Mes chéris, je rêve du mois de septembre

little girl unhappy summer

Mes chéris,

Si vous saviez comment j’avais hâte que l’école se termine!  J’ai trépigné d’impatience avec vous depuis le début mai, en comptant les dodos jusqu’à ce jour où débuteraient les Grandes Vacances! J’ai rêvé de ces longues semaines où vous seriez avec moi à temps plein, pendant lesquelles nous pourrions relaxer, prendre la vie comme elle vient, s’amuser et enfin avoir le temps de prendre le temps. Je serais à la maison avec vous pendant ces deux mois, alors pas de camp de jour pour nous! Hourra! Hormis la coûteuse semaine de camp spécialisé que je vous ai offerte pour le mois d’août, cet été serait celui de la liberté!

Alors expliquez-moi : pourquoi ça ne fonctionne pas? Pourquoi c’est pénible, ardu, difficile? Pourquoi chaque journée semble ne plus vouloir finir alors que j’en compte les secondes? Pourquoi si je déclare avoir des tâches à faire et vous suggère de jouer dans notre carré de sable ou notre module de jeu, vous pleurez comme si je vous privais de dessert pour un mois? Pourquoi rien ne semble vous satisfaire? Il fait chaud. Je propose les jeux d’eau. Vous voulez la piscine. Je dis ok pour la piscine, vous voulez y inviter un ami. Si on s’y rend avec ledit ami, à la minute que nous serons dans la voiture pour le retour, vous voudrez une crème molle, une slush, un tour au parc. Je vous ai emmenés au centre d’amusement toute la journée hier car je savais que vous en rêviez depuis des semaines. Et déjà aujourd’hui, c’est consommé, digéré, oublié. Plage, vélo, pique-nique, visites d’amis, musée, on fait tout ça et c’est comme si on ne faisait rien.

Est-ce que je vous punis au fond en ne vous envoyant pas à ce camp de jour dont nous n’avons pas besoin, mais qui vous occuperait à la minute près à tous les jours? Je croyais que nous étions privilégiés de pouvoir se permettre un été en famille sans horaire, me suis-je leurrée? Encore là, si je vous y envoyais, passeriez-vous vos matinées à chigner que vous ne voulez pas y aller?

Je remets tout en question aujourd’hui, mes cocos. Mes choix pour cet été et pour toute notre vie de famille, ma façon de vous éduquer (car si vous êtes aussi insatisfaits et blasés, j’y suis forcément pour quelque chose, non?), tout!

Je vous aime tellement, et je n’abandonne pas l’idée d’un été agréable avec vous. Nous partons en voyage dans deux semaines, vous avez tellement hâte, vous en parlez depuis janvier! Toutefois je ne peux m’empêcher de craindre qu’encore une fois vous n’y trouverez pas votre contentement.

Je vous adore mes amours, mais si aujourd’hui vous me posez la question, jusqu’à présent notre été me déçoit et  c’est avec une boule dans la gorge que je rêve au mois de septembre.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Une réflexion sur “Mes chéris, je rêve du mois de septembre

  1. Sandra Répondre

    J’ai aussi 3 enfants
    Et je suis éducatrice à la maison
    Et j’ai dû faire un horaire de journée pour les vacances d’été, car comme toi , j’avais eue un été de merde !
    Mais avec le temps et constence, il on finit par apprécier et avec un peu de maturité
    7 , 9 et 10 ans.
    J’ai également fait un tableau de bonnes actions
    5 bonnes actions pour avoir droit au jeux vidéo
    MERVEILLEUX.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *