6 petits bonheurs de ta vie de ménagère

housewife dream

Que tu sois maman à la maison ou que tu travailles, que ton chum en fasse beaucoup ou pas du tout, que tes enfants soient petits ou grands, toujours est-il que tu te « tapes » pas mal de tâches ménagères chaque semaine. C’est clair qu’il y en a certaines qui te font suer plus que d’autres. Mais il y a aussi ces moments magiques où le temps s’arrête un instant et ça fait « wouaaaaaahhhhh » dans ta tête. Des petits bonheurs de ménagère qui ne durent jamais très longtemps, parce que le prochain « MAMAN-IL-A-PRIS-MON-JOUET» n’est jamais bien loin.

#1  Entendre le bruit des miettes dans la balayeuse

Y’a tellement de stock sur ton plancher, c’est à croire que tes enfants pensent que c’est un animal de compagnie qu’il faut nourrir à coups de miettes de toast et de grains de riz. Animal qui doit assurément cacher ses provisions sous les coussins de ton divan. Malgré tout, tu ne peux t’empêcher de passer la balayeuse à chaque semaine. Un peu pour voir ton plancher propre un gros cinq minutes et quart. Surtout pour entendre un des plus beaux sons de la Terre : le bruit des miettes qui passent dans le tuyau de la balayeuse. Avec les pleurs de ton gars en background parce que tu viens d’aspirer un Lego super important !

#2  Laver le miroir et ne laisser aucune trace

Tu as tout essayé : Windex, vinaigre, microfibre, papier journal, name it. Tu n’as AUCUN talent pour laver les miroirs. Ton chum te demande sans cesse si tu as oublié les miroirs tellement c’est bariolé (faut dire qu’il aime vivre dangereusement). Une fois de temps en temps, tes étoiles s’alignent et tu fais une vraie job de pro. Tes miroirs étincellent de propreté pis …. c’est l’heure du brossage de dents !

#3  Arriver à laver, plier et ranger le linge avant que le panier se remplisse

C’est le chaos perpétuel dans ta salle de lavage. Tu laves tellement de linge que tu soupçonnes tes voisins de venir dumper leur linge sale dans ton panier. C’est pas compliqué, il y a toujours une brassée qui traîne, qu’elle soit sale, mouillée (sur le bord d’être moisie) ou à plier. Arrive alors CETTE journée, qui revient avec la fréquence d’un 29 février, où tu trouves le temps et l’énergie pour passer à travers cette corvée sans fin. Le cœur empli d’une fierté immense, tu admires le fond du panier à linge …. juste assez longtemps pour voir atterrir le combo legging à l’envers / bobettes de ta fille.

#4  Remplir 4 coupes de vin parfaitement égales du premier coup

Y’a des soirs comme ça. Tu reçois des amis, les enfants ne sont pas du monde, tu rates ton entrée, le souper est prêt beaucoup trop tard, mais – oh moment de grâce divine – tu verses le vin et ton œil de lynx frappe encore. Quatre coupes égales, au millilitre près. Gros zoom sur ton exploit, le temps d’une photo pour ton « wall ». Heureusement que l’arrière-plan est flou, on ne voit pas trop la pile monstre de vaisselle qui t’attend demain matin !

#5  Plier un drap contour en presque rectangle

Y’a deux grands secrets dans la vie : comment mettre le caramel dans la Caramilk, pis comment plier un mautadine de drap contour. Plus souvent qu’autrement, ledit drap contour finit en boule dans le fond de ta penderie, après t’avoir arraché une larme ou deux, et une quantité non négligeable de sacres. Parfois, le bout de tissu et toi ne formez qu’un et tu réussis à le plier dans une forme quasi rectangulaire. Bon, tu n’es pas encore capable de faire ça dans les airs comme le vidéo que tu as vu sur les zinternets, mais watch out la prochaine fois !

#6  Cuisiner un touski que ta famille apprécie

Malgré ton menu planifié d’avance, ta préparation du dimanche et une boîte de Hamburger Helper, il y aura toujours CE soir où tu devras improviser un touski. Qu’il s’agisse d’une omelette, d’un plat de pâtes ou d’une pizza, tu peux t’attendre à ton lot de « Beurk », de « Ouach » et de « Pas mangeable ». Mais, un touski n’étant pas coutume, il arrive que le Ricardo en toi assure grave, et toute ta famille CAPOTE sur ton plat. Mais ne t’avise pas de le refaire. C’était vraiment un « one-time deal » !

 

Marie-Ève Piché
MARIE-ÈVE PICHÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *