Je suis une maman à cours de solutions

tired mother

Je suis une maman à cours de solutions.

Je ne sais plus quoi faire pour retrouver la femme que j’étais. Je ne me reconnais plus à travers les piles de linge sale, la planification de repas, mon travail, mes ambitions, ma vie de mère et mon rôle de femme, de fille et de soeur.

Je suis une maman à cours de solutions.

J’ai l’impression que tout ce que je touche se transforme en une nouvelle tâche et je ne me sens plus en mesure de veiller à ce que tout le monde aille bien, aux dépens de mon propre bien-être.

Je suis une maman à cours de solutions.

Je me suis usée à attendre que le partage entre ce que je donne et ce que je reçois soit équitable. J’ai dit oui, alors que mon coeur me disait non, juste parce que je voulais faire plaisir. Parce que je ne me suis pas priorisée depuis des années, je crains de ne plus savoir comment le faire et il m’arrive de croire que de tout quitter soit la seule option pour y parvenir.

Je suis une maman à cours de solutions.

J’ai déjà osé sous-entendre que j’avais atteint mes limites, mais personne ne m’a écoutée. Je ne veux pas être une princesse, qu’on cajole et qu’on enveloppe. Je ne veux pas non plus qu’on me voit comme faible et sans initiative. Je veux tout simplement cesser de jongler entre ma tête et mon coeur pour prendre des décisions. Je veux de l’aide et je ne veux plus m’imposer quoi que ce soit qui ne me convient pas.

Je suis une maman à cours de solutions.

J’aimerais qu’on arrête de me prendre pour acquis. J’ai envie de compter, comme une personne entière. Une personne avec des limites qui ne peut pas toujours tout prendre en charge. Une personne sur qui toutes les attentes ne peuvent pas reposer.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

6 thoughts on “Je suis une maman à cours de solutions

  1. Mélanie Répondre

    De tout cœur avec vous je comprends ce que vous ressentez pour le ressentir également tous les jours ou presque
    Je vous envoie toute mon admiration vous êtes une femme extraordinaire n’en doutez pas
    Ça ne veut pas dire grand chose sûrement mais on ne l’entend pas assez souvent je pense

  2. Juliette Répondre

    Bonsoir,
    Je comprends votre épuisement et la peur de ne pas etre comprise. Mais vu vos mots, il est impératif de prendre soin de vous. Prenez du temps pour vous et ne culpabilisez pas! Faites une activité physique en groupe, voyez des amies, faites vous masser…! Imposer le : dites juste ” j’ai pris rendez vous pour un massage samedi à 11h donc tu t’occupes des enfants” ou bien “maintenant tous les samedis matins, j’ai yoga” .
    Faites également un planning des tâches ménagères à se repartir. Tout ne peut pas reposer sur vos épaules…
    Courage! En parler est déjà une première étape !

  3. Anick Répondre

    Merci pour ce texte, c’est exactement comment je me sens présentement. Je n’ai plus beaucoup de patience avec mes enfants, avec mes collègues avec mon conjoint. Dans ma tête, c’est une période où on devrait avoir le goût de cuisiner mais pour moi présentement c’est le contraire…. je n’en ai plus le goût et l’énergie. Je sais que ça passera mais ouf qu’on se sent à bout quand on s’est oublié une partie de l’année. Merci encore pour ce texte je me sens moins seule.

  4. Framboise Répondre

    Ho comme je te comprend …

  5. J Lemieux Répondre

    Je comprends. Parfois, c’est une étape. Parfois, ça demande qu’on entreprenne des démarches pour trouver des solutions. Parfois, on en arrive au point où l’on a juste besoin d’aide.
    Je comprends. Je le sens aussi, mais moins intensément qu’avant, pas de façon égale toute l’année, etc.
    Il faut surtout jamais cesser d’en parler.

  6. Marie Répondre

    Courage, c’est beaucoup de casquettes la fois.
    Mettre des mots sur cette charge, c’est déjà avancer.

    P.S. : “à court” et non “à cours” pour notre jolie langue française 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *