as fait pour nous, pour mon frère et moi.

J’ai passé de l’enfance à l’adolescence sans voir ce que tu traversais. Tu m’as donné l’espace et l’opportunité d’apprendre à nommer ce que je vivais même si je pouvais être blessante, même si ça pouvait être en hurlant contre toi. Tu as écouté mon cœur quand je ne savais pas le faire, quand je refusais de l’entendre. J’ai appris à l’ouvrir pour toi, à faire briller ma lumière grâce à ta patience et ton amour.

Tu m’as laissée faire certaines erreurs, tenté d’en empêcher d’autres en sachant que la tête de mule que je suis ferait comme elle voulait. Tu m’as aidé à définir mes valeurs, non pas en imposant les tiennes mais en discutant, en partageant et surtout en m’aimant peu importe les erreurs que je faisais alors que tu ne te pardonnais jamais les tiennes. Mais moi, je ne le voyais pas.

Tu as cru en moi quand je doutais, tu m’as dit sans relâche que je pouvais tout faire au point qu’un jour je t’ai crue. J’ai cru qu’il y avait dans mon cœur la force de tout réussir, dont celle de devenir mère. C’est une de tes nombreuses forces que je veux transmettre à mes enfants. La confiance en soi est une base qui donne bien des armes pour affronter les défis de la vie. Une confiance que tu avais pourtant si peu compte tenu de la grande force qui t’habitait.

J’ai vieilli et j’ai réalisé que tu n’avais pas eu toutes les chances et les opportunités que j’ai eues, que tu avais des cicatrices parfois mal guéries et qu’elles te grugeaient. Ça m’a fait peur. J’ai eu peur que tu m’abandonnes, que tu ne restes pas alors que moi j’avais et j’aurai toujours besoin de toi et de ton amour.  Mais tu m’as toujours choisie, choisi ta famille et tu m’as montré qu’on peut toujours grandir et cheminer.

Je suis remplie de ta sagesse, teintée de tes couleurs, des couleurs dont je suis fière.

Les jours s’écoulent et je les chéris. Ces jours avec toi qui fait briller ma vie sont un cadeau et je suis tellement fière de toi. Autant que je le suis d’être ta fille.

Si face à la vie,  je suis une combattante, je suis une fonceuse, je  n’abandonne pas, j’ai cette résilience et cet amour de la vie, c’est ton amour et celui de mon père qui m’ont permis de développer ces outils, cette attitude.

Je suis une mère à mon tour, avec mes forces et mes défis et j’ai la chance de t’avoir pour me guider. Tu m’aides à ne pas perdre de vue les bonnes priorités tout en me laissant suivre mon chemin et ce, même si ça demande de sortir des sentiers battus. On me dit souvent que je te ressemble et cela m’a toujours remplie de fierté et de bonheur. «Telle mère, telle fille» a été inventé pour nous.

Cyntia Dubé
CYNTIA DUBÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *