Ne me dis pas que j’ai de la chance de ne pas avoir mes enfants une semaine sur deux

mother with two kids

Merci de ne pas me dire que j’ai de la chance de ne pas avoir mes enfants une semaine sur deux.

Quand je suis devenue mère, que j’ai enfin accouché de mes filles, je ne me suis pas dit que mon idéal serait d’en être responsable 50% du temps pour avoir du temps pour moi. Non, ce n’est pas ce genre de contrat que je croyais avoir signé.

Merci de ne pas me dire que j’ai de la chance de ne pas avoir mes enfants une semaine sur deux.

Je comprends que toi, tu es parfois à bout de souffle et que tu voudrais bien être à ma place. Je comprends aussi que tu trouves ça dur par moments parce que même à temps partiel, ça m’arrive aussi. Mais je te garantis que tu ne veux pas réellement être à ma place et si tu persistes à croire que oui, c’est que tu n’as aucune idée de ce qu’est la vie d’une mère en garde partagée.

Merci de ne pas me dire que j’ai de la chance de ne pas avoir mes enfants une semaine sur deux.

Parce que tu ne te trouverais en aucun cas chanceuse si tu étais privée de la moitié de la vie de tes enfants. Parce que tu gérerais bien mal le fait d’être privée de leurs sourires et de leurs soucis. Parce que tu t’inquiéterais de ne pas savoir comment ils vont vraiment. Parce que tes petits devraient laisser leurs vêtements et leurs jouets chez toi semaine après semaine pour les troquer contre des choses qui leur appartiennent aussi dans une autre maison. Parce qu’ils devraient changer de chambre et de parent une semaine sur deux. Parce qu’ils devraient vivre avec une personne qui n’est pas leur mère, même si elle est tout à fait gentille. Mais surtout parce que de vivre ces changements perpétuels n’est pas ce que tu souhaitais pour tes enfants quand tu as accouché.

Merci de ne pas me dire que j’ai de la chance de ne pas avoir mes enfants une semaine sur deux.

Parce que si tu étais à ma place, tu perdrais tes repères une semaine sur deux.

Merci de ne pas me dire que j’ai de la chance de ne pas avoir mes enfants une semaine sur deux.

Je n’en ai pas et mes enfants non plus. Ils ont une magnifique capacité d’adaptation qu’ils ne devraient pas avoir parce qu’ils sont tout simplement trop petits pour exprimer leur désaccord et faire un choix. Notre incapacité à garder notre famille unie leur a été imposée, point, et ils doivent apprendre à vivre avec cette réalité comme je le fais chaque jour. Le père de mes enfants et moi nous sommes séparés comme couple et les dommages collatéraux ont été inévitables.

Merci de ne pas me dire que j’ai de la chance de ne pas avoir mes enfants une semaine sur deux.

Parce que tu le dis sur un ton qui prétend que je fais la fête et que j’ai une chance inouïe de me reposer alors que je ne peux absolument pas te regarder en face et te dire que j’en profite au maximum.

Parce que la vérité est que je maudis cette semaine de solitude pendant laquelle je donnerais tout ce que j’ai au monde pour être à bout de mes enfants.

Cathy Potvin
CATHY POTVIN

9 thoughts on “Ne me dis pas que j’ai de la chance de ne pas avoir mes enfants une semaine sur deux

  1. Claudia Répondre

    Merci ! Enfin quelqu’un qui comprends💔

  2. Annie Répondre

    Merci pour ces mots qui décrivent exactement ce que j’ai envie de dire à tous ceux qui me disent de profiter de mes moments de solitudes, sans mes enfants…

  3. Nancie Répondre

    Merci

  4. Julie Répondre

    Jpense que ca devrais être “j’ai de la chance d’avoir mes enfant 1sem sur 2”
    Parce que NE PAS les avoir 1/2 ca reviens a les avoir temps plein 🧐
    Mais on comprend le message malgré cette erreur

  5. Yan Répondre

    En tant que Papa séparé, parce que la mère de mes enfants pense comme vous, je suis privé de mes enfants et je ne les vois qu’un fin de semaine sur deux….la tristesse et le manque, ça s’applique aussi aux Papa qui voudrait prendre leur place mais que c’est mal vu en général dans notre société… Un papa parfait cinglant.

    1. psychomum Répondre

      Bonjour Yan,
      Je suis une maman alternée et il est tout à fait normal que les pères voient leurs enfants autant que les mères. La garde alternée est pour moi une évidence dans la mesure où les parents s’entendent et communiquent. J’espère que vous pourrez un jour envisager ce mode de fonctionnement. Vos enfants ont besoin de vous.
      J’ajouterai que nous ne perdons pas la moitié de la vie de nos enfants en ayant leur garde une semaine sur deux. Cela est pour moi totalement faux. Nous sommes en contact très régulièrement les semaines “off”. Le téléphone, Internet, toutes sortes de moyens de communication existent désormais (bien évidemment, c’est plus pratique et envisageable lorsque les enfants sont assez grands). A nous de décider de rester en contact avec eux !
      Courage à vous.

  6. Julie Beauchamp Répondre

    Vrai. Mais dommage que tu le vives comme ça. Je comprends l’ennuie, je comprends la solitude, et oui, je comprends le jugement et le regard pesant de ceux qui s’imaginent que la semaine “off”, c’est une semaine de “party”. Rarement le cas.
    Ils/Elles ne savent juste pas. Que d’être en garde partagée, ça implique de “s”entendre” avec son ex mieux que quand on était en couple! Pour le bien des enfants. Pour leur épanouissement. Et parce que même si on ne fonctionne plus en couple, il faut quand même fonctionner en tant que parents. Pas toujours évident!
    Alors oui, c’est correct de t’ennuyer… C’est correct d’avoir de la culpabilité (un peu). Mais c’est correct aussi de profiter de ton temps à toi. Pour te retrouver toi… Parce que même en garde partagée, tu restes une maman à temps plein, et tes enfants ont besoin de la meilleure version de toi-même toujours. Et le regard des autres??? Well, who cares?

  7. Flo Répondre

    Tout à fait d’accord avec tes propos Julie.

  8. Isabelle Répondre

    Quand mon mari s’est séparé de sa première épouse, elle a tout fait pour avoir la garde exclusive de sa fille. Son leitmotiv : je n’ai pas signé pour être maman à mi-temps. Et nous nous sommes battus, pour cet hébergement égalitaire, nous nous sommes battus pendant 3 ans, entre étude sociale, avocats qui qualifiaient notre relation d’instable (cela fait à présent 16 ans que nous sommes ensemble), Et à chaque fois la réponse de mon mari fut la même et moi, je me sépare de toi, pas de notre fille. Parce qu’un papa non plus n’a pas envie d’avoir ses enfants une semaine/2, il aurait envie aussi de les avoir à temps plein, mais il comprend que la maman a autant le droit que lui d’avoir ses enfants, de les voir, de les accompagner dans la vie, de les toucher, les embrasser, les guider. Malheureusement, encore trop souvent, ce sont les mamans qui ont la chance d’avoir la bienveillance des tribunaux. Nous avons 4 enfants, Deux à moi, une à lui, et un à nous, elle avait 12 mois lorsque nous nous sommes rencontrés, 18 mois lorsque nous avons emménagé ensemble, je la considère comme ma fille, à 17 ans elle continue à être une semaine/ 2 chez nous et chez sa maman, et elle est très contente de ce système. Parce que elle non plus, n’avait pas envie d’avoir un papa 4 jours par moi. Parce que elle aussi, avait compris que son papa se séparait de sa maman mais pas d’elle, parce que cette petite fille de 3 ans et demi avait à l’époque dit à l’assistante de justice, je veux être pareil chez mon papa et chez ma maman. D’autres n’ont pas la même chance. Je compatis à tous les papas qui ont la malchance d’être tombés sur des mamans qui se servent de leurs enfants afin de les séparer de la chair de leur chair, parce que ces mamans ne savant pas le mal qu’elles font non seulement à leur ancien compagnon mais aussi à leurs enfants, qui ne comprendront la situation que bien plus tard. Nous n’avons aucun(e)s envie d’être mamans/papas privés de nos enfants une semaine / 2 , mais nos enfant eux ont le droit de conserver leurs deux parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *