Ma fille, tu ne seras pas en amour à 9 ans

boy kiss girl

Hier encore, tu regardais ton père avec des cœurs dans tes jolies prunelles. Le seul homme de ta vie. Hier, tu grimaçais à la fin du film quand Belle embrasse La Bête. Tu étais mal à l’aise quand tes parents se donnaient, ne serait-ce qu’un petit bec sec. Hier, tu vois, c’était parfait.

Il s’est passé quoi, ma grande, entre hier et aujourd’hui?

 Y’a ce petit je-sais-pas-qui qui t’a dit: « Hey! T’es deuxième sur ma liste! ». Il aurait ajouté « bébé » que je n’aurais pas pu être plus horrifiée. Et toi, ça t’a fait plaisir. Tu as fondu. J’ai vu la rêverie dans tes beaux yeux bruns.

Mais non, ma grande fille, tu ne seras pas en amour. Pas comme ça et pas à neuf ans. Pis surtout pas avec lui.

Même s’il t’a mis sa casquette sur la tête à la récré. Même s’il te laisse garder son but au soccer. Même si ses taquineries te font rire en dedans. T’es trop petite ma fille. T’as beaucoup trop de choses à faire, à vivre avant ça.

Alors arrête d’écrire son nom dans tes cahiers pis de soupirer dans le vide. Ta mère est pas prête à ça. On n’a même pas encore rangé tes Lego. Tu perds encore des dents. Tu dors pas sans ta doudou. Tu veux encore croire au Père Noël. T’aimes encore écouter la Pat’Patrouille en cachette.

Je le sais, moi! Lui, il le sait ? Chose certaine, ma fille, ne l’embrasse pas. Contrairement aux films, il ne se transformera sûrement jamais en prince. Il va rester le petit pas fin qui t’a fait passer en deuxième!

Pis deuxième. Deuxième, ma fille. Je t’interdis catégoriquement de te contenter d’une deuxième place dans le cœur d’un garçon. P’tit macho! Je suis insultée. L’amour, c’est pas ça.

L’amour, ma belle chouette, c’est quand t’es la plus importante. C’est quand tu as envie de sourire tout le temps quand l’autre est là. Quand la joie et le bonheur sont les premières émotions à t’envahir quand tu es avec la personne. L’amour, c’est quand tout a l’air moins difficile parce que tu sais que l’autre est là.

L’amour, ma belle, le vrai, quand t’as neuf ans, c’est ta mère et ton père qui te l’offrent.

Et tu as la première place, rien de moins.

Dominique Careau
DOMINIQUE CAREAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *