Je suis cette femme qui s’accroche

woman in the wind

Lorsque la noirceur envahit brusquement mes pensées, que l’anxiété décide de me faire découvrir un trop-plein de scénarios, je suis cette femme qui s’accroche au ciel étoilé et qui, silencieusement, espère toujours le positif car il faut arrêter de croire en tout ce qui nous fait peur.

Lorsque l’automne s’installe, que les journées de pluie se succèdent et que le vent se fait si fort que je dois marcher à contre-courant, je suis cette femme qui s’accroche aux magnifiques feuilles colorées, aux promenades en coton ouaté, essayant de compenser la chaleur du soleil manquant.

Lorsque quelqu’un s’en prend à moi, qu’il prend brutalement mon bonheur en otage, je suis cette femme qui s’accroche à la bonté des autres et leurs sourires sincères. Les gens peuvent parfois être d’une grande méchanceté, mais je suis celle qui consacre son énergie aux personnes qui en valent la peine.

Lorsque la maladie gruge une personne que j’aime énormément, la peine et l’impuissance m’envahissent subitement, mais je suis cette femme qui s’accroche aux soupers en toute simplicité et aux échanges remplis d’amour et de sagesse qui en disent bien long sur notre relation. J’ose croire qu’il nous reste encore plusieurs années; les gens ne réalisent malheureusement pas la fragilité de la vie.

Lorsque l’hiver et ses grands froids me donnent le goût de fuir le pays, je suis cette femme qui s’accroche au confort de son lit et au chocolat chaud devant son feu de foyer. Après, j’ai cette merveilleuse sensation d’être bien à la maison et de pouvoir vaincre n’importe quel glaçon devant la porte de ma maison.

Lorsque j’ai l’impression d’être la plus mauvaise mère sur cette terre, que les comportements de mes enfants me font douter de moi-même et que la culpabilité s’empare de moi encore une fois, je suis cette femme qui s’accroche à ses décisions, aux rires du petit matin et aux chansons avant le dodo. Jamais personne ne pourra effacer tous les doux souvenirs et l’immense amour que j’éprouve pour eux.

Peu importe la saison de l’année, peu importe le moment de la journée, lorsque le vide décide de prendre toute la place dans mon esprit troublé, je suis cette femme qui s’accroche à ses passions, à la musique et ses vibrations, à son bébé joyeux et en santé et je rêve d’une vie meilleure.

Tout en reconnaissant la chance que j’ai.

Tout en me répétant que l’important est de toujours rester accrochée.

Tania Cousineau
TANIA COUSINEAU

2 thoughts on “Je suis cette femme qui s’accroche

  1. Mary Répondre

    Merci pour ce texte, qui me redonnes du baume au coeur…

    1. Tania Cousineau Répondre

      Merci à vous, pour ce beau commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *