L’allaitement en public : quand ton « indiscrétion » fait jaser

breastfeeding outside

Toi, celle qui allaite le sein bien à découvert, sans aucune retenue,

Tu fais parfois réagir les passants, tu l’as constaté. Les réseaux sociaux sont parfois ta tribune où tu dénonces haut et fort les propos et réactions de gens qui désapprouvent ta façon de faire. Dans ces moments, je suis mitigée. Je trouve que tu as du guts. Je t’admire pour l’assurance que tu as à afficher aussi ouvertement ton allaitement et tes attributs avec. Je t’envie pour la simplicité que tu t’accordes dans l’accomplissement de ce geste. Sauf que je me questionne toujours sur la nécessité de dévoiler autant.

Qu’on me comprenne bien, la question n’est pas d’allaiter en public ou non. J’en suis d’ailleurs une adepte régulière : j’utilise alors un tablier d’allaitement ou une légère couverture, selon ce que j’ai sous la main. Il n’est pas non plus question de la fille qui relève discrètement son chandail et ne dévoile que quelques secondes son mamelon le temps de la mise au sein. Ni de celle qui allaite sans se couvrir dans le confort de son salon en compagnie de ses proches. Non, je parle de celle qui dénude complètement ses seins quand vient le temps de nourrir bébé au restaurant, au parc. Celle qui glisse son sein par-dessus l’encolure de son chandail, alors qu’elle est entourée d’étrangers, et le laisse à l’air durant toute la tétée.

Je suis peut-être vieux jeu, mais je n’en suis pas encore à me convertir à un allaitement aussi libre que le tien.

Je ne serai jamais de celles qui exposent leur poitrine en public pour allaiter. Je préconise la discrétion. Sauf que je ne te respecte pas moins.

Quand je te vois, je me demande si tu ne trouves pas le regard des autres intrusifs parce que, on va se le dire, un sein nu, c’est tape-à-l’œil dans une foule même quand on ne veut pas regarder. Dans ces moments, je ne peux qu’être épatée par ta capacité à faire abstraction de leur regard et à te faire confiance. Force est d’admettre que tu es un modèle de femme qui accepte son corps tel qu’il est, alors qu’on se sent souvent moche après avoir enfanté. De plus, dans une ère où les femmes se battent pour leur droit à allaiter en public, n’est-il pas contradictoire de ne pas leur attribuer le mérite d’aller jusqu’au bout de leur conviction? Il se peut aussi que tu allaites aussi librement simplement parce que tu te sens plus à l’aise ainsi. On met déjà suffisamment de pression aux femmes en leur vantant les bienfaits de l’allaitement. Pourquoi te blâmer en plus et te dicter comment faire?

J’ai compris que, dans la vie, il n’y a pas qu’une seule façon de bien faire les choses. L’allaitement ne fait pas exception à la règle, que ça choque ou non.

On est de la même ligue toi et moi. Comme toi, je trouve que l’allaitement est un moment de quiétude unique entre bébé et moi. Je ne peux que m’émerveiller à chaque fois devant la douceur de cet instant, mais je comprends que les inconnus puissent voir la chose différemment. Je ne te trouve pas grossière ni provocatrice. Si mes filles allaitent un jour et se sentent aussi libres que toi, je respecterai leur façon de faire. Oui, j’ai un malaise à voir ton sein dans son intégralité en public. Je vais me contenter de détourner le regard, comme je l’ai toujours fait. Je vais condamner comme toi les gens qui critiquent les femmes qui donnent le sein à leur nourrisson en public. Continue de faire comme tu veux, et moi aussi de mon côté. Néanmoins, n’oublie pas que les regards et les propos devant ton sein complètement nu, à moins qu’ils te soient dirigés sous forme d’insultes, ne sont que l’expression d’un malaise. Alors, ne crie pas trop vite au scandale.

Crédit : Lolostock/Shutterstock.com
La Discrète Maman
LA DISCRÈTE MAMAN

12 thoughts on “L’allaitement en public : quand ton « indiscrétion » fait jaser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *