À la femme que j’aime, merci de porter la vie

pregnant woman with man and baby's shoes

Attention ! Ce billet a été écrit sous le couvert du Collaborateur spontané pour éviter toute méprise ou problème de compréhension du texte. Il a toutefois été rédigé par La Parfaite Maman Cinglante qui souhaitait mettre en lumière les nombreux sacrifices entourant la grossesse qui ne sont pas toujours reconnus par le partenaire de vie des femmes enceintes.


À toi que j’aime et qui portes notre enfant,

Ce n’est pas parce que la grossesse et l’accouchement sont naturels que ce ne sont pas des dons de soi; merci de prêter ton corps, tes jours et tes nuits à notre bébé à naître. Pour notre famille, tu mets bien des choses de côté et je te suis reconnaissant pour chacun de tes sacrifices.

Merci d’accepter ces nausées, ces envies pressantes et ces nuits d’inconfort sans sommeil qui se multiplient à mesure que notre enfant grandit dans ton ventre. C’est vrai, je suis un homme et je ne peux pas porter de bébé; ceci étant dit, ce n’est pas une raison pour ne pas reconnaître que tu vis tous ces symptômes désagréables pour nous deux. À défaut de pouvoir en prendre quelques-uns pour te laisser souffler, sache que je serai là du début à la fin pour les rendre moins pénibles.

Merci d’accepter que ton corps change au fil des saisons. Qu’il s’arrondisse et qu’il ne retrouvera peut-être plus jamais l’apparence qu’il avait avant ta grossesse. Partout, on voit des modèles de beauté minces et parfaits et des femmes qui multiplient les régimes et les programmes pour leur ressembler. Pendant ce temps et alors que tu t’en es toi aussi fait plus qu’à ton tour avec ton apparence au cours des dernières années, tu regardes ton corps se métamorphoser sans avoir la moindre idée de ce qu’il en deviendra. De mon côté, je sais que je te trouverai toujours belle et je ferai des pieds et des mains pour que tu te vois comme je te verrai moi-même, mais sache que je reconnais ce sacrifice qui n’aura pas été simple chaque jour pour toi.

Merci de mettre ton travail et tes projets en veilleuse. On prend trop souvent pour acquis que les mères sont heureuses sans la moindre nuance de tout mettre de côté pour fonder une famille alors que tant d’entre elles sont déchirées entre la maternité et leurs ambitions. Laissant de côté ou abandonnant un travail qui les passionnait ou une promotion qui faisait briller leurs yeux de bonheur, on ne réalise pas tous les sacrifices qu’elles font. Alors merci, merci de choisir de faire passer notre famille en premier pour un temps ou pour toujours.

Merci de te renseigner autant sur tout ce qui touche la parentalité et les bébés. Certains papas trouvent que leur blonde exagère et qu’elle passe trop de temps à tout vouloir savoir et tout vouloir apprendre avant la naissance de leur petit. Moi, je te suis reconnaissant de prendre ce rôle que nous tiendrons bientôt au sérieux car ce sera de loin le plus grand rôle de notre vie. Je m’excuse de ne pas toujours participer aussi activement que tu le voudrais; pour moi qui ne porte pas la vie, notre bébé est beaucoup plus abstrait qu’il ne l’est pour toi. Mais lorsqu’il sera là, ce sera différent et entre-temps, tu peux toujours compter sur moi, promis.

Merci d’accepter cette peur et cette souffrance qui viennent avec l’accouchement. C’est peut-être un passage obligé, mais il faut franchement être prête à tout pour sa famille pour faire ce que tu t’apprêtes à faire dans quelques mois.

À toi que j’aime et qui porte mon enfant, merci. Merci de m’avoir choisi, de nous avoir choisis et d’accepter de vivre cette aventure qui, jusqu’ici, implique que tu fasses un nombre incalculables de sacrifices pour lesquels je te serai à jamais reconnaissant.

Crédit : VALUA STUDIO/Shutterstock.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *