8 principes maternels fondamentaux pour préserver ta santé mentale

maternité principes femme

#1  Choisis tes combats

Est-ce que c’est vraiment si grave que ça si ton dix-huit mois passe la journée en pyjama ? Ou si ta plus vieille a décidé qu’elle sera toute de rose vêtue aujourd’hui et que les yeux te saignent rien qu’à la regarder ? Ou que ton p’tit a encore du beurre de peanut sur le bord de la bouche pis sur le col de chemise quand tu le laisses à la garderie ? Ou si ton toddler veut manger un bonbon qui pourrait acheter la paix pour un bon dix minutes et te préserver d’une crise de bacon existentielle avant le souper un mardi soir ? Choisis tes combats.

#2  Personne ne va deviner ce que tu veux

T’aimerais ben ça que ton chum lise dans tes pensées et qu’il devine que tu veux qu’il fasse le gazon, qu’il passe la balayeuse pis qu’il vide le lave-vaisselle ? Fais ton deuil. Parce que c’est un gars mais aussi parce que si tu jettes un oeil rapide autour de toi, tu vas constater que la télépathie n’est pas un phénomène particulièrement répandu. Quand t’avais deux ans, t’as appris à demander les choses avec des mots, le principe s’applique toujours. Ça fait qu’exprime-toi.

Tu t’en sors plus avec la job, les p’tits pis l’épidémie de gastro de la garderie pis tu t’insurges que ta mère s’offre pas pour te donner un coup de main ? Demandes-y de l’aide au lieu d’espérer secrètement que la magie opère pour te déloader du poids de la planète qui te pèse sur le dos.

#3  Le plancher va être sale pis le linge va être frippé

Je sais que ta maison resplendissait de propreté comme le cover du magazine Déco chez soi avant que tu mettes bas, que ton linge était plié au carré comme chez Simons pis que t’aurais pu manger un spaghetti sur ton plancher pas d’assiette mais cette époque est révolue. Prends une couple de grands respires dans ton sac de papier, sers ta moppe pis ferme les yeux sur le panier de linge sale.

#4  Le guide alimentaire n’est pas une bible

En tant que mère de famille, t’aspires à donner ce qu’il y a de meilleur à tes enfants. Sauf que ça devient un vrai tour de force quand il est question de souper un soir de semaine entre les devoirs, le bain, la préparation des lunchs du lendemain pis toutes les autres tâches connexes qui viennent avec la maternité. Ça fait que ça se peut que ton p’tit ne mange pas assez de carottes un mardi soir pis qu’il soit en carence de gruau un mercredi matin. Ça ne le tuera pas. Le guide alimentaire c’est pas une bible pis ta progéniture n’ira pas en enfer si tu ne le suis pas au pied de la lettre. Promis.

#5  Le Mieux-Vivre ne dispose pas de la science infuse

Ben oui, le Mieux-Vivre a été écrit par des professionnels de la santé avec des sarraus blancs, des doctorats pis toute pis toute pis t’sais, c’est pas une conspiration, ils l’ont vraiment fait dans le but de t’épauler à travers les dédales de la première année de vie de ta progéniture, année pendant laquelle t’apprends à tâtons comment ça marche un bébé avec le meilleur de toute ta volonté pis de ton incertitude. Ceci étant dit, ils connaissent peut-être les bébés mais ils ne connaissent pas le tien. Garde ça en tête la prochaine fois que tu seras tiraillée à l’idée de donner des céréales à ton cinq-mois.

#6  Sors ton amertume du placard pis finis-en

Slaque la manie d’en vouloir silencieusement à ton chum à qui tu réponds à grands coups de rien-c’est-beau-tout-est-correct quand il enligne ta face de carême pour lui demander c’est quoi son problème. Sors le méchant avec des mots qui se disent pis un ton qui s’écoute avant que la moutarde te sorte par le nez pis que l’un de vous deux prenne la porte.

#7  T’es une maman, pas une G.O.

Ça se peut qu’un bon samedi matin, tu n’ailles aucune envie d’entertainer ton p’tit, de jouer au Cherche et trouve de Binou pis de pacter ton char pendant vingt minutes en vue d’une sortie éducative aux pommes pis aux papillons. C’est correct de passer la journée à la maison en pyjama pis d’écouter trois films en rafale ou d’envoyer ta progéniture s’aérer l’esprit pendant que tu bois un café encore tiède évachée dans le divan. T’es une maman, pas une G.O.

#8  Accepte d’en avoir ta claque pis arrête de t’autoflageller

Arrête de t’en vouloir d’être au bout de ta patience pis d’en avoir ta claque une fois de temps en temps. Tu mènes quinze combats de front en permanence, tu te fais réveiller au beau milieu de la nuit au moins deux fois par semaine, tu fais de l’insomnie parce que tu penses à ta liste d’épicerie, tu cours à droite pis à gauche à l’année longue entre les cours de piscines, les fêtes d’amis, les devoirs pis les leçons, les journées pédagogiques, ta job, tes réunions, les commissions pis les rendez-vous chez le médecin. Ça fait que ça se peut que tu t’emballes un peu à huit heures le soir quand ça fait trois fois que ton p’tit se relève pour rien pantoute à part pourrir ton vingt minutes de vacances personnelles.

logo parfaite maman cinglante


Une réflexion sur “8 principes maternels fondamentaux pour préserver ta santé mentale

  1. Josée Marc-Aurèle Répondre

    Juste Merci!
    En 5 minutes, j’ai souris, pleurer, resouris et pleurer a nouveau! Je copie le texte integrale et dans les moments de crise je vais le relire…
    Bonne nuit… avant que les kids ne se lève 3 fois chaque!
    Merci encore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *