J’ai oublié ce que c’était d’être un enfant

kid needs father's attention

J’ai un mea-culpa à te faire mon gars. J’ai oublié ce que c’était d’être un enfant. Je passe trop de temps dans mon monde de vieux grincheux, et pas assez dans le tien. Trop souvent, j’ai jugé tes comportements avec des paramètres d’adulte. Je te promets que ça va changer.

Quand on prend une marche dehors et que tu t’arrêtes pour ramasser des roches, je ne devrais pas te dire de te dépêcher et de laisser ça par terre parce que c’est sale. J’ai oublié que pour moi une roche pouvait être un vrai trésor. Surtout si elle avait des petits reflets d’or. Prends ton temps la prochaine fois. Pas grave si on soupe cinq minutes plus tard. On lavera tes mains avant de manger. Et on gardera les plus belles dans un petit bol.

Quand tu me demandes de jouer à la cachette, trop souvent je te dis non en te donnant mille et une raisons. Mais le lavage et le ménage ne sont que des excuses bidon. En réalité, ça me tente juste moyen de chercher un enfant qui se “cache” en arrière du sofa en me regardant droit dans les yeux, mais que je dois quand même faire semblant de ne pas voir et d’être surpris quand je le découvre. Or, j’ai oublié à quel point j’aimais jouer à la cachette avec mon père. Quand il me trouvait, il me projetait dans les airs, me chatouillait et faisait semblant d’être un loup et de me manger. Alors, te dire non, c’est te priver de souvenirs et de sensations fortes avec ton père. Prochaine fois, le lavage et le ménage attendront.

Quand tu me racontes une blague vraiment plate dans le genre “Qu’est-ce qu’elle fait maman? Elle fait PIPI!” et que tu te mets ensuite à rire comme Peter Macleod alors que maman est clairement juste en train de rincer des fraises, je ne devrais pas lever mes yeux au ciel et soupirer. J’ai oublié que j’ai moi aussi eu un sens de l’humour douteux. Cette farce, je l’aurais trouvée hilarante. Et quand j’en faisais des semblables, ce n’était pas pour exaspérer mes parents, c’était pour les faire rigoler. Parce que j’aimais qu’ils soient de bonne humeur. Alors la prochaine fois, pas d’air bête, promis. Je vais peut-être même renchérir “moi je pense qu’elle fait CACA!” en me tapant sur les cuisses. Je suis sûr que maman va apprécier.

Bref, désolé mon gars si certains soirs j’ai pu être rabat-joie. Tu sais des fois la trentaine, la bedaine, les morveux et l’hypothèque ça peut être lourd. Mais je refuse que notre vie ne se limite qu’à une chanson mélancolique des Cowboys Fringants. Il y aura désormais plus de légèreté dans notre maison. Je m’en viens te rejoindre dans ton monde.

Charles
CHARLES

2 thoughts on “J’ai oublié ce que c’était d’être un enfant

  1. Nat Répondre

    WOW !

  2. Roxanne Répondre

    Wow ……simple et vrai….j’ai tellement pleurée….j’ai aussi réfléchie!!!! Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *