Voici ce que je ne savais pas avant d’être maman

tired mom with baby

Ce texte a été écrit avec la collaboration de toute l’équipe de La Parfaite Maman Cinglante.

Avant d’être maman, je ne savais pas qu’il était possible d’être complètement au bout du rouleau sans pour autant souhaiter mener une vie différente.

Avant d’être maman, je ne savais pas que faire caca pouvait être mon seul véritable moment de détente et de solitude de la journée dans la mesure où mes petits ne m’y suivaient pas, c’est-à-dire, jamais.

Avant d’être maman, je ne savais pas que peu de choses pouvaient être aussi satisfaisantes que de réussir à siphonner un maximum de morve du nez de mon petit enrhumé en l’aspirant dans un tuyau avec ma bouche.

Avant d’être maman, je ne savais pas qu’il était tout à fait possible de fonctionner sans s’écrouler après une nuit de quatre heures, de trois heures, de deux heures et même après une nuit de cinq minutes.

Avant d’être maman, je ne savais pas que dire “Ne fais pas pipi sur ton frère”, “Ne mets pas tes doigts dans tes fesses” et “Ne liche pas le plancher” pouvait être des phrases on ne peut plus communes prononcées aussi souvent.

Avant d’être maman, je ne savais pas qu’il était possible d’être aussi fatiguée.

Avant d’être maman, je ne savais pas qu’un pipi dans le petit pot pouvait être un événement heureux au point d’en informer toute la famille proche et éloignée et d’envisager des célébrations.

Avant d’être maman, je ne savais pas qu’il était commun de se faire voler la moitié du contenu de son assiette, surtout au restaurant.

Avant d’être maman, je ne croyais pas que je me coucherais un jour à 20h00, le vendredi soir.

Avant d’être maman, je ne savais pas que discuter de la couleur et de la consistance des cacas de son bébé était aussi fréquent et normal que de parler de météo.

Avant d’être maman, je ne savais pas que sniffer la couche de son petit à travers ses vêtements était définitivement la façon la plus efficace de savoir si elle devait être changée.

Avant d’être maman, je ne savais pas qu’il était possible d’être prêt à donner sa vie pour un autre être humain.

Avant d’être maman, je ne savais pas qu’un coeur de mère peut aimer aussi fort un, deux, trois ou dix enfants lorsqu’il s’agit des siens.

Avant d’être maman, je ne savais pas que le temps pouvait m’échapper au point où il m’arrive de pleurer le soir en réalisant que certains moments ne reviendront plus jamais.

Avant d’être maman, je ne savais pas qu’il était possible de s’inquiéter pour quelqu’un d’autre à n’en parfois plus dormir la nuit.

Avant d’être maman, je ne savais pas que la maternité allait métamorphoser mon existence, la rendant plus confrontante, plus éreintante mais surtout plus belle que je n’avais jamais rêvé qu’elle le soit.

Crédit : Bricolage/Shutterstock.com
logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *