À toi, mon enfant du milieu

woman kiss kid

À toi, mon enfant du milieu,

Non, tu n’es pas mon premier. Tu n’es pas celui des premières fois. Celui qui m’a fait devenir maman, celui qui m’a dévoilé cet amour inconditionnel que je suis capable de ressentir pour un être humain. Tu n’es pas « mon grand », tu n’es pas celui avec qui j’ai découvert les joies et les difficultés de la maternité. Ni celui de toutes les inquiétudes et de l’inconnu.

Mais le sais-tu, à quel point je t’aime? À quel point tu es spécial pour moi, mon garçon?

Non, tu n’es pas mon bébé. Tu n’es pas ma dernière. Celle avec qui je profite de chaque instant, car je sais qu’ils ne reviendront jamais. Tu n’es pas celle des dernières fois. Celle avec qui je savoure sans stress (ou presque!), celle avec qui je choisis mes batailles et je laisse aller un peu. Tu n’es pas celle qui complète ma famille, celle que j’ai bercée un peu plus longtemps, celle que je nommerai toujours ‘’mon bébé’’.

Mais le sais-tu à quel point tu es unique à mes yeux?

Le sais-tu, à quel point ton arrivée a changé ma vie? Lorsque tu es né, mon ange, je suis tout de suite tombée en amour avec toi. Ça s’est fait instantanément, plus facilement qu’au premier. Je n’avais aucun doute, aucune crainte. Moi qui craignais ma réaction à l’idée d’avoir un deuxième garçon, je me suis surprise à ressentir une immense fierté, un sentiment d’amour si fort et si spontané!

Le sais-tu à quel point je te trouve beau dans tout ce que tu es? À quel point ta personnalité et ta joie de vivre me chavirent? À quel point je vois l’amour dans tes yeux et combien il me transporte? Ta personnalité me rend si fière, ton affection me fait tant de bien.

Tu es mon garçon. Tu es mon enfant du milieu. Celui de l’équilibre. Celui du calme. Celui de l’apaisement. C’est facile la vie avec toi, mon cœur. Tu sèmes le bonheur partout où tu passes. Les gens t’adorent, s’attachent à toi facilement. C’est tellement valorisant, être ta maman.

Tu es le deuxième de trois. Le milieu de ma petite famille à moi. Avec toi, j’avais encore mes beaux principes, mais j’étais moins rigide. Avec toi, je savais être calme et j’avais encore beaucoup d’énergie.

Avec toi, j’étais moins stressée, avec toi, je pouvais plus profiter, car je n’avais plus peur de l’inconnu. Avec toi, je savais que le ménage pouvait attendre, que je pouvais savourer les moments de calme et prendre le temps de juste t’admirer.

Non mon cœur, tu n’es pas mon grand, ni mon bébé. Tu as ce rang ‘’non privilégié’’ à tes yeux. Celui qui te fait réagir à grands coups de ‘’c’est pas juste’’ et de ‘’ben là!!’’ Celui qui réclame les mêmes privilèges que ton grand frère et qui voudrait être le bébé en même temps. Tu n’es ni le plus grand ni le plus petit. Mais tu es mon fils. Mon enfant. Et je t’aime au-delà des mots. Et j’essaie de te donner ce temps de qualité que tu réclames et que tu mérites. Ces moments d’affection, de discussion et de confidences qui sont si agréables.

Parce que tu es mon fils. Mon enfant du milieu. Et que tu es spécial juste parce que tu es toi! Et que cela suffit. Peu importe ton rang.

Émilie Allard
ÉMILIE ALLARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *