À la rentrée, je ne t’ai pas pris en photo

little boy back to schol

Mon enfant chéri,

C’est déjà la fin de l’été. Chaque année, l’été passe trop vite et le tourbillon de la rentrée scolaire arrive plus tôt que tard. Et chaque année, dès que septembre se pointe le bout du nez, tel un Gremlin à la fois mignon et effrayant, un mélange d’émotions me submerge et me fait un peu perdre le nord, mes repères, mes habitudes.

À la rentrée, je ne t’ai pas pris en photo. C’est en voyant défiler sur mes réseaux sociaux préférés une panoplie de clichés de chérubins arborant fièrement leurs kits de la rentrée scolaire que mon coeur de maman s’est fendu. C’est en lisant les anecdotes de mes amies le lendemain que j’ai réalisé que j’avais loupé le bateau.

À la rentrée, je ne t’ai pas pris en photo car j’avais les bras bien occupés. Le matériel scolaire, le sac d’éducation physique, la boîte à lunch. Sans oublier ton accessoire thématique de la rentrée et ta deuxième paire de chaussures. Toutes ces belles odeurs et ces nouvelles textures m’ont ramenée à mes propres rentrées. Ces rentrées où l’attrait de la nouveauté l’emportait sur la crainte de l’inconnu. Tes papillons dans le ventre, maman les ressent aussi, tu sais.

À la rentrée, je ne t’ai pas pris en photo parce que je reprenais mon souffle. Parce que tu n’es pas le seul, dans la famille, avec un horaire de président. Je ne te le dis pas, arborant ma cape de super-maman-réconfortante, mais la rentrée scolaire, c’est une sorte de marathon pour moi. Un marathon pour lequel je ne me suis pas assez entraînée. En plus de mes jambes, il y a mon cerveau qui fonctionne à cent milles à l’heure, faisant spinner la roue des engagements que je dois déplacer pour être avec toi, en ce matin si important pour toi.

À la rentrée, je ne t’ai pas pris en photo car ma culpabilité de mère me fendait l’âme. J’aurais aimé ça pouvoir me cloner, le temps d’une matinée, question de pouvoir faire plaisir à tout le monde en même temps. Les regrets m’ont paralysée lorsque j’ai réalisé que c’était impossible. Je ne peux pas être autrement – on dirait que mon package deal de mère de famille vient de pair avec des regrets constants. Avec l’impression, chaque année, de faire un big fail, de ne pas être à la hauteur de cet événement qu’est la rentrée scolaire.

À la rentrée, je ne t’ai pas pris en photo parce que mon cerveau était déjà en train de penser à la routine qui revient. Cette routine réconfortante qui arrive avec son lot d’obligations qui riment avec devoirs, lunchs, repas, conciliation travail-famille-activités-couple-loisirs… Juste d’y penser, j’avais le tournis. Je n’ai presque rien entendu du discours de la direction et j’ai déjà oublié le nom de ton enseignante.

À la rentrée, je ne t’ai pas pris en photo car je te cherchais du regard, toi qui avais si hâte de revoir tes amis, savoir s’ils allaient partager ton local de classe, avoir leur casier près du tien. Je tentais à la fois de t’avoir à l’oeil et te laisser une corde assez longue pour que tu puisses vivre pleinement ta journée, ton retour aux sources, le renouveau de ta vie en société. D’année en année, tu me rends si fière de la personne que tu deviens et je ne peux m’empêcher de croire que l’école, avec tout ce qu’elle comporte, en est en grande partie responsable.

À la rentrée, je ne t’ai pas pris en photo. Parce qu’à un certain moment, j’ai choisi de vivre le moment présent. Parce que, l’espace de quelques minutes, j’ai choisi de laisser tomber les sacs pour te prendre dans mes bras, mon chéri. Parce que le temps passe si vite, tu sais. Parce que la journée de la rentrée, c’est le début d’une nouvelle étape dans ta vie. Dans ta vie, à toi, à nous, qui ne peut se vivre autrement que dans le moment présent.

Maman

Lysiane Beaubien
LYSIANE BEAUBIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *