Que « tout le monde » aille au diable

woman showing middle finger in her car

Cette année sera ma confrontation avec ce fameux « Tout le monde ». J’ai entendu des centaines de fois, « Tout le monde pense que  »… « Tout le monde trouve que » ou « Tout le monde dit que ».

First, c’est qui ça « tout le monde »? Des voisines, des amis de tes parents? Des connaissances de loin de ta cousine qui habite dans la ville voisine? Les gens qui se tiennent au bar du village? Tes collègues? Ceux de ton ex? Pire encore, des gens à qui tu n’as JAMAIS adressé la parole et que tu sais fuck all c’est qui même quand on te les montre sur Facebook?

Est-ce que trop souvent, tu t’empêches de faire quelque chose par peur de ce que « tout le monde  » dira? Je prône souvent l’importance d’être la mère que tu as envie d’être, mais j’avais envie de te rappeler aussi la femme que tu veux tout simplement être également. J’ai souvent l’air complètement assumée, n’écoutant rien de ce qui se passe autour de moi, mais il m’arrive bien souvent de douter, de me laisser atteindre par des commentaires acerbes et de perdre quelques minutes, voire même quelques heures, de mon temps précieux à ruminer ce que j’ai lu/entendu ou appris qui vient de la bouche de « Tout le monde ».

Il est facile d’utiliser cet argument lors d’un conflit.

Par exemple : chicane avec une amie qui vous répond : « Ouin, mais « tout le monde  » pense comme moi.

Ou encore dispute avec chéri, ou ex-chéri qui vous sert également la sauce de « tout le monde  » dit que tu n’as pas agi correctement.

Bien qu’ils aient peut-être raison et que tu n’ailles véritablement pas bien agi, peut-être aussi que c’est un argument de faible, de dernier recours ou de quelqu’un qui a de la difficulté à se regarder le nombril et qui préfère utiliser l’arme facile.

J’ai envie de te demander aujourd’hui : quelle est la place que tu accordes à l’opinion des autres? Pourquoi est-ce que ça t’atteint trop souvent? Pourquoi ressentir le besoin de plaire à tout prix?

Je raconte en conférence comment j’ai fait un pas de géant en réglant pratiquement la problématique que j’avais face au regard des gens : c’est en fonçant droit dessus et en constatant que je n’en étais pas morte. Pour faire une histoire courte, je portais une robe de princesse pour un événement (LA TOTALE ROBE DE PRINCESSE AVEC LA TRAÎNE PIS TOUTE PIS TOUTE), et après l’événement, nous devions aller souper au restaurant où visiblement le code vestimentaire n’était pas PANTOUTE adapté à mon habillement royal. Je voulais mourir de honte. Après avoir enfilé deux verres de vin, et vessie basse post-accouchement de trois merveilleux enfants obligeant, j’avais évidemment une envie pressante de me rendre aux toilettes. JE REFUSAIS DE ME LEVER DE MA CHAISE, DE PEUR DE CE QUE LES GENS DIRAIENT EN ME VOYANT. J’ai même songé à le faire dans mes bobettes; anyway, personne ne s’en serait rendu compte, je portais une longueeeeeee robe de princesse.

Jusqu’à ce que je me rende compte du ridicule de la situation…

Les gens me regarderont de travers? Ok…. Sûrement.

Les gens s’imagineront que je porte peut-être ce genre de robe à tout moment? Peut-être…

Les gens penseront que je suis une prétentieuse folle, qui vit dans son monde imaginaire de princesses, et qui ne peut faire les choses de façon « normale » : sans doute…

SAUF QUE… je et tu es la seule à connaître ta valeur. Tu es la seule à connaître ton histoire, ton passé, ton vécu, tes bons comme tes mauvais coups qui font de toi la personne que tu es. Tu es la seule qui peut savoir exactement ce qui est vrai, ce qui ne l’est pas, ce qui t’appartient, tes valeurs, ta façon de voir la vie et surtout, tu es la seule qui peut véritablement se connaître.

C’est facile de porter un jugement. Facile aussi de se laisser influencer par l’opinion des autres. C’est encore plus facile de se laisser atteindre par un commentaire de « Tout le monde ». En s’occupant de ce que les gens disent, c’est du temps que tu perds à travailler sur toi, sur ce que tu désires améliorer ou faire grandir. C’est évident que ce n’est pas agréable de se remettre en question à la suite d’un passage de « Tout le monde », mais demande-toi réellement pourquoi tu accorderais de la valeur à ces propos. Tu n’as même aucune idée de QUI BORDEL EST-CE $%?&*#?@ CE « tout le monde »-là.

On vit dans une société où on dénonce ouvertement l’intimidation, où on prône des valeurs d’entraide et de partage, mais bien souvent, on continue de raconter n’importe quoi sur n’importe qui, on prend un malin plaisir à lire les potins de stars et à se fabriquer une histoire parce qu’on détient sans doute une partie de la vérité, et on ne se rend pas compte qu’on peut blesser quelqu’un.

Sois la mère que tu as envie d’être.

Sois la femme que tu as envie d’être.

Sois l’amie/la sœur/la fille/la cousine que tu as envie d’être selon TES VALEURS… tu te tromperas rarement.

Quant à ta peur de « tout le monde », je te suggère réellement de foncer droit dessus : tu as envie de porter ton chapeau que tu n’oses jamais porter par peur du regard des autres? PORTE-LE!

Tu as envie de faire un projet complètement insensé que tu as en tête depuis longtemps? FAIS-LE

Tu dois prendre une décision importante qui concerne TA vie parce que tu n’es plus bien/à l’aise/heureuse/tout autre synonyme connexe, PRENDS-LA!

Constate ensuite le bien fou que ça te procurera. Observe ta confiance en toi grandir et surtout remarque à quel point ta vie sans les « tout le monde » est beaucoup plus saine! Dis-toi ensuite que tu es en train d’enseigner à tes enfants de bien belles valeurs : être authentique, vraie et d’une grande ouverture d’esprit!

Je finirai avec une chanson d’Harmonium tout droit sortie des années 70 : « Où est allé tout ce monde, qui avait quelque chose à raconter… ti di di dam dam dam. On a mis quelqu’un au monde, on devrait peut-être l’écouter ».

P.S.: J’ai ajouté la chanson juste pour que tu l’aies dans ta tête toute la journée. Ne me remercie pas.

MELISSA NORMANDIN ROBERGE MELISSA NORMANDIN ROBERGE

Mélissa Normandin Roberge est une entrepreneure-née. Ayant fondée sa première entreprise à l'âge de 18 ans, elle s'est toujours donné comme mantra d'aller au bout de ses rêves et de vivre le moment présent. Maintenant conférencière et coach en affaires, elle est devenue une experte en paillettes, désirant convaincre les gens qu'ils peuvent briller en osant être unique, différent, et surtout être eux-mêmes complètement. En savoir plus...

Site Web Page Facebook


5 thoughts on “Que « tout le monde » aille au diable

  1. Sonja Répondre

    Mon fils de 13 ans est ce que l’on appelé un gueek. Mon conjoint qui n’esr pas son père, lui dit souvent de grandir un peu et qu’il n’aura pas d’ami parce que il tripe sur les Pokémon. Moi je lui dit que dans la vie tu as des amis que tu es suposer pouvoir compter sur une main, les autres se sont des connaissances. Tes Amis vont s’en calisser que tu joue encore au Pokémon, les autres… Tu t’en caliss 😉 tu es se que tu es assume le et ne fait jamais rien pour faire plaisir au Autre (voir ici « tout le monde » ou « connaissance) mais à TOI ( bon ont s’entend la 😉 )

  2. Annick Répondre

    Merci tellement de tous tes publications qui me font telllllllllllement mé telllllllllllement de bien ! Ils me réconfortent et apaisent cet anxiété qui gruge à l’intérieur. .. Ils montrent de juste vivre, et d’être bien avec soi… Je t’adore !!!! Merci de de me libérer le temps d’une lecture. ..

  3. Anne Marie Répondre

    La vrai vie, tellement drôle aussi 🙂

    Moi je me suis toujours foutu de ce que LA BELLE FAMILLE et les autres pense ! Oullala ! Ça dérange ! Je pense par moi même ! J’ai l’esprit zen ! Jai même appeler ma compagnie comme ça 😉

  4. Mone R. Répondre

    Bravo Mélssa! Que de belles réflexions proposées. Ton propos est senti et réfléchi, je le sent bien. Je trouve que tu es une belle personne dans tous les sens du terme! Merci d’oser t’exposer ainsi.

  5. Lorraine Répondre

    Mais que ça fait du bien!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *