Je suis une maman old-school

mother kid vintage

Je suis une maman old-school et je ne surprotège pas mes enfants des microbes. À moins que nous nous trouvions en plein cœur d’une porcherie, ce qui tombe par terre peut encore être mangé, la boue et le sable font partie de leur régime alimentaire pendant la petite enfance, je les laisse manipuler les coquillages, les grenouilles et les objets en tout genre qu’ils trouvent sur la plage ou dans les bois sans que le poil ne me dresse sur les bras et les chandails et les bouches tachés de spaghetti font partie de notre quotidien. Ceci étant dit, je ne me fiche pas de l’hygiène pour autant; le lavage des mains est obligatoire avant tous les repas et après chaque passage au petit coin.

Je suis une maman old-school et mes enfants ne sont pas des cartes de mode. Qu’on se comprenne bien, les gens sont libres d’habiller leurs enfants comme ils l’entendent mais personnellement, je ne vois pas l’intérêt de remplir leur garde-robe de morceaux de linge à cinquante dollars l’unité qui leur feront trois minutes et quart, d’obliger mon garçon à porter des pantalons aussi chics qu’inconfortablesni d’imposer des collants et des robes en laine qui piquent à ma petite fille d’un an. Pour moi, l’enfance se vit en pantalon à taille élastique et en t-shirt sauf avis contraire; lorsque mes petits me demanderont de leur propre chef d’avoir des vêtements à la mode, il me fera plaisir de revoir ma position.

Je suis une maman old-school et je n’accoure pas quand mes enfants se blessent. Je les observe de loin, je guette leur réaction sans afficher la mienne et le plus clair du temps, ils se relèvent et poursuivent leur route sans en faire tout un plat; ils savent que je suis disponible pour eux en cas de besoin, mais mon absence de réaction leur permet de constater qu’ils ont encore tous leurs membres et qu’il n’est pas nécessaire d’appeler une ambulance.

Je suis une maman old-school et le spaghetti, le pâté chinois et les hot dogs font régulièrement partie de notre menu. Le guide alimentaire revoit sa position une fois tous les trois ans, ce qui était bon ne l’est plus et ses recommandations évoluent au fil des recherches qui se multiplient; loin de moi l’idée de l’ignorer car je ne suis pas contre le progrès, mais j’ai appris à en prendre, à en laisser et à tenir compte d’une étude beaucoup plus sérieuse que toutes celles faites par les professionnels de ce bas monde : les goûts de mes enfants et mon besoin de ne pas passer quatre heures à négocier encore trois bouchées à l’heure du souper. Dans la vie, il y a toujours un juste milieu et j’ai trouvé le mien.

Je suis une maman old-school et je ne considère pas qu’il est de mon devoir de jouer les G.O. J’aime évidemment bien faire des sorties avec mes enfants et m’amuser avec eux par moments, mais je ne crois pas que mon rôle consiste à jouer les monitrices de terrain de jeux en permanence. La maison, la cour et le cabanon sont remplis à craquer de jeux et de jouets et il leur appartient de trouver des façons de s’amuser sans que j’intervienne afin de développer leur créativité et leur imagination tout en me permettant de clancher ma dernière brassée de lavage ou de prendre un moment à moi de moi.

Je suis une maman old-school et je ne crois pas que la télé soit le diable. Chez nous, elle n’est pas ouverte en permanence, mais je n’ai pas de problème à ce qu’on l’ouvre quotidiennement, particulièrement après une journée d’école ou de garderie ou à la fin d’une activité extérieure. Tout le monde a le droit à son break et si écouter une télésérie une fois les enfants couchés a le don de me détendre, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas offrir le même luxe à mes p’tits qui sont sollicités à la journée longue et qui ont aussi besoin de tirer la plogue le soir venu.

Je suis une maman old-shcool et je ne justifie pas mes décisions à mes enfants à tout bout de champ. Leurs émotions m’importent, je suis à leur écoute mais au-delà d’une explication claire, je leur demande d’appliquer mes consignes sans me mettre à accepter de me justifier de long en large et à expliquer à en plus finir pourquoi je dis non et je n’hésite pas à les punir quand ils dépassent les bornes.

Je suis une maman old-school et je pense qu’il est tout à fait normal d’avoir envie de se retrouver entre adultes par moments. Je ne considère pas que prendre la décision d’avoir des enfants signifie de mettre une croix sur sa vie d’adulte à part entière. Ceci étant, il m’arrive régulièrement de faire garder mes p’tits pour sortir entre amis, avec mon chum ou même, à l’occasion, partir dans le sud; notre lien d’attachement ne s’en porte pas plus mal, ils ne sont pas moins heureux pour autant, et moi, je le suis davantage car je préserve l’équilibre dans ma vie.

Pour certains, je suis une maman old-school.

Pour les autres et pour moi-même, je fais simplement preuve de gros bon sens.

logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *