Je suis une mère au foyer et je n’ai pas le droit d’être fatiguée

tired housewife dishes

Je l’ai vue. Cette petite lueur dans ton regard et les mots que tu as retenus. On discutait de nos journées, de ton travail, de nos fatigues respectives, et c’est là qu’elle est apparue. C’est à ce moment précis que j’ai compris que tu te retenais de me dire que je ne travaillais pas et pouvais me reposer quand je le souhaitais.

Je n’ai rien dit mais pourtant, depuis quelques jours, je ressasse, je rumine et me révolte contre cette idée reçue selon laquelle la femme au foyer est dépourvue de vie sociale et d’ambition.

En même temps, je ne t’en veux pas tellement. C’est notre société qui véhicule une image de looser de celui qui n’est pas actif professionnellement. Combien de fois ai-je été exclue des discussions entre amis, relatant leurs dernières affaires conclues, derniers potins ou soucis avec leurs collègues de bureau ? Combien de fois ai-je senti une légère gêne, à ne pas oser me demander si j’allais bientôt reprendre un boulot ?

Pourtant, vous vous trompez. Il n’y a pas plus actif qu’une femme au foyer. Certes, contrairement à toi, je n’ai pas un beau poste à afficher sur mon CV. Mais contre toute attente, j’en ai plusieurs.

Oui, la femme orchestre de la maison, c’est moi.

Je suis agent d’entretien, découpant la maison par zone de nettoyage afin d’allier organisation et éradication des toiles d’araignée et autres saletés. Je suis responsable éducatif et pédagogique, veillant sur la scolarité de nos enfants, entretenant le lien avec les enseignants et faisant réviser dictées, poésies et tables de multiplication. Je suis responsable logistique, allant chercher et poster les colis à la poste, et réapprovisionnant régulièrement les placards afin que tout mon petit monde soit rassasié. Je suis responsable administratif, tenant régulièrement les comptes et écrivant aux partenaires sociaux afin de garantir à Junior une vie et une scolarisation comme les autres. Je suis animatrice pour enfants, surfant sur le Net à la quête d’idées d’activités à leur faire faire en cas de pluie, de nouvelles expositions ludiques ou de nouveaux parcs à découvrir. Je suis aide médico-sociale, accompagnant mon troupeau aux différents rendez-vous médicaux. Je suis psychologue, accueillant les grands bobos et petits chagrins et faisant du mieux possible pour garantir que tout ira mieux demain.

Et lorsque tu penses que, une fois les enfants couchés, ma journée est enfin terminée, tu te trompes. Il m’arrive d’assurer une permanence de nuit, de chasser monstres et autres bestioles sous les lits, de simuler des prises de kung-fu contre des ombres terrifiantes ou de prier pour que le thermomètre ne dépasse pas le 40.

C’est incontestable. C’est moi la boss et je ne connais beaucoup de patrons qui ne travaillent pas d’arrache-pied pour faire de ce qu’ils ont bâti la plus belle des réussites.

Aude Courbouleix
AUDE COURBOULEIX

7 thoughts on “Je suis une mère au foyer et je n’ai pas le droit d’être fatiguée

  1. Natchou Répondre

    Bonjour Aude,
    ayant une carrière à l’extérieur de la maison en plus de mon rôle de mère, j’effectue toutes les tâches décrites ci-dessus ET celles reliées à mon travail.
    Cordialement.

  2. Marie-Claude Répondre

    Super texte ! Bravo ??

  3. angybell Répondre

    C’est pas un concours de celle qui travaille le plus, celle qui travaille le moins tu sais. ça ne devrait même pas exister comme considération. Il y a juste des choix, des circonstances qui font que … et puis le jugement des autres.

  4. Nathalie Répondre

    Bonjour,
    Je fais toutes les tâches décrites ci-dessus et j’ai un emploi à l’extérieur à temps plein.
    Salutations.

    1. Julie Répondre

      Bravo! C’est justement de ça qu’on parles dans le texte… comme si on étais des lâches de s’occuper A 100% du bien être de nos cocos au lieu de rusher comme des super woman à faire du 50% pour nos enfants et 50% dans un travail extérieur pour satisfaire les exigences sociales. désolé, ce n’est pas un message pour une seule personne, mais un message pour toute une société… le fait de dire viens automatiquement envoyer le message que la mère au foyer ne fais QUE le minimum ou à tout de moins MOINS QUE la femme qui travaille à l’extérieur… c’est d’une tristesse… c’est la même chose que de dire à une femme qui viens de faire une fausse couche ou perdre un enfant mort né que son deuil est moins grand parce qu’elle a pas connu son enfant…. les sentiments ne se mesurent pas, ils se vivent un point c’est tout! Svp soyez plus empathiques les unes envers les autres plus que de juger, on y gagnera plus! Xoxoxo

    2. Juliette Répondre

      Un métier avec des horaires de bureau sans doute….. ne vous leurrez pas on se repose énormément sur une mère au foyer…et il faut ranger plusieurs fois dans la journée…., récupèrer les enfants le midi. J’ai travaillé et je peux vous dire que j’ai vu la difference. Avec un mari travaillant dans le transport c’est difficile de concilier les deux. L’un se fait au détriment de l’autre et en ce qui me concerne la priorité va à mes enfants.

  5. Audrey Répondre

    Impossible d’avoir une vie pro et de faire toutes ses tâches. Surtout la partie présence et activités avec les enfants. Dans chaque choix de vie y’a du pour et du contre. Être au foyer c’est moins de vie sociale, être dans la vie active c’est moins de temps avec ses enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *