Merci de sacrer patience à mon ado qui ne sait pas encore ce qu’il veut faire de sa vie

annoyed teenager with woman

Merci de sacrer patience à mon ado qui ne sait pas encore ce qu’il veut faire de sa vie. À qui tu demandes à toutes les réunions familiales de quoi sera fait son avenir. À qui tu répètes constamment qu’il doit le savoir, que c’est important, primordial, nécessaire et viscéral.

Je le sais que ton but, c’est de t’intéresser à lui. C’est de prendre de ses nouvelles et de jaser d’avenir. Sauf que l’affaire, quand il te répond qu’il ne le sait pas encore, c’est qu’il voit dans ta face que tu paniques. Plus que lui. Sans s’en rendre compte, il se prépare à se justifier. Ah! Ça pour ça, il est rendu bien bon. Si seulement, justement, il pouvait en faire un métier, hen ?

Je le sais bien que c’est gentil à la base, ton affaire. Sauf que ce que tu ne comprends pas, c’est qu’après chacun de tes interrogatoires, mon enfant a l’estime de soi dans les baskets. Tu ne le sais pas parce que c’est à moi qu’il confie qu’il se sent nul, qu’il a peur de l’avenir et qu’il n’est même pas assez intelligent pour savoir ce qu’il veut faire du reste de sa vie.

Hey, sérieusement là. Toi, tu n’as jamais douté ? Es-tu capable d’admettre que c’est angoissant, quand tu as seize ans, de décider du sort de ta vie ? Es-tu capable de voir qu’au-delà de son avenir, cet individu-là, sous ses airs de petit adulte, est en train de se construire? Dans son passage obligé qu’est l’adolescence, mon enfant essaie de se faire confiance, de se comprendre, de grandir et de vieillir; il construit l’Homme qu’il veut devenir. Dans mon livre à moi, qu’il soit livreur de pizza ou directeur d’école, je m’en sacre pas mal. S’il peut devenir un individu honnête et adéquat avec les valeurs à la bonne place, il aura réussi son parcours.

Je ne suis pas en train de te dire que ce n’est pas important d’être capable de se projeter et de planifier son avenir. Je suis juste en train de te dire que je te trouve intense quand tu lui dis que c’est donc triste de pas savoir ce qu’on veut faire dans la vie à son âge. Je t’entends déjà me répondre que c’est important de bien gagner sa vie, qu’il ne pourra dépendre de nous indéfiniment. Rassure-toi. C’est bien dans mes plans qu’il ne soit pas à mes dépens jusqu’à ses trente-cinq ans. Dans mon monde idéal, il trouvera le métier qui le rendra heureux et fier. C’est juste que ma façon de l’amener là est clairement très différente de la tienne. C’est juste qu’au lieu de le chicaner sans arrêt sous prétexte qu’il n’a pas encore trouvé sa voie et de l’angoisser avec un questionnement sans fin à propos du CEGEP auquel il devrait s’inscrire, j’ai choisi de l’amener à se faire confiance et à se questionner.

À toi qui t’inquiètes à ce point du sort de mon adolescent, tu me donnes souvent l’impression d’être dans le champ.Tu me donnes l’impression de croire que je ne me soucie pas de mon enfant. Pourtant, quand j’écoute la petite voix à l’intérieur de moi, ça ne semble pas être moi qui est à côté de la track.

Mon ado, bien que mélangé pour le moment, n’est pas incompétent. Il sait se faire cuire un œuf, il est capable de faire son lavage. C’est déjà ça. Il réussit même à garder ses emplois d’été. J’ai confiance en lui et je ne suis pas atterrée que du haut de ses seize ans, il ne soit pas capable de te répondre quand tu lui demande s’il a enfin choisi où il ira étudier.

À toi pour qui ça n’a jamais été un défi d’enligner tes bottines, eh bien bravo. Mais s’il te plaît, sacre patience à mon ado et si tu as vraiment le goût de lui démontrer qu’il a de l’importance à tes yeux, prends donc le temps de l’écouter.

À toi qui ne te souviens peut-être plus comment c’est dur des fois de se faire confiance quand on est adolescent, ne lui fais pas la morale; rassure-le.

Même s’il est déjà bien grand, mon cœur de mère est convaincu que c’est toujours ce dont il a le plus besoin.

Phonzine
PHONZINE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *