Tes grands-parents qui brillent par leur absence

kid behind window

Je m’excuse mon enfant.

Je m’excuse de ne pas t’offrir ce que bien de tes amis possèdent et que tu aimerais bien avoir, des anecdotes vécues avec leurs grands-parents qu’ils te racontent, leurs sorties et l’amour que ceux-ci leur portent.

Mais je ne peux malheureusement pas t’offrir ce que tu souhaites; tes grands-parents ne seront jamais présents. Non pas parce qu’ils sont décédés, ils sont simplement absents et ne semblent pas avoir le désir de mieux te connaître, toi, leur unique petit-enfant venant de moi.

Tu te questionneras sûrement, en vieillissant, sur ce silence et cette distance puisqu’ils n’habitent qu’à quelques kilomètres de toi. Tu as raison, je n’ai aucune excuse pour eux. Et moi aussi, je leur en veux.

Je leur en veux de ne pas voir l’être extraordinaire que tu es. Et de ne pas être là, aux moments importants pour s’émerveiller, depuis que tu es né, des merveilleuses choses de la vie. De ne pas t’avoir vu faire tes premiers pas et de ne pas avoir vu tes premiers sourires. De ne pas avoir été là lors de ton premier spectacle scolaire ou encore lorsque tu as perdu ta première dent.

J’aurais moi aussi aimé qu’ils te prennent plus souvent dans leurs bras pour développer un lien particulier avec toi. Qu’ils offrent à ton papa et moi de te garder le temps d’un week-end pour se rapprocher de toi.

Ils sont trop souvent et même fréquemment absents lors des moments importants de ta vie, je le sais. Cela m’attriste. J’ai bien tenté de les inviter à chacun de tes anniversaires, mais une occasion avec leurs amis les empêchait toujours de venir, voire même juste de passer pour le dessert.

Ils n’ont jamais, malgré tes dix ans, assisté à une de tes joutes de hockey. Ils ne s’enquièrent jamais de tes notes ou de tes succès année après année. Ils ne savent pas qui sont tes meilleurs amis, ni ce que tu as appris lors de ton dernier Camporee.

Je vois dans tes yeux la tristesse à chaque refus de leur part de venir te voir, parce qu’ils sont trop occupés, à leur chalet, dans leurs soupers, à leurs petits et grands voyages chaque année. Et quand ils sont là, ils ne parlent que d’eux.

Je sais que le cadeau qu’ils t’offrent, quand ils jugent bon de te l’apporter et qu’ils ne te le font pas parvenir par la poste, t’importe peu puisque c’est leur présence que tu aimerais avoir. Que tu aurais plein de choses à leur raconter, que tu aimerais bien toi aussi faire des activités avec eux, comme tes amis le font.

Le plus triste dans tout ça, c’est que même si tu leur disais, ils ne te croiraient pas. Ils considèrent que ce qu’ils font est suffisant et qu’ils sont de bons grands-parents. Et ils agissent de même avec tes cousins, alors j’essaie de me consoler en me disant que cela ne vient pas de nous, qu’ils ne sont tout simplement que des grands-parents indifférents..

Tu as le droit d’avoir de la peine et d’être parfois fâché.

Ce sont eux qui ont le plus à perdre, pour toutes ces fois où ils n’auront pas été là. Plus tard, lorsqu’ils vieilliront seuls et attendront que leur petit-fils vienne les voir, toi, tu auras alors ta famille et tu brilleras probablement par ton absence parce qu’ils t’auront fait comprendre, des années plus tôt, qu’ils ne désirent pas que tu sois présent.

Mais je te promets, je te jure même, que quand viendra mon tour, je ferai de mon mieux pour rendre tes enfants heureux.

Ta maman, la future grand-maman de tes enfants

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L’OMBRE
Crédit : surowa/Shutterstock.com

10 thoughts on “Tes grands-parents qui brillent par leur absence

  1. Geneviève Répondre

    Je ne suis pas certaine qu’il ait tant de peine que ça de ne pas avoir de grands-parents. Ce qu’on n’a pas connu peut difficilement nous manquer. Je pense que c’est plus ta peine à toi que tu reflètes sur ton enfant. Moi, étant jeune, bien honnêtement, mes grands-parents des deux côtés étaient assez distants. J’ai quand même quelques bons souvenirs mais je n’en garde aucune amertume, aucun regrets, c’était bien correct comme ça. Et aujourd’hui, même s’ils ont toujours été gentils avec moi, je ne les appelle pas, pas plus que je vais leur rendre visite… Je ne pense pas que ce soit une “menace” véridique de dire à des grands-parents Non présents qu’ils vont finir leurs jours seuls puisque même s’ils sont hyper présents pour leurs petits-enfants, je ne suis pas certaine du tout qu’ils leur rendront plus visite. Je ne sais pas comment tes parents ont été avec toi plus jeune, mais c’est peut être ça qui te fait de la peine : soit ils étaient hyper présents et ne donnent pas la même chose à tes enfants et tu ne comprends pas, soit ils ont été pareils avec toi jeune et tu aurais espérer qu’ils changent complètement avec ton enfant, non? Moi mes parents n’étaient pas très affectueux avec nous et ma mère très manipulatrice, ne laissait pas mon père trop nous coller, etc… quand je les vois avec les enfants de mon chum (moi je ne veux pas d’enfants), ils sont le contraire total d’avant : ils sont colleux, achètent des cadeaux, jouent avec eux, mon père colle la fille de mon chum dans le divan, ce à quoi je n’ai jamais eu droit étant jeune. Ça me dérange quand même un peu. Je les trouve mignons, un peu comme les parents que j’aurait voulu. Mais ça me fâche aussi, de ne jamais les avoir connu ainsi.

    Bref. Je ne pense pas que l’absence de grands-parents trouble tant que ça les enfants. Ça amène peut être des questions, difficiles à répondre par les parents, mais tant qu’ils ont de bons parents, c’est ce qui compte. Selon moi toujours!

  2. Grand Maman , si peu :( Répondre

    Parfois, il y a le contraire aussi. Les grand parents voudraient voir leur petits enfants. Mais il y a un grand froid, une chicane qui ne regarde pas les enfants, ou on ne sait pas (les grands parents), Ce qui a été dit ou expliquer.
    Il y a toujours 2 côtés à une médaille……….

  3. Mélanie Répondre

    Je pense exactement comme Geneviève, que c’est ta peine à toi que tu exprimes ici, pas celle de tes enfants. Ce n’est pas moins légitime, évidemment! Il y a probablement des difficultés non résolues avec tes parents qui te font souffrir encore. ça vaudrait la peine de travailler là-dessus. Des fois, les grand-parents ne le savent même pas, que leur présence serait davantage désirée. Tant de non-dit dans les familles!

    Il y a plein de grand-parents qui se sont beaucoup occupé de leurs petits-enfants qui ne reçoivent jamais leur visite quand les petits deviennent adultes. Pas de garantie là-dessus et puis ça serait plate et triste de s’occuper de la marmaille de ses enfants uniquement dans le but de les avoir en réserve quand on se fait vieux! Le désir de “punir” tes parents de leur absence auprès de tes enfants est un peu mesquin et qui te dit qu’à l’adolescence, en révolte contre toi, ces mêmes enfants ne se tourneront pas justement vers ces grand-parents le fun, qui sortent, voyagent, profitent de la vie et ont plein de choses à raconter?

  4. derak Répondre

    Bonjour
    Je comprends complètement votre message, les parents ont exactement le même comportement avec mes fils. Je confirme mes fils en souffrent et réclament leurs grands parents. Ils disent je crois que papy et mammy ne nous aime plus. Complète insensibilité de mes parents, comme vous, envoi de cadeau par la poste pour noël, pas un coup de fil pour leurs anniversaire, refus de venir aux occasions…., des monstres d insensibilité et impossible d en connaître les raisons… les enfants comprennent, ils se détachent d eux mêmes. ..

  5. Cinda Répondre

    Bonjour chère Collaboratrice de l’ombre,
    Ton message me touche et me renvoi à ma propre histoire. J’ai perdu mes deux parents, avant d’avoir eu moi même des enfants, des suites de longues maladies. Ayant un mari génial avec ses deux parents encore en vie, j’ai imaginé un instant, qu’ils “m’adopteraient” un peu comme leur fille et seraient ravis que je leur donnent 2 petits enfants adorables (et qui leur ressemblent en plus !) : Que nenni ! Alors qu’ils ont tout pour être heureux (40 de mariage quand même !), une belle et grande demeure à 20 minutes de chez nous, du temps, de l’argent, la santé (physique et psychique) et qu’ils profitent de leur retraite dorée depuis bientôt 20 ans : rien ! Ah oui ils nous invitent de temps en temps quand cela les arrangent pour Noël ou Pâques (gros repas fastueux pour jeter de la poudre au yeux) mais si nous leur demandons 3 fois par an de prendre leur petits enfants un weekend, c’est non : “nous avons autre chose à faire, nous voulons profiter de la vie !” Donc profiter de vos petits enfants ce n’est pas profiter de la vie ??? Ils passent à côté d’un amour inconditionnel de mes petits bouts, c’est sur que d’aller danser tout les weekend, c’est sûrement plus important que d’apprendre à faire du vélo ou de la couture aux bambins ! Je conçois tout à fait que l’on est déjà consacré sa vie à ses propres enfants et que l’on n’ai aucunes obligations vis à vis de ses petits enfants mais j’aurais aimé qu’ils s’intéressent à eux. Pas les obliger à jouer les nounous tout les mercredi de l’année où les priver de leur croisière en leur laissant les enfants un mois l’été, juste qu’ils montrent des signes d’intérêt pour eux et pour nous aussi je l’avoue. Oui c’est vrai, quand on devient parents, ce n’est pas tout les jours faciles, alors on attend un petit peu de soutien, de compassion, d’affection. C’est une période compliquée pour un couple, alors on aimerait, qu’ils nous proposent deux fois par an de les prendre quelques jours pour que nous puissions souffler et se retrouver en temps qu’amants. Mais ils ne percutent pas. Quand je vois des grands parents très investis et gaga, j’ai un pincement au cœur, pourquoi mes parents à moi ne sont plus là, pourquoi mes beaux parents se fichent comme de leur dernière soupe de leur petits enfants ? Combien de grand parents seraient prêts à tout pour voir plus souvent leurs petits enfants ? Oui c’est vrai que cela nous touchent sûrement plus, mon mari et moi, que nos enfants, un sentiment d’abandon et d’injustice… Un goût d’amertume et je n’arrive pas à leur pardonner, ils auraient été malade, très pauvre, seul, j’aurais pu comprendre mais ce n’est pas le cas. Ma fille va avoir 9 ans, ils ne l’ont pas emmener une seule fois depuis sa naissance faire une activité sympa, pas un zoo, pas un picnique, pas un ciné, pas un weekend end à la montagne… Je trouve cela bien triste et mal grès de gros efforts pour leur trouver des excuses, je n’arrive pas à leur pardonner… Sachez que je vous comprend à 120 % et que les personnes laissant des commentaires disant que “c’est mesquin de leur souhaiter de finir seuls”, ne doivent pas comprendre qu’un petit enfant qui a passé du temps avec ses grands parents, ira surement plus souvent les voir dans leur maison de retraite, qu’un enfant qui n’a rien partagé de sympas avec eux. Oui ils sont égoïstes, arrêtons de nier l’évidence, et quand on est égoïste on finit souvent seul à croupir dans un EHPAD… A bon entendeur…

  6. RT Répondre

    Bonjour,
    Pour nous aussi c est la deception, ils ont ete absent a chacun des moments importants de ma vie, naissance, mariage, etc… ils etaient toujours occupé, c t trop cher, fatigué…bref.

    Je l ai tres mal vecu, d autant plus que durant mon enfance je n ai pas eu de grands parents. Mes grands pères décédés, et mes grands mères ne s’intéressaient jamais a nous. Aujourd’hui j ai 33 ans et je n ai vu ma grand mère que 3 fois ds ma vie. Et pourtant elle avait les moyens de venir. Et le pire ce fut les promesses non tenues. De grandes et belles promesses, chaque année différentes…et tout ce qu on avait au final…des jouets de boites de céréales, pas même une visite. Tout c1 pour dire que jz me souviens avoir tte mon enfance souffert de ca. Surtout lorsque mes copines avaient leurs mamies qui venaient les chercher aux ecoles. Je les enviais.

    Oui j ai manqué d amour car je n en ai jamais eu de personne. Pas de mes grands parents, pas de mes parents…et comment se construire lorsqu on a toujours été invisible.

    Et aujourd hui, pour mes enfants de 8 ans, 3 ans et la derniere 3mois, c est pareil, des grands parents absents. Mais moi je refuse qu ils grandissent sans amour alors je me tue a leurs apporter le maximum…mais me voilà terriblement epuisée. J aimerai juste une fois en 8 ans qu on me prenne mes enfants juste 2 jours pour pouvoir dormir, recharger les piles. Et qu ils se sentent desiré. Mes enfants réclament bcp leurs grands parents, leurs demande mm d aller chez eux. Mais non…rien. ils sont devenus tellement solitaires. Pourtant ils ont la santé, les moyens, et le temps. Mais font comme s ils ne comprenaient pas nos appels de détresse.

    Les grand parents de mon mari eux vivent a l étranger. Le papi est décédé, et la mamie est en fin de vie. Donc je vois pas comment ou quand les choses vont mouvoir s améliorer. Mais on est siiiiii fatigué !

  7. Michel Répondre

    Je vis la même chose avec l’arrivée de notre fils.
    Mes parents brillent par leur absence, le titre est bien choisi! J’ai lu que la génération des grands-parents nés dans les 50’s veulent désormais profiter de la vie et penser à eux, je comprends cela mais disons qu’il y a plusieurs degrés. Mes parents vivent à 45 km de chez nous. Ils ne m’appellent jamais, c’est toujours à moi de le faire (excuse : “tu es au boulot on veut pas déranger” , d’accord mais le Week-End? -….tut…tut) , je les appellent toutes les semaines (et je vais arrêter), ma mère met quelque fois son téléphone en sourdine pour ne pas être dérangée. Les deux derniers mois, ils n’ont vu notre fils qu’une fois, (moins que nos amis) leur relation avec lui semble surjouée/hypocrite, je pense qu’ils n’ arrivent pas à se mettre dans ce rôle et n’éprouvent que peu d’intérêt pour lui. Ils n’ont de toute façon jamais été très affectueux avec nous, même s’il est vrai que nous ne manquions de rien matériellement. (Le matériel c’était pour combler l’affectif).
    Ils passent très rarement nous voir “de peur de déranger” excuse foireuse et culpabilisante auquel je ne crois pas, je leur ai dit 10 fois de passer : ils ont la flemme c’est tout, n’ont pas envie, je préférerai qu’ils soient francs, je n’ai plus 12 ans. Ma mère s’est proposée de le garder deux jours par semaine en nous disant pas plus, parce que je peux pas! (Sur ce ton). Pour elle ça a l’air d’être une vraie corvée de garder le petit sachant qu’il est très calme, dort beaucoup et ne pleure que quand il a faim, il fait ses nuits aussi. Je me suis dit : deux jours et elle est au bout de sa vie ok. Sachant qu’à la moindre dispute ils n’hésiterons pas à me balancer “dis donc ingrat, on t’a gardé le petit, tu nous a bien trouvés quand tu as eu besoin de nous!!!” Ah bon? Je croyais que c’était de bon cœur… Naïf que je suis. Passés maitres dans l’art de manipuler et culpabiliser les autres pour ne pas avoir à se remettre en question. Quand à mon frère il s’en fiche royal du petit : hors sujet… Notre voiture a plus de 13 ans, nous avons des mensualités étouffantes (je vais m’en occuper), ma conjointe a perdu son boulot mais c’est toujours à nous d’aller chez eux. Pas de sous, nous ne sommes pas partis en vacances depuis 8 ans, pour ça ils sont tranquilles! C’est la vrai galère à chaque fois, prendre le transat, de l’eau, le biberon, les couches, la poussette, sans compter l’essence, la voiture pour le petit quand il fait chaud, c’est vraiment galère… Selon ma chère mère je fais des manières! Merci maman 🙂 Eux n’ont plus de crédit, la maison est payée, ils s’en sortent bien mieux que nous malgré une retraite pas énorme de 1200 euros chacun mais ils ne se déplacent que très rarement, ça les fait chier je pense… Mon grand père, le seul grand-parent qui me reste est 100 fois plus affectueux qu’eux. Nous n’avons jamais d’aide financière de leur part, heureusement ma belle-mère, plus douce et malgré une situation financière plus délicate nous a aidé à hauteur de ses moyens, j’ai vraiment apprécié le geste et l’a dépannerait avec grand plaisir quand elle en aura besoin. Mes parents critiquent tout le monde, tout le temps, ils se croient si parfaits dans leur petit monde et intouchables, à l’inverse craignent que les gens les critiquent. Étrange non?
    Je commence à faire le deuil de la situation. Mes collègues de boulot, mes amis, mon grand-père me demandent plus des nouvelles du petit qu’eux. Je n’attends donc rien d’eux car ça n’arrivera jamais inutile de se rendre malheureux. En nous débrouillant tout seuls, il n’y a pas de reproches , pas de faux semblants. Je vais arrêter de faire des efforts de mon côté : moins les appeler, moins aller les voir, ça va nous dégager du temps. Naturellement nous allons nous éloigner encore plus et puis voilà c’est comme ça. Pour mon fils, ce seront des membres familiaux lointains que l’on voit de temps en temps. C’est comme ça. Courage aux parents qui vivent cette situation et un merci sincère aux grands-parents de bonne volonté.

  8. Stephanie Répondre

    Bonjour, ce texte m’a vraiment interpellé, est ce qu’il y a un groupe qui pourrait donner des conseils aux parents avec enfants sans famille? Pcs j’aimerais bien avoir des conseils et moins me sentir seule. Merci!

  9. Virginie Répondre

    Bonjour, ce texte m a beaucoup touché. Dans mon enfance, j ai tellement reçu des marques d’attentions de mes grands-parents, je ne comprends pas pourquoi mes parents ne veulent pas s’ interesser plus à leurs petits enfants. Ils ne demandent même pas de leurs nouvelles, c’est triste cette indifférence.

  10. Dupuy Répondre

    Mon père ne s’est jamais occupé de moi.mon père ne s’est jamais occupé de mes enfants. C’est comme ça… On s’y fait, on vit avec, mais on ne s’y résout jamais, ça fait mal, c’est incompréhensible. Il n’a jamais rien partagé avec eux. Ma mère à choisir de rester une bonne épouse, malgré les tromperies. Elle a décidé de d’oublier, dans sa bouche les mots de mon père, je ne la reconnais pas. C’est ainsi, il faut avancer quand même, mais quand arriver ai-je à me détacher, à ne plus souffrir de ça? Mes enfants on de la chance, il y a mes beaux parents, Papi et Mami magiques, aimants, leur proposant des activités dès qu’ils le peuvent, l’idéal pour mes petits doudous. Mais je me surprends à être jalouse d’eux, de mon mari…. Pourquoi eux et pourquoi pas mes parents? Pourquoi…. Et je suis tellement en colère. J’espère n qu’un jour j’arriverai à me sortir de cette colère, à ne garder que le principal, l’amour pour mes enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *