Lettre à mes enfants métissés

multiethnic family

Mes chers enfants métissés,

Je vous vois vieillir, grandir, je vois aussi le monde parfois laid dans lequel on vit et j’ai peur. J’ai peur de vous voir confrontés à une réalité que moi je n’ai pas connue.

J’ai peur du jour où vous allez vous demander pourquoi il n’y a pas de super-héros qui vous ressemblent. Pourquoi tous les anges de Noël sont blancs. Pourquoi, dans les livres ou à la télévision, les petits enfants caramel sont rares.

J’ai peur du jour où vous serez mis à part, jugés ou critiqués, juste à cause de la couleur de votre peau sans qu’on tienne compte de votre cœur aimant.  Du jour où des personnes vous verront d’un œil mauvais, sans chercher à vous connaître.

J’ai peur du jour où on vous demandera de choisir votre clan, où l’on vous forcera à vous identifier, sans prendre en considération que vous n’êtes pas un ou l’autre, mais un magnifique mélange.

J’ai peur du jour où on vous fera croire que vous ne pouvez pas tout accomplir, que vous ne pouvez pas devenir ce que vous souhaitez être. Que le manque de représentation raciale, de personnes d’influence vous ressemblant, vienne vous laisser croire que vous êtes moins bons.

Mes beaux enfants café-au-lait, vous êtes magnifiques, de corps et de cœur.  Ne laissez jamais quelqu’un vous laisser croire le contraire.

Maman sera toujours là pour vous protéger, mes petits enfants métissés.

Émilie Verret
ÉMILIE VERRET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *