À toi que j’aime, malgré nos tempêtes

couple sad hug

À toi que j’aime, l’homme de ma vie,

Aujourd’hui, j’ai le goût de parler de notre amour, du chemin que nous avons parcouru ensemble depuis quelques années.

Notre long trajet me fait penser à une croisière destinée à trouver l’âme sœur.

Il y a eu des jours plus gris, où des tempêtes ont failli nous faire chavirer. C’est vrai, le vent a parfois soufflé fort et la pluie était lourde, mais j’ai résisté, je ne voulais surtout pas tomber, me noyer, te perdre parce que j’ai toujours cru qu’en restant debout, notre relation pourrait devenir une belle histoire d’amour. Par contre, l’égoïsme m’a appris à devenir plus indépendante et cette distance m’a rendue plus froide.

Pendant ce long voyage amoureux, il y a eu des moments où nous avons dû faire des choix. J’ai parfois été déçue, il m’est arrivé de me sentir trahie et de perdre pied, mais malgré cette envie de quitter le navire qui m’a souvent prise malgré moi, j’ai toujours tenté de me raisonner et je me suis accrochée à ces journées ensoleillées pendant lesquelles la mer était calme et notre grand bateau en équilibre parce que je voulais continuer de t’aimer.

Mais la houle est devenue plus forte et j’ai maintenant l’impression que nous sommes partis en bateau, puis revenus en canot. Je crois aussi que la boussole nous a joué de bien mauvais tours, car j’ai fini par m’échouer sur une île. C’est normal, c’est ce qui arrive lorsque deux personnes ne rament pas dans la même direction. Mais s’il te plaît, attends-moi; je ne veux pas me noyer, j’ai peur de l’eau sombre et profonde et j’ai besoin de ta main, car je n’aurais plus la force de nager seule.

Tu sais, il m’arrive parfois de regarder les oiseaux voler au loin, j’envie presque leur liberté, mais je n’aime pas l’idée de m’éloigner. J’ai besoin de toi, d’un capitaine, pour me guider, pour partager son bonheur, pour naturellement enlacer mon corps de chaleur, me faire vivre intensément de petites douceurs sur le cœur.

Je ne crois pas à la destination parfaite, mais si on prenait le temps de se laisser bercer par les vagues et de reposer nos corps fatigués, on pourrait, ensemble, regarder vers l’horizon et enfin, je l’espère, vivre heureux lorsque nous accosterons.

Je t’aime toujours.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Une réflexion sur “À toi que j’aime, malgré nos tempêtes

  1. Patrick leblond Répondre

    Très beaux texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *