Lettre à mon enfant qui rouspète tout le temps

daughter argue with mother

Veux-tu me dire pourquoi c’est si compliqué de dire oui sans rouspéter? Est-ce que ça te donne mal à la tête ? Est-ce que c’est aussi douloureux qu’une fracture ouverte? Ou que ça entraîne une diminution de tes capacités mentales?

Quand je te demande quelque chose et que tu daignes me répondre, tu me réponds souvent la même affaire. “Est-ce que ça peut attendre à la prochaine annonce?”, “Est-ce qu’on peut le faire une autre fois?”, “Est-ce que je peux finir ma partie”, “Non, ça ne me tente pas.”, “Pourquoi tu ne demandes pas à mon frère?”. Ce sont des phrases que tu utilises à tout moment, pour toute raison pour tenter, sans succès tu auras remarqué, de te défiler de tes obligations ou des tâches que tu as à faire.

Bien honnêtement, chaque fois j’espère que tu comprendras qu’il s’agit d’un ordre formulé gentiment et non d’une suggestion.

Je ne me souviens pas de la première fois que tu m’as sorti une excuse du genre, ça fait un bail, et je n’en ai sûrement pas fait de cas. Je me disais qu’après tout, ce n’était pas deux ou trois minutes de plus qui allaient changer quoi que ce soit et que tu allais finir par le faire. Que c’était déjà beau que tu commences à faire ta part. Depuis, le problème, c’est que toi, tu as enregistré que si tu ne le faisais pas, quelqu’un d’autre allait le faire et c’est tout. Que si tu ne me réponds pas, je vais passer à un autre appel et c’est tout. Que papa, ça ne le dérange pas, lui.

À bout du chialage, j’ai décidé de mettre sur pied un système, avec des bonhommes sourires, des p’tits collants, de l’argent, des récompenses, name it en me disant que tu allais aimer ça et que de toute façon, c’est super simple à gérer. Quelle erreur.

Non seulement le processus implique autant sinon plus de discipline pour moi qui doit mettre en place collants, cartons et compagnie et dicter les règles et consignes, mais en plus si ma grille d’évaluation n’est pas à toute épreuve, tu vas me challenger et y trouver une faille que tu te feras un plaisir d’exploiter avec ton beau sourire pendant que je vais rager, encore.

“Non maman, c’est pas écrit que j’ai pas le droit de faire ça!” ou encore “C’est pas clair, moi je ne l’avais pas compris comme ça.”. Et le classique “Pourquoi quand c’est mon frère c’est correct et pas quand c’est moi, c’est injuste ton système maman.”.

On pourrait parler de l’injustice longtemps, mais je vais te résumer ça en quelques mots. Toi et ton frère n’avez pas le même âge, je m’attends à plus de qualité d’exécution de ta part et je ne pense pas que tu puisses en être traumatisée jusqu’à la fin des temps.

Malgré tout, j’en suis à la version 28 dudit système et tu rouspètes encore. En plus, vu l’inflation, ça me coûte plus cher.

J’ai donc l’intention de tout laisser tomber et de te faire comprendre que si tu veux une maman de bonne humeur et à l’écoute qui a envie de te faire plaisir, fais donc la vaisselle quand c’est le temps, sans rouspéter?

Sophie Métivier
SOPHIE MÉTIVIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *