Aujourd’hui, je laisse aller ta main

little kid's hand in window

Aujourd’hui, je laisse aller ta main.

Parce que le temps est venu qu’une autre personne que moi la prenne pour t’accompagner cinq jours par semaine, huit heures par jour et fermant la porte de la garderie derrière moi, je me rappelle tous ces matins qui n’appartenaient qu’à nous deux alors que tu n’avais encore que quelques semaines et que je pensais que mon congé de maternité durerait toujours.

Aujourd’hui, je laisse aller ta main.

Je te regarde faire tes premiers pas sans tenter de retenir la mienne et je me rappelle toutes les fois où je t’ai porté alors que tes petites jambes n’étaient pas encore capables de supporter ton poids.

Aujourd’hui, je laisse aller ta main.

Je te regarde nager avec ton petit regard triomphant sans chercher à t’accrocher à moi et je me rappelle toutes les fois où tu as crié mon nom par crainte que je cesse de te soutenir au beau milieu d’un lac, d’une rivière ou d’une piscine.

Aujourd’hui, je laisse aller ta main.

Je te regarde parcourir tes premiers mètres sur ta bicyclette à deux roues sans perdre l’équilibre et je me rappelle toutes les fois où tu es tombé sur l’asphalte en t’égratignant les genoux et tu t’es relevé sans jamais baisser les bras.

Aujourd’hui, je laisse aller ta main.

Je te regarde traverser la rue avec toute ta petite confiance et je me rappelle toutes les avenues, les boulevards et les stationnements que nous avons traversés main dans la main.

Aujourd’hui, je laisse aller ta main.

Je te regarde partir pour l’école avec ton sac bien que trop lourd pour tes petites épaules et je me rappelle tous les mots et les couleurs que je t’ai appris au cours des cinq premières années de ta vie.

Aujourd’hui, je laisse aller ta main.

Je te regarde prendre la route des grands, à la fois confiante que tu peux tout réussir et aussi effrayée que lorsque tu as monté sur ton vélo pour la première fois.

Aujourd’hui, je laisse aller ta main.

Mais je ne serai jamais loin derrière, prête à t’aider à te relever si tu tombes.

Comme je l’ai toujours été.

logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *