Lettre à ma future belle-fille

mother and child playing in the park outdoor

Chère belle-fille,

J’ai eu la chance de devenir la maman d’un beau garçon. J’espère qu’après tous les sacrifices et les efforts investis, il sera devenu un bon parti. J’ai passé un nombre incalculable d’heures à m’inquiéter pour lui et ce, dès le moment où j’ai su que je le portais dans mon ventre. J’ai pleuré, plus souvent qu’à mon tour, quand j’ai cru que je ne savais pas m’y prendre. J’ai douté de moi, de mes valeurs, de mes compétences. J’ai tout fait pour qu’il soit épanoui, respectueux, confiant, débrouillard, responsable, aimant.

Mais tu sais, chère belle-fille, personne n’est parfait. Quand votre lune de miel perdra de son éclat, tu découvriras les défauts de ton homme, de la chair de ma chair. Et forcément, tu vas te dire que c’est de ma faute. Parce que ça prend un coupable. Je l’aurai trop couvé, ou j’aurai brimé sa liberté d’expression. Je ne lui aurai pas appris à se ramasser, à cuisiner, à exprimer ses émotions. J’aurai toujours fait trop, ou pas assez, selon ce qui t’irritera le plus.

Je voudrais que tu comprennes que je l’ai aimé. Et que je l’aimerai toujours. J’aimerais que tu prennes conscience que l’homme tendre et passionné couché à tes côtés, c’est mon bébé. Que longtemps, j’ai été celle qui l’a consolé, qui l’a vu vulnérable, qui l’a conseillé, qui l’a écouté. Et même si toi et moi, on ne s’est pas choisies, je suis forcée de te passer le flambeau. Tu seras maintenant sa confidente, son repère. Je dois, bon gré mal gré, te confier ce que j’ai de plus précieux au monde : le bien-être de mon enfant.

Ne t’en fais pas, je n’ai nullement l’intention de m’immiscer dans votre couple. Je sais que dorénavant, ce sera toi, la femme de sa vie. Ne me juge pas. N’oublie pas que je devrai souvent ravaler mes commentaires lorsque j’aurai l’impression que tu prends des décisions à sa place ou que vos choix de vie ne correspondent pas à ce que je connais de lui. Mais j’apprendrai à me taire. À être diplomate. À être présente au bon moment, sans être envahissante.

Quand tu deviendras maman à ton tour, je te promets de te laisser faire tes choix, tes expériences, tes erreurs aussi. J’espère tellement que tu me feras confiance. Permets-moi d’avoir une relation privilégiée avec mes petits-enfants. Consulte-moi quand tu auras besoin de conseils ou quand tu seras débordée. Parce qu’entre mères, on peut s’entraider.

J’ai longtemps cru qu’être maman était le rôle le plus difficile à jouer dans une vie. Quand j’y pense, celui de belle-maman le sera tout autant. Car après avoir passé des années à tenter de tout donner, je devrai apprendre à me retirer, juste assez.

Chère belle-fille, si mon fils t’a choisie, c’est parce qu’il voit en toi quelque chose d’unique, que j’essaierai de percevoir également. Je ne peux pas te promettre d’être parfaite comme belle-mère, mais je te promets de faire de mon mieux. En feras-tu autant?

Maman Ninja
MAMAN NINJA

Une réflexion sur “Lettre à ma future belle-fille

  1. Marie-Eve Répondre

    Chère Maman Ninja, ton texte m’a émue et si tu le permets, je voudrais m’inspirer de ton texte pour faire un hommage à ma belle-mère. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *