À toi, la maman qui a tant d’amour à donner

mother and kids

Toi, t’avais jamais assez de poupées pour jouer au bébé étant enfant.  Tu savais déjà que plus tard, ta maison serait égayée par une joyeuse ribambelle d’enfants avec ton sourire et les yeux de ton chum.  Et ton chum, tu l’as trouvé rapidement, vous vous êtes mariés et pour toi, la vie te souriait; tout se passait comme prévu.  C’était le bonheur et ça se lisait sur ton visage.

Les mois, puis les années ont passé, sans qu’un p’tit être se joigne à votre famille.  Après de nombreux examens, tests et consultations, le verdict tombait : ton chum et toi, vous n’auriez jamais d’enfant biologique, l’infertilité frappait fort.  Après l’effondrement,  tu t’es dit que des enfants, y’en avait plein à aimer dans le monde, et au lieu que cette épreuve soit la fin de ton couple, la fin de ton rêve d’une grande famille, ton chum et toi vous êtes tournés vers l’adoption.  Le processus, est long, coûteux, angoissant, mais un premier enfant vous a été proposé.  Les larmes de joie à la vue de la photo de ton enfant, de ce petit que tu chérissais avant même de le rencontrer, c’était un aboutissement.  Deux fois, tu as adopté, et ce sont tes enfants, ton bonheur quotidien, les êtres les plus importants de ta vie avec ton chum.  Votre amour les uns envers les autres est évident, votre bonheur est contagieux.  Ta famille, un peu plus petite que prévue, tu l’as enfin.

Mais en toi, tu sens encore de la place.  Tu voudrais donner encore plus d’amour, mais vous n’envisagez pas une autre adoption pour diverses raisons.  Une garderie à la maison te semble une bonne idée.  Mais même si tu te sens bien entourée de tous ces enfants, ce n’est pas tout à fait ce que tu cherches.  Alors tu te dis qu’au Québec aussi, y’en a des enfants qui manquent d’amour, qui ont besoin d’un foyer, de sécurité.  Ton chum et toi, vous vous lancez dans l’aventure de devenir famille d’accueil, alors que vos enfants sont encore jeunes.  Tu ne sais pas ce qui va arriver, quel genre d’enfant, de bébé ou d’ado te sera confié, mais tu as hâte qu’il arrive dans votre vie.  Rejeté, mal-aimé ou maltraité, tu as tant d’amour à donner, de patience, des bras réconfortants et un foyer à partager pour leur rendre une enfance heureuse.

Un premier enfant arrive enfin, avec son vécu.  Lui, il l’a eu dure, même s’il est haut comme trois pommes.  Il a été aimé, oui, mais pas nécessairement comme il aurait dû… il est farouche.  À force de douceur, d’amour et de patience, il se rapproche de toi, un peu plus chaque jour.  Il en vient même à t’appeler maman, même s’il lui arrive de voir sa mère biologique de temps en temps.  Tu ne sais pas combien de temps il restera, quelques semaines ou quelques années, mais tu t’investis dans cette relation, pour son bien à lui.  Ça t’apporte aussi beaucoup, tu te sens choyée, privilégiée de pouvoir partager avec cet enfant, lui offrir un environnement stable, ce qu’il n’a jamais eu.  C’est quand-même sa deuxième famille, après ses parents et ses grands-parents…  Ton chum est 100% avec toi là-dedans, sinon ça ne fonctionnerait pas.  Et tes enfants, comment ils réagissent?  Ton plus vieux, qui avait déjà perdu l’exclusivité et qui maintenant doit partager ses parents avec deux autres plus petits?  Ton plus jeune qui se fait un peu brasser par le nouveau venu?  Lui, c’est l’exemple qu’il a eu, il ne comprend pas que c’est mal.  Tu parles alors à tes enfants et tu leur demandes si on donne une chance à cet enfant qui n’en a pas eue, qui a manqué de tout ce qui est important : de l’amour, un entourage attentionné, un foyer stable, de la sécurité.  Un endroit où la peur n’a pas lieu d’être, où l’on peut être heureux et jouer.  Tes enfants ont eu de la chance de tomber sur de si bons parents, toujours là pour eux, peu importe ce qui arrive, et ils sont d’accord pour les partager.

Il y en a eu plusieurs dans ta maison, à temps plein ou partiel, quelques semaines ou plusieurs mois, mais tu les aimeras tous, pour toujours.  Les valeurs que tu enseignes à tes enfants, que tu transmets à tous ceux qui passent par ton foyer, ça n’a pas de prix.  L’amour inconditionnel, la stabilité, le sentiment de sécurité, l’attachement et le respect, c’est sur ça qu’il faut mettre l’emphase.  Et toi, te le fais avec tous les enfants qui croisent ton chemin.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *