Arrête de te comparer, fille

depressed woman with laundry

Je le sais que c’est plus fort que toi. Que bien souvent, ça t’arrive de le faire sans même en être consciente. Je le sais aussi que c’est humain et que tu vas me dire que « quand on se compare on se console ». La vérité fille, c’est que bien trop souvent, c’est totalement le contraire qui se produit. En te comparant tu ne te consoles pas, tu te désoles. Souvent même, tu t’infliges cette désolation inutilement parce que tu te compares sur des points complètement artificiels sans même le savoir.

Arrête de comparer ton corps à celui des autres. Je sais bien que depuis que tu es toute petite, la société t’a appris que la perfection est synonyme de minceur. Que si tu veux être désirable aux yeux des hommes, les seules formes que tu puises te permettre sont celles qui se situent au niveau de tes fesses et de tes seins. Ça fait que pour répondre aux standards de la société, tu t’imposes des séances de gym et tu te sens coupable des après-midi crème molle qui rendent ta famille bien que trop heureuse . Mais tu sais quoi fille, t’as eu un enfant et à moins de faire partie de la faible proportion de femmes dont la génétique permet de retrouver un corps sans traces de gras ni vergetures suite a une grossesse, ça fait partie des joies d’avoir pu porter la vie. T’es belle comme tu es et ce n’est certainement pas trois-quatre squats dans le milieu de ton salon qui t’aideront à le penser.

Arrête de comparer tes compétences de mère à celles des autres. Tu vois Josée qui s’implique dans tous les comités de parents, alors que toi t’arrives à peine à te rendre à la fin de ta journée. Nathalie, elle, garde son calme et gère les frustrations de ses enfants comme une championne olympique des crises de bacon, alors que toi, la boucane finit par te sortir du nez, des oreilles et même d’ailleurs. Sauf que Josée ne mise pas sur l’importance du temps de qualité avec ses enfants. Nathalie, elle, ne favorise pas l’expression des émotions et laisse sa fille faire des crises au lieu de lui apprendre à exprimer ses émotions adéquatement. On a toutes nos forces et nos faiblesses et ce n’est pas ce qui fait de toi une bonne ou une mauvaise mère. Tu fais de ton mieux, un point c’est tout.

Arrête de comparer ta vie de couple à celle des autres. Je sais que t’as souvent l’impression que le chum de Myriam est plus attentionné que le tien et que le couple de Julie, contrairement au vôtre, s’entraide sans compter. Ce que tu ne sais pas, c’est que le chum de Myriam entretient une double vie depuis plusieurs années et ces petites attentions ne sont que des moyens de camoufler ses nombreuses infidélités.  Le couple de Julie lui, ne passe pas une seule soirée sans se prendre la tête sur à qui ce sera le tour d’aller au cours de danse de leur plus grande, pendant que l’autre devra préparer les lunchs du lendemain et du surlendemain. Contrairement à ce que tu peux penser, la relation parfaite à envier, elle n’existe tout simplement pas.

Arrête de comparer tes enfants à ceux des autres. Évidemment Sophia a des ‘’A’’ dans toutes les matières de son bulletin scolaire. Sauf que chaque soir après l’école, pendant que ses amis jouent dehors, sa mère lui demande d’étudier le double du temps recommandé. C’est certain que Mathis est super bon au hockey, mais il ne nage pas de façon aisée comme le tien. Chaque enfant possède un tempérament et des aptitudes différentes propres à eux. C’est ce qui fait de tes enfants, des êtres uniques qui arrivent à se démarquer par ce qu’ils sont avec leur personnalité, leurs forces et leurs difficultés.

La réalité fille, c’est que le jardin n’est jamais plus vert ailleurs. Ce que tu aperçois toi, en tant que spectatrice de la vie des autres, n’est qu’une parcelle de ce que les gens veulent bien te montrer. Ce n’est pas nécessairement plus facile ni même meilleur ailleurs. Peut-être même que de leur côté, ces personnes à qui tu te compares constamment envient ta vie de couple, ton corps ou tes enfants. Alors fille, prends quelques secondes pour regarder ce que tu as, pour l’apprécier, et le chérir. Et dis-toi que dans le fond, l’important pour vivre une bonne vie, c’est d’être heureux en faisant de son mieux !

 

Catherine Vignola
CATHERINE VIGNOLA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *