La maman de cœur

mother and baby hands

Pour des raisons qui l’ont longtemps bouleversée, la vie a décidé qu’elle n’enfanterait pas. En toute certitude, elle n’allait pas priver un enfant de l’amour qu’elle avait à donner. Parce qu’elle en avait beaucoup trop. Et que rationnellement, elle savait qu’elle allait bien accomplir cette tâche et que l’enfant qui l’aurait comme mère serait choyé.  Alors, la voilà rendue maman de cœur.

Une maman de cœur, c’est une maman qui ne partage pas l’ADN de son enfant, mais c’est une maman qui pourrait reconnaître les pleurs de celui-ci parmi mille autres. C’est une maman fière, c’est une maman préparée. Elle l’attendait. Elle l’avait tellement longtemps espéré. C’est une maman qui aurait tout fait pour le devenir parce que sa vie sans enfant, c’était inconcevable. C’est une maman qui aime éperdument. C’est une maman qui, au lieu de sentir des coups dans sa bedaine, a encaissé les coups durs que la vie lui a envoyés avant que l’enfant arrive.  Mais c’est aussi une maman qui a tout oublié le temps de poser son regard sur lui pour une première fois. C’est une maman qui vit dans la peur de le perdre comme seule une autre maman de cœur peut comprendre. C’est une maman à qui on enlève une tonne de livres sur ses épaules quand on lui confirme qu’elle et son enfant ne seront jamais séparés.

Cet enfant-là, elle l’a trouvé parfait à la seconde où elle l’a vu. Elle a été prise du même élan d’amour que toutes les autres mamans sur cette Terre. Subjectivement, son enfant est le plus beau, point final. Aucune possibilité de négociation.  Son amour pour lui était si intense qu’elle aurait dit un accouchement, sans les traces d’un travail qui a duré plusieurs heures. Son travail à elle s’est étalé sur quelques années. Sans cicatrices ou déchirements visibles aux yeux de la médecine, mais pourtant bien présents. Parce qu’à long terme, tenir son enfant dans ses bras ne suffit plus à oublier la longue et souffrante attente qu’elle a vécue. Des années à espérer que son tour approche, qu’elle soit enfin celle qui aura le privilège de se faire appeler maman.

Et il y a les commentaires de ces personnes qui croient qu’elle est moins mère que la mère qui a accouché malgré le fait qu’elle soit la seule personne capable de réconforter cet enfant. Ou qu’il n’est pas vraiment un membre à part entière de la famille parce qu’il ne ressemble à personne. Ces mots lui font mal et contrastent avec l’amour qu’elle éprouve pour lui.  Ils poignardent la maman de cœur, sans toutefois ébranler l’amour qu’elle ressent pour son enfant si longtemps attendu.

Cet enfant-là, elle le protège et l’aime comme si elle l’avait mis au monde. Pour elle, il n’y en a pas de différence. Elle lui donne tout l’amour qu’un enfant mérite. Elle n’a pas l’impression de sauver un enfant de la misère, mais elle a plutôt l’impression que c’est lui qui lui permet de réaliser son rêve si précieux. Une maman de cœur, c’est une femme qui ne pouvait concevoir vivre sans enfant et qui maintenant, est une maman qui ne peut pas concevoir vivre sans celui qu’on lui a confié.

L’enfant n’aura jamais entendu battre le cœur de sa maman de l’intérieur, mais le cœur de celle-ci battait si fort que leurs deux cœurs battaient à l’unisson bien avant leur première rencontre.

Roxanne Lavoie
Roxanne Lavoie

Une réflexion sur “La maman de cœur

  1. Chantal Bonenfant Répondre

    Une maman de coeur c’est aussi une maman qui a désiré et choisi une maternité d’adoption. Je m’explique; l’adoption d’une petite merveille n’est pas qu’une solution à une problématique de fécondité. J’ai trois enfants et le tiers de ma petite tribu n’a pas séjourné dans mon corps. Et cet enfant est celui que j’ai le plus désiré, je l’ai voulu tellement fort, depuis toujours.
    Vers 8-9 ans déjà, je savais que ma vie ne serais pas complète tant qu’elle n’en ferait pas partie, le manque que je ressentais n’allait se combler que par sa présence peut importe le fait d’avoir vécu une maternité biologique (x2 à vrai dire!). J’adore mes trois enfants comme toutes les mamans je donnerais ma vie pour sauver chacun d’eux et parfois, j’en étranglerais bien un, juste un peu… Mais la maternité biologique n’a strictement rien apportée de plus là-dedans. J’aime mes enfants et ils sont ce que j’ai de plus précieux, point. Ça me chagrine un peu de penser que les gens percoivent l’enfant adopté comme une solution pour consoler le coeur d’un parent faisant face à un problème de fertilité. Ça me chagrine parce-que ma fille je l’aime, elle fait partie de moi depuis si longtemps, c’est une merveille qui égaie la vie des gens qui ont la chance de la connaître et des merveilles comme elle il y en a plusieurs et ils ne sont pas qu’une seconde option. Je vais même vous avouer quelque chose que jamais je n’ai divulgé; je me suis attachée bien plus rapidement et viscéralement à ma fille qu’à mes fils qui pourtant avaient séjournés neuf mois en moi. N’allez pas appeler la DPJ suite à mon aveux ils sont maintenant tout les trois adultes et je les adore!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *