À toi, la mère qui n’aime pas tout le temps les enfants

annoyed mother

En tant que maman, tu es obligée de côtoyer bon nombre d’enfants dans ta vie, sans toujours le vouloir.  Que ce soit des p’tits voisins, des amis de l’école, des enfants de parents éloignés ou encore des enfants rencontrés lors d’un voyage, il va en passer plusieurs.

Toi, t’aimes ça les enfants, sinon t’en aurais pas fait deux.  Tu aimes t’occuper des autres, tu te soucies de leur sécurité et de leur bien-être, tu ne laisserais jamais un enfant en danger, peu importe c’est celui de qui.  Mais y’en a des fois qui te poussent à boutte.  Tu irais même jusqu’à dire que tu ne les aimes pas.  T’aurais pas cru ça possible, mais la vérité, c’est ça.

Y’a celui qui parle mal, qui déforme des mots et qui connaît toute la vaisselle de l’Église. On comprend qu’il répète ce qu’il entend dans son entourage, mais lui, t’as pas envie de le voir avec tes enfants.  Y’a aussi la variante qui est impoli, assez pour que tes enfants le remarquent.  Et là, on ne parle pas d’oublier un s’il vous plaît ou un merci, on parle de ton inapproprié, d’exiger au lieu de demander.  Heille, dans ta maison, c’est NON!  Un autre qui est fréquent, c’est le p’tit tannant, celui qui parle fort, qui déplace de l’air et que t’as hâte que ses parents reviennent le chercher!  Ça, ce sont les cas légers.  Tu pourrais arriver à les aimer, si en vieillissant, ils apprennent à gérer leur vocabulaire, le ton et le volume.  Si t’as juste connu ceux-là, fille, t’es ben chanceuse!

Le suivant, c’est le futur avocat.  Lui, il argumente.  Quand tu dis à ton p’tit, non pas de biscuits pour la collation, lui il arrive avec son OK est-ce qu’on peut avoir un morceau de gâteau à la place?  Nenon mon p’tit bonhomme, t’avais pensé à du pop-corn, mais finalement ça va être une pomme!  Ensuite vient l’enfant qui va influencer le tien, mais pas du bon bord.  Il lui fait faire des choses qu’il n’aurait jamais envisagées par lui-même, et l’amène à penser différemment, mais pas pour le mieux.  Bien que tu sois pour que tes rejetons aient l’esprit ouvert aux autres façons de voir les choses, si ça leur fait prendre des décisions irresponsables ou dangereuses, t’aimerais mieux qu’ils s’abstiennent…

Là, on tombe dans les ligues majeures…  Tu vois ton enfant qui est moins enjoué, plus renfermé et tu sens qu’il y a quelque chose qui cloche…  En discutant avec lui de ses journées, avec qui il joue et passe du temps, tu te rends compte que son grand chum, ben il est méchant avec lui.  Il le rabaisse, le délaisse, s’en sert comme faire-valoir, bref ne l’aime pas pour ce qu’il est.  C’est à la limite de la violence psychologique.  Mais ton p’tit, lui, ne le voit pas nécessairement, lui qui est là-dedans depuis un moment.  T’as juste envie d’aller voir le gamin et de lui passer un savon, lui dire qu’un ami ça ne fait pas ça, mais t’es pas sa mère.  Tu vas essayer de faire comprendre au tien qu’il y a certainement dans son entourage d’autres amis qui sont dignes de lui.  Tu vas essayer de l’éloigner de lui, mais c’est ton p’tit qui va devoir prendre action, pas toi.  Tant qu’il n’y a pas de gestes violents, ton enfant peut s’en sortir avec un apprentissage de plus.

Y’a des chances que dans ta vie de mère, tu les connaisses tous.  C’est plate, mais d’un autre côté, tes enfants apprennent que la vie n’est pas toujours rose.

Et toi, fille, ça se peut que tu reconnaisses des comportements de tes enfants.  Pas de panique!  Si un enfant crie après un autre, ça se peut que ça te tente moins de le voir chez vous.  Pas de jugement, fille, tout ce que tu veux, en tant que maman, c’est le meilleur pour tes enfants.  Parfois, ce sont les tiens, et tu comprends les mamans qui ne veulent peut-être pas de ton p’tit tannant chez eux pour troubler leur quiétude.  Les enfants, tu les aimes… mais pas tous tout le temps!

Sophie Métivier
SOPHIE MÉTIVIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *