À toi dont j’accueille parfois mal les intentions à propos de ma vie de maman

mère inquiète conseil

À toi, cher proche dont les bonnes intentions à l’égard de ma vie de maman sont parfois accueillies de mauvaise grâce de ma part, sache que j’en suis désolée mais j’aimerais t’expliquer quelques détails à propos de ma maternité.

À toi, déçu de ne pas pouvoir rencontrer mon bébé tout juste né, sache que j’ai d’abord besoin d’être au calme avec mon bébé afin de me remettre de mes émotions et de m’adapter à mon nouveau rôle de mère en douceur et que je serai ravie de te le présenter en temps voulu.

À toi qui donnes des conseils à tout va, sache que même si j’agis parfois différemment pour suivre mon instinct, ton expérience m’aide beaucoup dans mon nouveau rôle de mère et je t’en remercie.

À toi qui gardes bébé et me le rapportes plus tôt car il me réclame, ne sois pas étonné par mon expression dépitée; il m’a fallu beaucoup de temps avant d’accepter de prendre du temps pour moi alors là, ma culpabilité est à son maximum lorsque tu me le ramènes dans ce contexte.

À toi, inquiet de ne pas recevoir des nouvelles de bébé, sache qu’il m’arrive aussi de tomber malade ou d’avoir besoin de prendre soin de moi et qu’il vaut mieux alors que je réponde plus tard.

À toi, vexé par mes accusations d’avoir réveillé bébé (et peut-être moi aussi) alors que tu venais gentiment prendre de mes nouvelles ou apporter un repas, sache que je te suis très reconnaissante de penser à moi et que cela me ferait beaucoup plaisir que tu continues à le faire, mais plus à l’improviste s’il vous plaît.

À toi qui aimes gâter mon bébé, ne le prends pas mal si je te demande de ralentir ou de garder tes cadeaux chez toi; nos armoires débordent déjà de matériel et jeux pour enfants.

À toi qui fais un grand ménage dans la maison en mon absence, sache qu’agir sans mon consentement me vexe beaucoup et qu’une proposition d’aide aurait été bien mieux accueillie.

À toi qui proposes de faire une activité avec bébé pour me laisser souffler, sache qu’avec toutes les tâches quotidiennes à accomplir, il m’arrive de rêver secrètement que tu le gardes un peu plus longtemps afin que je puisse vraiment lâcher prise.

À toi qui demandes par simple curiosité quand viendra le deuxième bébé, si je te réponds un peu trop sèchement, c’est peut-être par que j’en ai déjà plein les bras, que j’ai malheureusement vécu une fausse couche ou que j’arrive pas à tomber enceinte.

À toi, présent dans ma vie et celle de mon enfant, sache qu’à l’avenir, j’essayerai de mieux t’expliquer mes choix et mes besoins afin d’éviter bon nombre de malentendus et conflits, et surtout pour que je puisse reconnaître tes délicates attentions et les apprécier à leur juste valeur.

Crédit : christinarosepix/Shutterstock.com
Jodie Langohr
JODIE LANGOHR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *