Lettre à mon amie noire

Ma chère amie, Lors de notre première rencontre, bien des choses m’ont frappée chez toi : ton sens de l’humour, ton sourire, ta belle énergie, la musique de ton rire et j’en passe. Mais, je n’ai pas vu la couleur de ta peau. À force de te côtoyer, j’ai observé que tu étais une femme Lire la suite…

Mes enfants, je veux vous apprendre à vivre avec la différence

Mes enfants, je veux vous apprendre à vivre avec la différence, la comprendre, l’apprécier et l’encourager. En aucun cas, je veux que vous la méprisiez, la stigmatisiez et la dénigriez. Je veux que vous sachiez que l’amour n’a pas de genre, qu’il n’a aucune limite, qu’il est présent dans le coeur de chacun et qu’il Lire la suite…

Lettre à mes enfants métissés

Mes chers enfants métissés, Je vous vois vieillir, grandir, je vois aussi le monde parfois laid dans lequel on vit et j’ai peur. J’ai peur de vous voir confrontés à une réalité que moi je n’ai pas connue. J’ai peur du jour où vous allez vous demander pourquoi il n’y a pas de super-héros qui Lire la suite…

À toi, le parent qui juge devant son enfant

Cher toi, Aujourd’hui, je t’ai entendu dire à ton enfant qu’il ne pouvait pas aller jouer dans le parc d’amusement du restaurant. Jusque-là, je m’en balance, c’est toi le gestionnaire. Je n’ai quand même pas pu m’empêcher de tendre l’oreille lorsque ta progéniture s’est empressée de demander pourquoi. Tu lui as répondu qu’il y avait trop de Lire la suite…

Mon union multiculturelle

Quand j’ai annoncé à ma mère que j’avais rencontré un arabe, un algérien pour être plus précise, et qu’il était musulman par-dessus le marché (car ce ne sont pas tous les arabes qui sont musulmans et vice-versa), j’ai cru qu’elle allait s’évanouir. Elle me voyait déjà comme la nouvelle vedette du film Jamais sans ma Lire la suite…

Les importés

Mon grand garçon, je dois t’expliquer des choses importantes. Importantes pour les grandes personnes, parce que toi, tu t’en fiches. Mais mes oreilles ont silé trop souvent. J’ai toujours ravalé sans rien dire. Je me suis mordu les joues en entendant les blagues racistes de tes oncles. J’ai eu le cœur serré en voyant ton Lire la suite…