30 choses que les mamans n’osent pas dire

maman fâchée enfant parc

Je suis une maman et voici trente que je n’ose pas dire :

#1  Je ne suis pas toujours forte; il m’arrive de me sentir faible et d’avoir besoin d’aide mais souvent, je n’en demande pas de peur de me sentir comme une mauvaise mère.

#2  Cinq jours sur sept, j’ai hâte que mes petits aillent au lit.

#3  J’ai un enfant préféré; pour ma défense, ce n’est pas toujours le même.

#4  Même si j’adore mes enfants, je n’ai pas toujours envie d’être en leur présence.

#5  J’aurais voulu une fille.

#6  J’aime mes petits à parts égales d’un amour inconditionnel, mais j’ai un lien différent avec chacun d’eux.

#7  Je suis contente de retrouver mes enfants quand je rentre à la maison, mais je ne m’ennuie pas d’eux quand je pars de la maison le temps d’une soirée ou même d’une fin de semaine.

#8  Je rêve de partir toute seule en vacances pendant au moins sept jours consécutifs.

#9  Je trouve que passer la journée avec un bébé de deux mois est vraiment emmerdant.

#10  La maternité est un rôle beaucoup plus difficile que ce que j’avais imaginé et si j’avais su, je n’aurais peut-être pas fait d’enfants.

#11  J’ai régulièrement l’impression de ne pas savoir ce que je fais en tant que parent.

#12  J’aurais voulu avoir un garçon.

#13  J’ai de la difficulté à tisser des liens avec l’un de mes enfants.

#14  Je trouve que mon plus jeune n’a aucun talent en dessin et j’espère sincèrement qu’il va s’en rendre compte par lui-même avant que quelqu’un d’autre le lui apprenne.

#15  Il n’y aucune raison médicale ou péripétie malheureuse qui explique le fait que j’ai donné des biberons à mon bébé; j’ai choisi de ne pas allaiter parce que je n’en avais pas envie.

#16  Il m’arrive fréquemment de souhaiter que mes petits arrêtent de grandir et qu’ils restent petits à jamais.

#17  Je n’aime pas jouer.

#18  J’ai détesté être enceinte.

#19  J’ai trouvé mon congé de maternité extrêmement long par moments.

#20  Je trouve que l’école de mes enfants exige beaucoup d’eux et de moi en dehors des heures de classe alors qu’on y arrive déjà difficilement.

#21  De l’extérieur, je semble bien aller mais ce ne sont que les apparences car en réalité, je suis complètement vidée et j’ai besoin d’une pause.

#22  J’envoie souvent promener mes enfants dans ma tête; particulièrement lorsqu’ils disent que mon souper n’est pas bon, qu’ils se lèvent à la barre du jour ou qu’ils foutent le bordel dans la maison.

#23  Il y un bon moment que je ne sais plus ce qui me ferait du bien ou ce que j’aime en dehors de mes enfants et parfois, ça me terrifie.

#24  J’ai une plus grande complicité avec l’un de mes enfants.

#25  Parfois, au beau milieu du chaos de l’heure du souper, j’ai envie de me mettre en boule et de pleurer.

#26  Je n’ai pas ressenti d’amour instantanément lorsque mon bébé est né.

#27  Je n’ai pas la moindre idée de ce que je deviendrai quand mes enfants quitteront la maison.

#28  Je ne pourrais pas être maman à la maison; à la fin d’une fin de semaine ou d’une semaine de vacances complète avec les enfants, je commence à trouver le temps long.

#29  Je soupire régulièrement de soulagement en arrivant au bureau ou lorsque les enfants quittent la maison pour la journée.

#30  J’aimerais pouvoir parler de toutes choses ouvertement, sans peur du jugement ni sans forcément commencer en disant « j’aime mes enfants mais » parce que l’amour que je leur porte est la plus grande de mes certitudes et je ne crois pas avoir besoin de le préciser.

Et toi, qu’est-ce que tu n’oses pas dire en tant que maman ?

Crédit : Nicoleta Ionescu/Shutterstock.com
logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *