Maman VS Papa

father and kid at the beach

À partir du moment où tu accouches, tout le monde te donne des trucs concernant les mille et une interventions que tu dois faire auprès de tes enfants. Ce qu’on ne te dit pas, c’est que la démarche est bien différente quand c’est Papa ou Maman qui intervient et que les enfants n’agissent clairement pas de la même façon avec l’un ou l’autre. Voici donc une petite liste des différences les plus flagrantes.

#1 La routine du soir

Maman

Tu as une liste de tâches à accomplir : donner le bain, laver les cheveux, gratter sous les ongles pour enlever la terre/peinture/toutes autres saletés du jour et t’assurer que tout le monde brosse ses dents et fasse son dernier pipi. Tout est planifié à la minute près et tu n’as pas le temps de niaiser mais malgré toute ta bonne volonté, bien souvent, tes p’tits finissent par te taper une crise parce qu’ils ne veulent pas prendre leur bain, puis parce que qu’ils ne veulent plus en sortir.

Papa

Quand c’est Papa qui gère la routine du soir, les choses sont un peu différentes. Il y a très certainement de la mousse partout dans ta salle de bain et les brosses à dents traînent sur le comptoir avec le tube de pâte à dents encore ouvert une fois les enfants couchés. Tu lui pardonnes toutefois parce que tu l’as espionné et le rire de tes enfants qui s’amusaient t’a conquise.

#2  Le dodo

Maman

Tu lis une histoire, puis deux, puis trois. Un bisou, puis deux, tu commences à moins être douce. Après c’est la crise pour pipi/de l’eau/un autre bisou et la roue tourne pendant deux heures.

Papa

Papa lit une histoire, donne un bisou et hop! Bébé est couché et déjà dans les bras de Morphée, sans crise ou demande farfelue.

#3  Les chicanes

Maman

Quand la troisième guerre mondiale explose dans ton salon, tu fais une médiatrice de toi, tu valides les sentiments de chacun, écoutes leurs arguments et cherches à tester les méthodes d’intervention dont tu as pris connaissance dans le dernier article de Naître et grandir. Quand ça ne marche pas, tu hausses le ton et tu envoies tout le monde dans son coin; ce n’est pas toujours si facile de sortir la Super Nanny en toi finalement.

Papa

Quand la chicane pogne, Papa débarque avec un casque quelconque et douteux sur la tête et lance une réplique du genre “Arrêtez ou je vous chatouille jusqu’à ce que vous fassiez pipi dans vos culottes”. S’ensuivent des rires et une partie de lutte sur le divan. Quand ça ne fonctionne pas, un gros “Aille! C’est assez!” fait toujours la job.

#4  Les repas

Maman

Tu passes plusieurs heures à cuisiner un bon repas qui ferait baver les investigateurs du guide alimentaire et au final, personne veut manger.

Au cours d’un même repas, tu peux rarement te permettre de t’asseoir plus que cinq minutes en raison des demandes qui fusent de partout : un deuxième verre de lait, du ketchup, c’est trop chaud, c’est trop froid, oups ! un dégât à ramasser. Tu finis par terminer ton assiette une fois que tes p’tits ont terminé la leur et quand ça se passe particulièrement mal, tu manges les restants quand ils sont couchés.

Papa

Papa ne se complique pas la vie : il réchauffe et sert ce que tu as préalablement préparé ou du macaroni au fromage, des bébés carottes et autant de ketchup que les enfants veulent font l’affaire. Grâce à son repas cinq étoiles, il se mérite le titre de Papa le plus cool et il peut très facilement rester assis à table pendant que tout le monde mange chaud.

#5  La discipline 

Maman

Tu as établi un plan clair : quand ton enfant agit mal, tu l’informes du nombre d’avertissements restants et de la conséquence qu’il aura s’il ne respecte pas les consignes. Lorsque tu mets à exécution ladite conséquence, tu as quand même droit à une crise de larmes et un refus d’obtempérer et tu te retrouves au coeur d’une séance de négociation en bonne et due forme.

Papa

Papa ne négocie pas et n’avertit pas toujours de la conséquence à venir, mais les enfants lui obéissent normalement au doigt et à l’oeil. Malgré toutes les tentatives des enfants, il ne se laisse pas amadouer par les moues et les pleurs, répétant aux intéressés qu’ils avaient juste à écouter.

Monia Bouchard
MONIA BOUCHARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *