Le cri du coeur d’une mère au foyer

housewife depressed

Tu es maman au foyer et des fois, tu as envie de vendre tes enfants sur eBay. Tout juste avant de te sentir coupable d’y avoir même songé. Pouvoir se payer le luxe de marquer une pause entre le « bonne journée, p’tit coeur! » et le « t’as passé une belle journée, mon ange? », c’est pas donné à tout le monde, mais ça ne comporte pas que des avantages.

S’éloigner pour mieux se retrouver, ça ne fait pas partie de ta vie, toi. Tu es au foyer trois cent soixante-cinq jours par année par choix et/ou parce que c’était peut-être plus économique que d’envoyer tes enfants à la garderie qui coûte la peau des fesses.

Et alors que tu passes tes journées avec tes rejetons, au retour du travail, ton conjoint, lui, ne comprend pas pourquoi tu perds patience plus souvent ou plus rapidement qu’il ne le fait, pourquoi tu as tendance à crier au moindre signe de désobéissance. Il te trouve fragile mentalement. Il se demande peut-être même si tu aimes ton rôle de mère ou si tu fais juste semblant.

La vérité, c’est que parfois, tu n’en peux plus de te dévouer corps et âme à tes enfants, soudée à eux vingt-quatre heures sur vingt-quatre, shifts de soir et de nuit inclus. Quand tu cries, c’est un débordement d’ennui et un appel à l’aide que tu lances, parce que t’es en train de disparaître.

Quand t’as eu ton premier, tu t’es embarquée dans une ride tellement cahoteuse que t’as décidé de laisser ton toi-même sur le bord de l’autoroute en te disant que tu irais le récupérer plus tard. Puis, les mois ont filé comme une étoile, mais ton toi-même est encore sur le bord de l’autoroute, perdu, en train de faire du pouce. Et quand tu cries pis que ton esprit a juste envie de sacrer son camp loin d’ici, c’est toi que tu appelles.

Pendant tes nuits trop courtes, ton cerveau en compote, embrumé par ton obsession de l’oreiller, le nez trop près de l’éternel routine du quotidien, se demande comment tu fais pour rester encore, jour après jour, toi, la survivante des aléas de la vie de parent.

L’heure est peut-être venue d’envisager un retour au travail, de faire du bénévolat ou de t’inscrire à un cours de dessin. Tes enfants, tu les aimes, mais tu vas les aimer encore plus si tu as la chance de t’en ennuyer. Un peu. Et dans le temps qu’il faut pour le dire, tes sourires redeviendront probablement sincères, ton esprit plus léger et tu récupéreras la patience qu’il te manquait. Et si tu peux ramasser ton toi-même en passant, je suis sûre que tout le monde en bénéficiera.

Y’a comme un équilibre à garder entre toi, ton couple et ta famille. Investis du temps pour toi, fais-le pour tout le monde.

Délègue, lâche prise. Parce que tu le mérites, et que tes enfants te remercieront de retrouver la super maman que tu es.

Marie Lune
MARIE LUNE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *