Je t’aime, ma fille

maman fille arbre baiser

Je ne suis pas la meilleure maman du monde. Je ne suis pas un gros paquet de douceur, de patience et d’amour. Je suis souvent à fleur de peau, je parle les dents serrées, je trépigne parce que tu ne t’habilles pas assez rapidement le matin, je te chicane parfois trop souvent, trop fort, pour rien.

Il y a des soirs où je donnerais tout pour être seule. Parce que je suis fatiguée et que je n’ai pas la tête à m’occuper et à penser pour deux. Je rêve souvent d’un moment seule avec moi-même, un verre de vin, ma tablette et le silence.

Je suis souvent essoufflée de courir entre le travail, le ménage, la garderie, les rendez-vous et les commissions.

Je me roulerais souvent en boule dans mon lit tout de suite après le travail dans mon pyjama.

J’aimerais me déresponsabiliser parfois. M’occuper de moi. Oui oui, que de moi.

Je ne suis pas la maman qui se roule par terre avec toi, qui grimpe dans les modules au parc, qui passe des heures à quatre pattes pour te stimuler et t’amuser. Je ne t’ai pas fait d’albums souvenirs, je n’ai pas gardé ton premier pyjama. Mon mur n’est pas tapissé de dessins de toi. Je ne te parle pas en bébé, je ne m’exclame pas pour chaque chose que de nombreuses mamans considèrent comme des exploits.

Je ne suis pas capable de tout mettre de côté pour toi. Mes soupers entre amis, mes passions.

Je ne vis pas juste à travers toi, j’aime trop le temps que j’ai pour moi.

Je me permets des temps libres, des temps seule. Avec ta naissance, je ne suis pas devenue qu’une maman. Je suis restée une femme, une amie, une amoureuse.

Je ne serai peut-être pas toujours la meilleure maman du monde à tes yeux. Tu envieras probablement tes amis dont la mère cuisine avec passion et se donne corps et âme pour sa marmaille.

Je ne serai probablement pas toujours la maman la plus cool non plus. Je suis parfois trop exigeante. Pas assez sensible.

Par contre, je te promets une chose.

Je te promets d’être la personne au monde qui t’aime le plus. Parce que le jour où tu es sortie de mon ventre, mon cœur s’est cassé en deux, de bonheur, d’amour, du plus beau cocktail d’émotions.

Je suis devenue une autre à ce moment-là. Je me suis mise en mode enfant. Mon enfant, le mien. J’ai tout de suite trouvé que tu étais la plus belle, la plus adorable et que je ferais tout en mon pouvoir pour tu ne connaisses jamais la tristesse, la peine, le malheur et que si jamais je n’arrivais pas à te le faire éviter, je tenterais de tout adoucir autour de toi pour que ce soit plus facile, plus léger.

Je te promets qu’on me passera sur le coeur des milliers de fois s’il le faut pour éviter de briser ton p’tit cœur, à toi. Le mien sera solide pour deux, aussi longtemps que tu ne sentiras pas que le tien est prêt.

Je te promets que je te tiendrai la main. Contre des armées de difficultés, de découragement. Mais aussi pour des affluents de bonheur, de rires et de beaux moments.

Je ne serai pas celle qui te cuisinera le meilleur gâteau au monde mais je trouverai la meilleure pâtissière pour te faire le plus beau. Celui que tu mérites, celui que tu espérais.

Je serai celle qui tiendra ton vélo pour ne pas que tu tombes. Je serai celle qui le lâchera aussi pour applaudir quand tu pédaleras comme une championne.

Je serai celle qui chassera le fameux méchant loup de ta chambre le soir, qui le battra à plate couture pour qu’il ne te fasse plus peur. Je serai celle qui t’inventera toutes les histoires que tu veux entendre, qui mettra de la couleur dans mes paroles quand tu écouteras avec tes p’tites oreilles d’enfant.

Je serai celle qui sera toujours derrière toi pour t’encourager, t’aider à te relever après un échec. Qui te suivra dans tous tes choix qui seront les meilleurs selon toi à cette période précise de ta vie .

Je serai aussi celle qui soulèvera des questions dans ta tête d’enfant, d’adolescente et de femme. Afin que tu découvres toujours ce qu’il y a de mieux pour te rendre heureuse et que tu ailles toujours au bout de ton cheminement, peu importe si le dénouement n’est pas celui que tu voudrais.

Je serai celle qui te montrerai que suivre ta voie est le plus bel accomplissement, pour toi, pour ta vie. Que l’opinion des autres n’est qu’un grain de sable entre les deux orteils quand nous sommes persuadés des choix que l’on fait .

Je veux aussi être celle qui te montrera à construire ton propre bonheur. Parce que c’est la plus belle recette du monde.

Je te promets d’être les bras dont tu as besoin autour de toi, d’être l’épaule dont tu as besoin pour pleurer ou t’assoupir.

Que je serai juste là. Pour tout. Pour rien. Mais surtout pour toi.

Peu importe la femme, l’amie, l’amoureuse ou la maman que je suis . Tu seras toujours ce qu’il m’est arrivé de plus beau .

Je t’aime, ma fille.

Sarah Gigure
SARAH GIGURE

8 thoughts on “Je t’aime, ma fille

  1. Melanie Répondre

    WOW je trouve apaisant de lire se texte. À certain niveau je me vois dans tout ça. Toujours de belles choses à lire ici ?

  2. Sabrina Répondre

    ???? Tu m’enlèves les mots de la bouche!!! Un merveilleux texte touchant ????

  3. Emma Répondre

    Waouh… Les larmes me sont montées par moment… J’aurai pu écrire mots pour mots certaines choses…

    Quelle belle preuve d’amour pour votre enfant ♡♡♡

  4. Nathalie Dernoncourt Répondre

    Tellement vrai… Bravo

  5. Marie-Eve T Répondre

    Tu as toujours eu une plume incroyable et une belle façon de t’exprimer. 🙂 Quel beau texte touchant et vrai, Sarah!

  6. Sophie Répondre

    Juste wawwww jai due arrêter de le lire par moment pour ne pas pleurer ces mot pour mot comment jme sent toujours et que jme demande toujours si je suis la seul lol mais on les aimes tu

  7. Jocelyne Gingras Répondre

    Tellement beau et émouvant comme texte , tout est dit ce qui résume bien l’amour inconditionnel d’une maman pour sa fille ! ❤

  8. antimèreindigne Répondre

    “cinglante”…. est un mot que j’execre….
    Ma mère était , a toujours été cinglante, a toujours fait sa vie en 1er et considérant que ses enfants “devaient lui foutre la paix” dès lors qu’elle n’était pas là, à nous questionner, nous interdire, nous juger, mépriser certains aspects qu’elle trouvait “dérisoires” ou inutiles….
    Ma mère a toujours été sûre , bien trop sûre d’elle…….
    Elle m’aimait , oui, à sa façon….. mais pas de la manière dont j’avais besoin, et Dieu m’est témoin; combien de “messages d’au secours” je lui ai lancés, laissés, hurlés….
    mais non, ELLE … elle ? ELLE n’avait pas le temps pour ses “conneries”…. (messages d’alertes trop trop évidents? mais timides, car étouffée par ma mère…….)
    j”ai 47 ans, ma mère est toujours cinglante,, hautaine, n’a pas le temps…… avec ma fille de ç ans, elle lui fait des bricoles à manger vite fait, ou des restes de reste…. parce que ça la soule de faire à manger, “sortir des casseroles etc pfouuuuuuu”……. mais au final…
    au final…….. je n’ai pas plus d’affection pour ma mère qu’un pot de fleur.
    Elle n’a jamais su faire la part des choses, jamais trouver de moment pour moi…. elle m’a ignorée, engonssée dans ses contradictions et son “foutu désir de vivre” (tu parles!!!! asociale comme elle est, elle n’a aucun ami)
    Ma mère est une délicieuse bonne femme qui ne pense qu’à elle, ans aucune empathie pour personne, un air hautain et trop sûre d’elle et de son “autorité naturelle..;d sa prestance qui lui donne un air lointain et inaccessible……
    quand mon père est décédé, j’ai eu l’impression désagréable d’être orpheline de père et de mère…. parce qu’elle n’avait, en fait, jamais été pas là suffisamment pour exister réellement dans mon coeur. .

    Pourquoi certains vieux finissent seuls dans des maisons de retraite? parce qu’ils ont été des personnes plus jeunes, autrefois, et que leurs comportements ont été si horribles (eh oui) que leurs enfants n’aspirent qu’à une chose: les oublier, et vite.

    alors pour toutes les mères qui se sont senties rassurées de voir une autre mémère qui préfère sa soirée entre ami(e)s à une soirée caline avec votre gamin, je dis BOF§
    à celles dont la conscience s’appauvrit en se disant “il y a d’autres garces comme moi wéééééééééééééééééééé buvons, vivons, baiz… et profitoooooons ….. c’est moche!
    rien de plus horriblement pathétiques que les “mamans” dans leurs sous vêtements de pute qui profitent de leur divorce pour “regoûter à la vie” …. moralement c’est de la merde.
    Tiens, moi j’ai été mère à 35 ans.
    avant j’ai profité de la vie, je me suis amusée, je me suis éclatée comme jamais , et puis , j’ai découvert l’aventure humaine de la maternité , et c’était mieux que RV en Terre Inconnue…..
    si vous ne vivez pas ça à fond, vous le regretterez toute votre vie.
    (les enfants sont bien plus sensibles, demandeurs que vous ne croyez…… vous leur faites juste du mal avec votre stress de connasse…….!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    une mère cinglante n’est pas parfaite, sauf dans sa tête alterée par les mojitos et les faux ongles de pute!!! mdr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *