Chers grands-parents, pendant la pandémie, restez à la maison

grandmother looking window

Mes chers grands-parents, je suis petit, mais si j’étais grand je vous dirais que je vous aime si fort et que vous êtes très importants pour moi. C’est pourquoi en ce moment, j’aimerais que vous restiez chez vous, en sécurité à la maison, et de ne pas sortir avant que les hauts-dirigeants nous disent que la voie est libre.

Mes chers grands-parents, je suis petit, mais si j’étais grand je vous dirais que dehors c’est dangereux; le virus nous ne le voyons pas et nous ne sommes pas en mesure de le combattre à grands coups d’épée. Nous sommes en guerre contre une maladie insaisissable et extrêmement redoutable.  Il est donc plus sage de se parler via le téléphone pour le moment et attendre bienveillamment de se donner de gros bisous plus tard.

Mes chers grands-parents, je suis petit, mais si j’étais grand je vous dirais que je suis si heureux et surtout énormément chanceux de vous avoir dans ma vie et j’aimerais que ce soit encore le cas pour très longtemps. Il est donc nécessaire que vous restiez loin des endroits publics et malheureusement, des gens que vous aimez pour le moment. Même si je m’ennuie de vous, je préfère prendre mon mal en patience et m’assurer qu’il ne vous arrive rien.

Mes chers grands-parents, je suis petit, mais si j’étais grand je vous dirais que toute la famille est là pour vous s’il vous manque quoi que ce soit. Ne vous mettez pas en danger pour une bouchée de pain, nous irons faire les courses pour vous et nous nous assurerons qu’il ne vous manquera pas de médicaments non plus. De cette manière, vous ne serez pas tentés de sortir de votre résidence.

Mes chers grands-parents, je suis petit, mais si j’étais grand je vous dirais que je sais que vous êtes grands et forts, mais les médecins le disent, ce virus peut être fatal plus particulièrement pour les gens plus âgés. Nous devons donc prendre plus de précautions que nécessaire afin qu’à Noël prochain vous partagiez la dinde avec moi. Je suis optimiste de penser qu’ensemble nous passerons à travers ce mauvais moment.

Mes chers grands-parents, je suis petit, mais si j’étais grand je vous dirais comme on dit souvent, qu’après la pluie vient le beau temps et je n’ai aucun doute que ce sera le cas pour cette situation aussi. Cependant pour le moment, il est préférable tout comme nous de vous isoler des autres. Mais sachant que vous êtes plus à risque, je vous redis et je vous prie de ne surtout pas bouger de la maison.

De cette façon, j’ai espoir d’avoir mes grands-parents pour moi demain.

Anne-Marie Barbeau-Pelletier
ANNE-MARIE BARBEAU-PELLETIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *