Ma chérie, ta fête, c’est un peu la mienne

little girl birthday

Aujourd’hui, c’est la fête, petite chérie. La tienne.

Tu es fébrile, tu t’émerveilles devant le décor rose et mauve. Tu salives devant les bonbons, tu tentes de deviner les cadeaux qui t’attendent. Le nez collé à la fenêtre, tu attends avec impatience l’arrivée de tes amis, de ce moment où on chantera pour toi et où tu souffleras les bougies sur ton gâteau de princesse.

Les invités se chuchoteront peut-être que je suis superficielle, mais ils peuvent bien dire ce qu’ils veulent. Les images de mes anniversaires d’enfant sont encore bien vives; je tiens à t’offrir ce moment de magie, le temps que tu es petite et naïve, pendant que tu t’émerveilles encore devant un rien.

Puis je t’avoue, ma chérie, je te vole une petite parcelle de ta journée. Parce que secrètement, c’est un peu aussi ma fête. Spécialement en ce jour, je suis envahie par la nostalgie. Je revis ma grossesse, ces moments où tu n’existais encore que dans mon ventre arrondi que je caressais constamment. C’est la remémoration de ce moment bien précis où j’ai perdu mes eaux et qu’alors, ton arrivée est devenue imminente. C’est la réminiscence de la gamme d’émotions de l’accouchement, qui ne s’est pas déroulé sans anicroches, mais s’est conclu par ta naissance, par chance en santé. Ce moment mémorable, inoubliable, de notre première rencontre.

C’était ta fête aujourd’hui, ma chérie. Tu t’extasies encore devant tes cadeaux, disons-le, trop nombreux, tu es épuisée, mais incapable de t’endormir à cause de trop de sucre ingéré en une seule journée pour ton corps menu. Qu’à cela ne tienne, j’en ai peut-être fait trop, mais non pas trop, finalement, tu es le centre de l’univers une seule fois par année. Tu emmagasines des souvenirs précieux.

Moi aussi, peut-être un peu égoïstement. Parce que je le fais un peu pour moi, parce que ton bonheur est intimement lié au mien, parce que c’est mon cadeau à moi de moi de te faire plaisir. En ce jour particulier, je suis infiniment reconnaissante envers le grand manitou de t’avoir mise sur mon chemin et fait de moi ta maman, puis celle de ta sœur avec qui tu me partages. Oh! Pas que je ne sois pas consciente de cette chance au quotidien, mais ta fête, c’est ce temps d’arrêt où, immanquablement, je fais silencieusement la rétrospective de ta dernière année, de tes progrès, ton évolution et que je remercie la vie que tu sois en santé.

Ma chérie, pour toutes ces raisons, ta fête, c’est aussi un peu la mienne. Depuis que vous êtes là, ta sœur et toi, les anniversaires ont pris un sens pour moi et paradoxalement, la mienne est devenue sans importance. Pourtant, je vais continuer à la souligner. Mais pas pour moi.

Parce que ta fête, c’est ce jour qui me fait dire qu’il n’y a personne d’autre avec qui je voudrais célébrer la mienne, qu’avec ma maman, parce que ma fête, c’est au fond un peu la sienne.

Bonne fête, ma petite chérie.

La Discrète Maman
LA DISCRÈTE MAMAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *