Cher Monsieur Couillard, on ne nourrit pas une famille avec 75$

little kid hungry

ATTENTION : ce texte reflète l’opinion de son auteure et non l’opinion de la plateforme de La Parfaite Maman Cinglante dont le but n’est pas de prendre position mais d’offrir une tribune à toutes les mamans souhaitant faire part de leur vision de la maternité ainsi que de leur expérience personnelle. Par ailleurs, si vous souhaitez écrire un texte en réponse à ce billet, notez que vous pouvez le faire en tout temps et le faire parvenir à collabo@parfaitemamancinglante.com.

Cher Monsieur Couillard,

Sachez que vous portez très bien votre nom; vous en avez eu toute qu’une paire d’affirmer qu’une famille pouvait se nourrir avec 75,00$ d’épicerie chaque semaine. Bien franchement, je suis insultée de penser qu’un homme aussi bien nanti que vous, qui soit dit en passant est un ancien médecin, puisse prétendre que c’est possible d’y arriver. Pour qui vous prenez vous? Et surtout, à quand remonte la dernière fois que vous avez fait l’épicerie vous-mêmes ?

Chez nous, je suis seule avec ma fille de trois ans et bien que je cours les spéciaux, que je me déplace dans trois épiceries différentes et que ma fille fréquente une garderie qui fournit les dîners, je peine à réussir à tout payer. J’en fais des sacrifices. J’achète usager, je ne bois pas, je fais mes lunchs et je ne mange jamais aux restaurants. Bref, je ne vis pas de simplicité volontaire par choix, même si je suis contre la surconsommation.

Ma ceinture est tellement serrée que j’en fais de l’insomnie. C’est tellement inconfortable, cette sensation d’étouffer. C’est angoissant, démoralisant. C’est avoir faim d’un futur meilleur, c’est mal manger, c’est mal grandir. C’est offrir à mon enfant un modèle un parent qui angoisse, un parent qui n’est pas présent comme il le voudrait car il doit travailler, toujours, pour réussir à vivre. Ou plutôt, pour réussir à survivre. Car on s’entend que c’est de la survie que de couper partout pour réussir à manger.

J’appréhende demain parce que les factures rentreront. Souvent, j’ai peur de ne pas avoir les moyens de donner une vie de qualité à mon enfant et je pense que je me ferai jamais à l’idée de voir la tristesse dans ses yeux quand je lui dis que je n’ai pas assez de sous pour lui acheter ce qu’elle veut.  Pourtant, je jongle nuit et jour avec mon budget excel réglé au quart de tour, j’en roule des cennes et j’en vends des bouteilles.

Et on parle seulement d’épicerie dans ce dossier. Pas des loyers, pas de l’électricité, pas du papier de toilette rigide car le doux est trop cher, pas des vêtements et des couches.

Comment un homme comme vous, qui a notre avenir entre les mains, peut tenir des propos aussi peu réalistes, aussi peu représentatifs de la réalité de centaines de familles québecoises? Se nourrir est un besoin primaire. Si on coupe dans ce besoin si vital, comment imaginez-vous le reste de notre vie ? Qu’en est-il de notre qualité de vie, de notre santé mentale?

Sachez Monsieur Couillard, que je suis loin de suivre la politique, je n’ai voté que très peu de fois dans ma vie car comme plusieurs de jeunes adultes québecois, j’ai perdu toute foi envers vous. Mais maintenant que je suis maman, je pense à l’avenir de nos adultes de demain. Au futur qu’aura mon enfant et je veux qu’elle vive, pas qu’elle survive. Ça fait trop longtemps que je vis moi-même en mode survie; je sais ce que c’est et je ne lui souhaite en aucun cas de passer, tout comme moi, des nuits blanches à compter non pas les moutons pour m’endormir, mais les cennes qui me tiennent réveillée.

Aujourd’hui, je suis parfaitement réveillée. Vos propos m’ont trop fait réagir et bien je ne prends pas part au monde politique la plupart du temps, soyez certains d’une chose : je serai présente cette année.

J’irai voter et j’espère que plusieurs québecois me suivront. Pour ne pas mettre mon avenir et celui de nos enfants entre les mains d’une personne aussi peu empathique à l’avenir de ces concitoyens que vous.

Au plaisir de ne pas vous revoir.

Margaux MacKay
MARGAUX MACKAY

2 thoughts on “Cher Monsieur Couillard, on ne nourrit pas une famille avec 75$

  1. Luc Répondre

    Numéro uno je n’aime pas Couillard
    Numéro deuxio il est parfaitement fesable d’arriver avec 75 $ de moyenne par semaine à nourrire une famille de 2 adulte 2 enfant avec les lunch. Tout se que sa prend c’est une tête sur les épaule et savoir géré sont argent.
    C’est sûre que si tu achete tout préparé d’avance sa coûte une fortune. Ta pizza à 5 $ prend le temps de la faire elle va être meilleur et tu en aura plus. Prennes les temps de faire de la cuisine permet énormément de sauver de l’argent et c’est meilleur pour la santé.

  2. Bear Grylls Répondre

    On peut aussi vivre ou SURVIVRE 2 semaines avec 0$ , je sait je l’ai déjà fait ( un pauvre ) !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *