À toi, la fille forte

depressed woman sit on the floor

À toi la fille forte, je voudrais te dire qu’être forte, ça ne veut pas nécessairement dire que tu ne peux pas craquer.

À toi la fille forte, je voudrais te dire que même si tu gères bien le fait d’être seule au front, tu as le droit de vouloir tout abandonner par moments et tu as tout autant le droit de rêver de pouvoir tout recommencer à zéro même si au fond, tu ne regrettes rien de ce que tu as.

À toi la fille forte, je voudrais te dire que même si tu es indépendante, ça ne veut pas dire que tu n’as pas le droit de trouver ta solitude pesante par moments. Tu n’es pas faible pour autant et tu as tout à fait le droit d’avoir envie de partager le poids sur tes épaules avec quelqu’un d’autre l’espace d’un instant.

A toi la fille forte, je voudrais te dire d’arrêter de retenir tes larmes. Laisse le torrent retenu depuis trop longtemps déferler. Laisse le temps à ton corps d’évacuer cette pression que tu lui imposes depuis le début.

À toi la fille forte qui prend normalement soin d’elle-même et de sa santé, je voudrais te dire que tu as le droit de mettre la switch à off quand tout va de travers.

À toi la fille forte, tu as le droit de mettre un genou par terre et tu as le droit de tomber; ça ne fait pas de toi un être faible, ça fait de toi un être humain.

À toi la fille forte, sache tu as le droit de ne plus être forte pour une fois ou pour le reste de ta vie.

La p'tite mère
LA P'TITE MÈRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *