Lettre à ma grande sœur qui m’a accompagnée dans la maternité

mother with sister and baby

Aujourd’hui, j’ai envie de t’écrire à toi, ma grande sœur, celle qui m’a tout appris de la maternité. J’ai envie de te dire le plus immense des mercis, pour des raisons que tu connais, et probablement pour d’autres que tu ne connais pas.

Le jour où je t’ai annoncé ma grossesse, je l’ai fait avec tout un cocktail d’émotions et d’hormones. Un peu comme si j’avais de la difficulté à y croire. Toi, tu as accueilli la nouvelle à grands coups de larmes de joie et en me serrant de toutes tes forces dans tes bras. Je pouvais lire la joie dans tes yeux et tout l’amour que tu portais déjà à mon bébé dans ton cœur. À partir de ce moment, mes plus grandes craintes se sont dissipées et j’ai su que tout irait bien parce que tu étais là.

Tu as également répondu à chacun de mes questionnements, et ce, tout au long des mois où j’ai porté mon trésor. Que ce soit parce que j’avais senti bébé bouger différemment ou parce que ses coups m’avaient gardé éveillée une partie de la nuit, tu étais toujours de bon conseil. Tu étais toujours à proximité de ton téléphone pour rassurer la future maman en moi qui avait le don de s’en faire pour tout et pour rien et à chacun de mes appels, je savais que j’obtiendrais une réponse sincère et sans jugement.

Chaque fois que l’on s’est vues durant cette année-là, tu as pris un énorme plaisir à caresser mon ventre qui grossissait de semaine en semaine. Il t’est même régulièrement arrivé de parler à ce petit être qui grandissait en moi, lui disant à quel point tu avais hâte de le rencontrer et à quel point je ferais une maman d’exception. Je ne te l’ai jamais dit, mais ces moments resteront à jamais marqués dans ma tête et dans mon cœur. En te regardant aller avec tes enfants et avec le bébé qui était toujours dans mon ventre, je savais déjà que ce petit être viendrait au monde dans une famille fantastique et débordante d’amour.

Puis est finalement venu le moment où j’ai mis au monde mon enfant, ce premier enfant que tu avais tant attendu au fil des mois de ma grossesse faisant de toi une tante comblée. Tu l’as accueilli dans tes bras les yeux brillants de larmes de joie et le cœur explosant de fierté. Je crois bien ne te l’avoir jamais dit que de tous les membres de notre famille, tu étais sans aucun doute celle à qui j’avais le plus de fierté de présenter ma petite merveille.

Et depuis ce temps, même si plusieurs mois se sont écoulés, tu demeures une source de connaissances d’une importance inestimable. Merci, depuis trop de mois maintenant, d’être toujours prête à répondre à mes appels, à me conseiller et à m’aider à voir clair quand les solutions me semblent introuvables. Mais surtout, merci de toujours me rappeler de me faire confiance, de me répéter que je suis compétente et que je suis la meilleure pour mon bébé.

Merci pour tout ça, et pour bien plus encore que ce que les mots peuvent exprimer.

Je t’aime ma sœur.

Valérie Castonguay
VALÉRIE CASTONGUAY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *