Chère maman, tes vacances d’été ne seront pas parfaites

Chère maman,

Les vacances d’été arrivent à grands pas. Que tu aies planifié un séjour à l’hôtel, une visite au zoo, un roadtrip en Gaspésie ou un voyage dans un tout-inclus, ceci est un rappel amical pour que tu n’oublies pas que tes vacances d’été ne seront pas parfaites.

Chaque année, tu fais des pieds et des mains pour organiser de belles sorties et de beaux voyages pour ta famille pendant la période estivale. Tu passes des heures à chercher le meilleur hôtel kids friendly, le plus savoureux des restos et le plus beau chalet pour que tes petits profitent de leurs vacances au maximum et que vous créiez ensemble les plus merveilleux souvenirs qui soient.

Toutefois, tous les ans, tu te fais prendre; tes attentes sont immenses et ta déception l’est tout autant quand les choses se gâtent parce que tes petits s’obstinent sans fin à propos de tout et de rien.

Parce que faire du camping en famille s’avère finalement plus compliqué qu’agréable.

Parce que tes enfants se sont couchés trop tard.

Parce qu’il pleut.

Parce que les jeux d’eau font peur à ton petit de deux ans et qu’il a décidé de te le faire savoir en se tapant une crise de bacon.

Parce que ton plus vieux n’arrête pas de dire qu’il veut rentrer à la maison.

Parce que tu as voulu coucher tes enfants trop tôt.

Parce que ton plus jeune a attrapé la gastro.

Parce que tu t’es disputée avec ton chum/ta blonde qui s’est trompé(e) de sortie sur l’autoroute.

Parce que tout le monde a dormi de travers à l’hôtel, s’est réveillé à la barre du jour et a une humeur de cochon.

Parce que l’un de tes enfants a pris le dernier verre de jus d’orange, qu’il n’est reste plus pour le deuxième et que c’est le drame.

Parce qu’il fait trente-deux à l’ombre et que toi et ta gang manquez de vous évanouir devant la cage des lions au zoo.

Parce que ton aîné veut aller dans la piscine, ton cadet dans le spa et qu’il n’y a pas moyen de faire entendre raison à ni un ni l’autre.

Parce que ce que tu entrevoyais comme une formidable journée à la plage s’avère être beaucoup plus fatiguant que prévu parce que tu dois répondre aux besoins de tout le monde et tout le monde a beaucoup de besoins.

Parce que tes petits ne semblent pas reconnaissants pour deux cennes de tout ce que tu as planifié pour eux.

Ce que tu oublies année après année, c’est que les vacances sont à l’image de ta maternité : par moments parfaites, mais par beaucoup d’autres sacrantes, épuisantes et c’est normal.

Alors cet été, plutôt que de mettre la barre haute, d’attendre la perfection de tes vacances et de tes petits et d’être déçue tôt ou tard, accepte que les imprévus sont inévitables, que tes enfants, de par leur humeur, leur personnalité et le nombre d’heures qu’ils ont dormi la veille, constituent une multitude de variables sur lesquelles tu n’as pas d’emprise et profite des petits bonheurs du quotidien.

Savoure l’heure collée avec tes petits, qui se sont levés trop tôt, sur le lit king size de la chambre d’hôtel que vous avez louée. Vis chacune des dix minutes avant le dodo pendant lesquelles vous écoutez la pluie tomber sur le toit de ta tente qui coule. Observe les yeux émerveillés de ton plus jeune à la vue de sa première girafe malgré la canicule et le plus vieux qui n’arrête pas de se plaindre qu’il fait trop chaud. Souris devant la moustache de lait de ton petit au restaurant, le soir où il n’a rien voulu manger.

La vie est courte et les vacances d’été le sont encore plus; cette année, maman, ne les passe pas à multiplier les attentes déçues.

Accepte les moments imparfaits et les imprévus; étrangement, ce sont souvent ces moments-là qui renferment les plus beaux souvenirs.

Crédit : South_agency/istock.com

La Parfaite Maman Cinglante

Blogueuse à temps plein, adepte du sarcasme et toujours à la recherche du sujet qui te fera sourire ou grincer des dents selon ton humeur et la mienne, je suis maman d’un garçon et belle-maman de deux enfants. Entre une partie de Nintendo Switch avec ma petite colonie, un souper aux chandelles avec mon homme et une soixantaine d’heures quelques heures de travail hebdomadaires, je carbure aux défis et je m’arrête parfois pour manger, dormir et pour me rappeler de respirer.

Plus d'articles

Post navigation

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *