La toujours très courte heure de la sieste

baby yawn

Le moment tant attendu pour te reposer un peu est sur le point de se présenter. Tu prépares ton setting avant le dodo de ton p’tit, question d’être vraiment prête à ne rien faire pendant qu’il dormira, question de boire ton café chaud, t’sais. Juste une fois. Rien qu’une.

À l’heure de la sieste, tu t’installes confortablement dans la chaise berçante et tu lui lis une petite histoire. En toute honnêteté, t’as vraiment hâte qu’il s’endorme alors tu sautes une couple de lignes. Pis là, tu pries de toutes tes forces pour qu’il dorme plus que quinze minutes avec la nuit que tu viens de passer.

Ta progéniture dort paisiblement dans tes bras. Tu te lèves tranquillement et tu le déposes dans sa bassinette; il est tellement beau quand il dort. Tu le couvres de sa doudou préférée et tu sors de sa chambre sur la pointe des pieds.

Et là, c’est l’extase. T’as des papillons dans le ventre, des fourmillements jusqu’au bout des orteils. Tu tiens juste plus en place comme si tu venais d’apprendre que t’avais gagné le gros lot, espérant disposer d’une bonne heure avec toi-même.

Enfin.

Cinq minutes passent. Tu te verses une tasse de café et tu t’assois dans ton canapé devant la télévision.

Dix minutes passent. Pourquoi ne pas te mettre un petit film de fille avec ça ? Aweille donc fille, gâte-toi!

Quinze minutes passent. Ton film commence, tu sirotes paisiblement ton café.

Dix-sept minutes passent. Le moniteur vibre.

La panique s’empare de toi. Ta pression artérielle frôle la crise de coeur. L’urticaire te sort du nombril. Tu te dis que ton p’tit a sûrement dû se virer de bord, pis qu’il va se rendormir. Tu prends une grande respiration, pis tu pries le p’tit Jésus que ce soit seulement une fausse alerte.

Dix-huit minutes passent. La bête se réveille. Le monstre commence à gémir. Un cataclysme prend forme dans la bassinette et tu hésites entre réagir ou monter le son de la télévision, t’sais.

Dix-neuf minutes passent. Godzilla rugit !

Tu laisses finalement tomber ton bon café et ton film et tu te lèves pour aller voir ta progéniture. Ta huitième merveille du monde qui te sourit et qui est donc content de te voir après avoir fait une sieste qui lui semble avoir duré une éternité. Pis toi, tu lui fais ton plus beau sourire avec tes plis de cernes jusqu’au genoux parce que malgré tout, tu l’aimes tellement ton p’tit coco.

Pis après la nuit et la sieste qu’il vient de faire, il est évident qu’il va dormir plus qu’une heure la prochaine fois, non ?

Courage fille!

Julie Gagnon
JULIE GAGNON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *