Je travaille dans les services essentiels et je suis confrontée à la pandémie contre mon gré

doctor with mask

Je travaille dans les services essentiels et je suis confrontée à la pandémie contre mon gré. À devoir rentrer faire mon chiffre. Parce que je n’ai pas le choix de pouvoir rester à la maison, au chaud, avec ma famille. Je n’ai pas le loisir de chercher des activités à faire avec mes enfants, pour les distraire alors qu’ils sont éjectés de leur service de garde habituel. Selon l’information que j’ai reçue, je devrai les envoyer dans une garderie qui m’est inconnue pour les faire garder par une personne inconnue avec d’autres enfants qu’ils ne connaissent pas et dont les parents sont aussi confrontés au Coronavirus chaque jour. Parce que mon conjoint et moi avons fait le choix de travailler dans un service essentiel, nos enfants sont à risque de contracter « la peste de 2020 ».

Lorsque je pars pour le travail, je suis consciente de ce que je m’en vais faire implique. Je sais qu’il se pourrait que j’attrape le virus. Dans mon métier comme dans plusieurs, la clientèle est anxieuse et soumise à la crise alors qu’elle vivait déjà dans ses propres tourments habituels. Malgré les dangers de contamination, je devrai donc faire comme à l’habitude et être aidante, à l’écoute et empathique tout en me dissociant de mes craintes personnelles pour continuer d’être professionnelle.

Je sais aussi que je devrai prendre plusieurs précautions et à la limite, que l’idéal serait de m’isoler de mes enfants au retour à la maison. Mais je me dois aussi d’être présente, aimante et rassurante pour eux. Je suis partagée entre mes obligations : continuer de sortir dans la folie et être une maman. Parce que mes enfants entendent les reportages à la télévision, parce qu’ils écoutent parfois nos discussions et nos réactions, parce qu’ils sont capables de détecter l’atmosphère qui s’alourdit, non seulement dans notre cocon, mais partout à l’extérieur et qu’ils ont besoin de réconfort.

Chaque jour, malgré moi et même si je sais bien que ce que je fais est nécessaire, je me demande pourquoi je me rends dans ce « service essentiel » aux dépens de ma famille. Parce que ce qu’il y aurait de pire pour la maman que je suis, ce serait de contaminer mes amours parce que je dois continuer de travailler dans un milieu à risque.

Ceci étant dit, je sais que la situation n’est facile pour personne pour une multitude de raisons, mais si tu as la chance et l’opportunité de demeurer dans ton foyer avec tes enfants et que ton principal défi consiste à devoir les endurer pendant au moins les deux prochaines semaines, aie une petite pensée pour moi et tous les autres qui ont l’obligation et le devoir d’aller travailler.

Crédit : Maridav/Shutterstock.com
Rox-Ann M.
ROX-ANN M.

25 thoughts on “Je travaille dans les services essentiels et je suis confrontée à la pandémie contre mon gré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *